Mar.
31
Mar

MEDIAPART

Connexion utilisateur

L'ineffable discours de la défaite victorieuse

Se prononce a cappella. Couple de drapeaux flapis. Estrade. Pupitre. Cravate nouée sous l'œil dont la solennelle gravité s'illumine d'un éclat de mica, peau-pierre blême, chevelure calamistrée. Toujours, toujours, toujours, vérifier la netteté de l'oreille rose plantée de chaque côté de la tête à claques.

FN : qui en veut?

Doit-on croire l'invraisemblable parce qu'il est souvent répété ? Quoi?! J'entends un peu partout rabâcher que ceux qu'on nomme les petites gens, les gens de peu, les plus modestes, désespérés de la situation du pays et de la leur particulièrement, auraient un faible pour le Front National. Mais c'est une absurdité qui blesse l'oreille, révolte le cœur et la raison.

J'aurais voulu être un artiste

Tempus fugit. « Il fuit, le temps, sans retour, tandis que nous errons, prisonniers de notre amour de l'équilibre comptable », aurait pu écrire le Virgile contemporain, si Virgile ne devait, chaque jour plus le dimanche, aller gagner sa croûte à la caisse d'un hypermarché.

Fichés, on s'en fiche!

Tu sais. Pas dans les détails, si complexes, si techniques qu'ils échappent à la plupart. N'importe : tu crois avoir compris l'essentiel.

Un peu de douceur dans ce monde de brutes

A Kaboul, une jeune femme de 27 ans, Farkhunda, a été lynchée par une foule d'hommes devant la mosquée, après qu'un mollah l'a faussement accusée d'avoir brûlé des pages du Coran.

50 nuances de bleu?

Patatras ! À sonder scientifiquement les sables mouvants de l'opinion, les instituts de sondage se retrouvent encore le bec dans l'eau.

« Éclipse, mon cul ! »

Vendredi 20 mars, un écolier de huit ans a été interrogé pendant douze heures par les services de police pour apologie du terrorisme. Le jeune garçon, refusant obstinément de suivre sa classe qui se rendait sur les lieux de l'observation de l'éclipse solaire, aurait déclaré à plusieurs reprises : « éclipse, mon cul ! », suscitant l'indignation du personnel enseignant et de ses camarades.

Le point sur la situation

Tandis que le branle-bas républicain claironne l'alarme à la victoire du FN aux prochaines élections, le clan Le Pen au complet se répand sur les ondes, privées comme publiques, où les grandes gueules fascisantes ont toute l'année micro ouvert.

Newsletter