Jeu.
24
Avr

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Pas doué

Le moins que l'on peut dire, c'est que le parti socialiste français n'est pas doué. Ou qu'il est doué d'un singulier manque de chance.

Le jeudi 27 mars, après le premier tour sans surprise des élections municipales, le conseil constitutionnel a estimé que la loi Florange, qui prévoit des pénalités pour les entreprises qui ferment un site rentable, "privait l'entreprise de sa liberté d'entreprendre". Et la censure. Certes.

Le soir même du premier tour, vers 22h, les intermittents qui occupaient le Carreau du Temple ont été violemment évacués.

Tout pour qu'on ait envie de voter PS.

Trash, les histoires

Au début, c'est cette réflexion de Gustavo, 13 ans, après un spectacle mettant en scène un épisode documentaire, le parcours d'un enfant soldat au Congo Kinshasa. Gustavo disait n'avoir pas aimé le spectacle, s'être ennuyé : pas assez trash, disait-il. Et : ça parlait trop.

une journée d'avant Noël, flash-back

Voiture. Radio. 1500 tonnes de produits chimiques, on dit Gaz Moutarde, embarqués sur des cargos qui doivent, via port secret, Italie ou Danemark ou autre, être détruits en un lieu neutre, extraterritorial, ça plante un décor très lointain et très fictionnel, cependant que se poursuit la guerre civile, ce matin 21 enfants sont morts.

Quand la digue est tombée

Quand Christiane Taubira s'est exprimée, après les insultes, impunies, dont elle a été l'objet, elle a répété très clairement la nature et les causes de ce qu'on voit venir depuis des années. Elle a dit : dans notre société, des choses sont en train de se délabrer ; des digues tombent ; des inhibitions disparaissent.

Etiquette et épithète, Valls responsable

Marine Le Pen promet d'attaquer en justice, elle refuse l'étiquette extrême-droite collée au Front National. On proposerait bien d'interdire, en toute justice, l'adjectif socialistes, collé à François Hollande et à Manuel Valls. Par quels épithètes pourrait-on, dans leur cas, remplacer socialistes ? On n'a pas l'embarras du choix.

alors, l'Education nationale... ?


Au début du mois de juillet, je m'étonnais de ce qui nous arrivait, à nous les profs. Nous étions infantilisés, mal respectés.

Il n'y a pas mille exemples à aller chercher : parmi les adolescents que nous connaissons, pas un, pas une, qui désire faire ce métier. Plus tard, peut-être, à 21 ans, avec une licence et un master, on s'y fait. Il y a de magnifiques exceptions, évidemment, et j'en connais.

alors, t'as fini ?

 

La question qu'on me pose le plus souvent en ce moment est celle-ci : alors, t'as fini ? 

La plupart de nos enfants ont fini. Quand ils sont au collège, au lycée ou à la fac, depuis quelque temps déjà ils ont fini. Les examens sont passés, difficile de revenir à l'école. On est le 3 juillet et à la question qu'on me pose le plus souvent en ce moment je réponds : non, je n'ai pas fini. Je n'ai plus d'élèves mais non, je n'ai pas fini. Ce n'est pas exceptionnel, ce n'est pas scandaleux, c'est même très normal de ne pas avoir fini, d'avoir des choses à faire et à préparer au collège sans les élèves, et c'est tous les ans comme ça.

ces endroits où on fait de la politique

J'ai fait, d'abord, des hypothèses. Elles valent ce qu'elles valent : elles valent un peu. Les années en viennent à se compter par gros paquets de 10, il y avait autrefois ce qui se bricolait et puis de voir que ça bricole toujours, qu'il faut faire un pas, qu'il y a après ce pas encore tout ça à soulever (à ma disposition, quelques ogres, je les disais au dessous de zéro, énergiques du désespoir), de voir que ça bricole toujours, ça m'épuisait.

couper, dit-il

 

 Entre le vers 1 et le vers 252 du livre I de ses Métamorphoses, Ovide raconte l'origine du monde. Il propose une cosmogonie.

On voit apparaître le ciel, la terre, les différents âges, Lycaon, qui est l'un des premiers hommes de l'âge de fer. On le voit disparaître aussi, Lycaon, on voit pourquoi il disparaît, on voit comment.

Déboussolé(e)s

Un ministre vole et ment allègrement. C'est tout petit, c'est nul et on s'en doute un peu, scandaleusement banal. Un autre poursuit en droite ligne la politique d'immigration de ses prédécesseurs, Hortefeux, Besson, Guéant, sans vergogne désigne les boucs émissaires que le discours de Grenoble nommait avant lui. Poursuit les "démantèlements de campements illicites".

Newsletter