Mer.
30
Jui

MEDIAPART

Connexion utilisateur

et alors tu deviens fou (10)

Y raconte qu'administrativement elle n'était pas en règle. Elle n'avait pas payé quelque chose qu'elle devait payer. Elle se rend au bureau concerné  : qu'est-ce que tu viens nous emmerder avec tes conneries ? Personne ne fait ça. C'est vrai, personne ne fait ça. Y insiste et on finit par régler le problème, Y paye ce qu'elle doit. Les types de l'administration sont méfiants : ils soupçonnent une ruse. Une ruse quand tu veux être en règle ? Le rapport à la loi. Le plaisir de la transgression ? Non puisqu'il n'y a de transgression que dans le respect de la règle, de la loi. Tricher n'est pas transgressif, c'est la règle. C'est donc que la loi n'est pas vécue nôtre, mais ennemie. La loi de la cité est celle des ennemis.

au bloc delta, à Corinthe (9)

 

dans le train qui revient de Corinthe, le proastikos, le monsieur iranien, jeune, les cheveux blancs, accompagné d'un ami qui vient d'obtenir l'asile, eux deux avec qui j'étais tout à l'heure dans la voiture qui nous conduisait, eux dans le bâtiment alpha, moi dans le bâtiment delta du camp de rétention, camp de rétention qu'on ne sait pas nommer, que personne ne sait nommer - personne ne savait, ne comprenait, tout à l'heure, quand je cherchais

retention center, centre de rétention, military camp, jail for illegal immigrants, jail, kentron kratesis - jail pour finir

et secouer, secouer longtemps (8)

 

on m'a donné trois adresses différentes, pour l'organisation non gouvernementale AITHMA. 11 rue Rizakos : trouvée nulle part. Meidani 13-15, non plus. Enfin, après un appel téléphonique, descendre au métro Syngron Fix, prendre un tram et chercher la rue Tripou 6. A côté de la place Paidiki Chaira, le plaisir des enfants. Le plan que l'on déplie, dans le café, près de la place.  La rue ne figure pas sur mon plan. Le patron du bar va chercher le sien et on compte les rues, s'oriente, se réoriente. Se tromper entre Tripou et Tripoli. Au 6 rue Tripoli trouver quelqu'un qui m'accompagne au 6 rue de Tripou

du monde, des mamans avec enfants dans les poussettes. Les personnes à l'accueil sont jeunes, empressées. L'interprète du farsi. Arabic ? No arabic. Un monsieur qui attendait dehors entend, s'improvise interprète d'arabe. Retourne attendre dehors. Une sorte de sévérité, autour

la loi, comme vous l'avez toujours rêvée (7)

 

jeune femme, doctorat de lettres et théâtre, quatrième année de médecine, la folie avec Ajax, la douleur et la fin de la vie avec Philoctète, autre chose avec Prométhée, les nuances de bleus, la déco, ses 12 mètres carrés qui l'attendent à Paris, la précision en tout, le rapport à la médecine et aux mots qui accompagnent le soin, le prisme de chacun, l'urgentiste qui voit la fin venir alors que la fin ne vient que page à page

ici pour tout tu dois te déplacer ; Athena raconte comment ça s'est réglé l'autre jour : par une crise de nerfs aux impôts, elle avait ses lunettes noires, son chapeau, crise de nerfs et les dossiers elle les a éparpillés partout dans le bureau de l'administration

de rétentions, d'aberrations (6)

La prolongation illimitée de la détention, décidé au printemps par l'ancien ministre grec de l'ordre public, Nicholaos Dendias,  est absolument contraire à l'esprit et à la lettre de la directive européenne de 2008, dite directive retour.

L'article 15 (5) de la directive est clair : la durée maximale de la rétention est de six mois. Cela n'empêche pas les Etats membres de choisir de rester en-deçà. L'article 15(6) permet une rétention de douze mois au-delà. il faut que la détention supplémentaire soit justifiée par une impossibilité d'organiser le retour : manque de diligence, difficultés d'identification du pays d'origine.

Le tout doit être évidemment placé sous le contrôle d'un juge.

Omonia, au matin (5)

le balcon, les cigales qui concurrencent les camions, ou ce que tu prends, d'après le bruit, pour des camions, notre conversation inaudible, la nuit qui a suivi, le rêve dont je voulais me souvenir, ne m'en reste qu'une forme, c'est un rêve-forme, une sorte de cyprès qui perle d'ambre

je ne te fuis pas, fasciste (4)

une bande de jeunes gens, tour de la tête rasé, touffe jaunie en haut, certains portent casquette, descendent à la station Kallithea en chantant très fort sur le quai. Un centre commercial annonce Samsung, Coca Cola

dans la gorge (3)

sur les murs d'Exarchia, ces affiches qui expliquent aux dealers qu'on ne veut pas d'eux, ici. Et que les consommateurs de drogue font le jeu de trafics dangereux

le rendez-vous pris avec L, avocat spécialiste du droit des étrangers

la mer et sa cigale et ses deux goélands et le temps retrouvé, dedans

à toi, Alexis (2)

le 10 juillet un nouveau responsable l'Aube dorée a été arrêté.

les drapeaux (orange), les autres (MAPE), le sitting dans une place commerçante qui fait face au parlement, à l'époque on est resté là des mois, on peut pas imaginer, à l'époque combien on était là, c'est ici dans la rue la convergence des luttes : enseignants, femmes de ménage renvoyées de l'ambassade, demain grosse manifestation contre l'exploitation de mines d'or dans le nord de la Grèce par des multinationales

ces nuits sont à toi, Alexis

écrit sur le mur de la rue de Chypre. Alexis, Alexis Grigoropoulos, 16 ans, premier mort des premières émeutes 2008. A toi, Alexis

A Athènes (1)

ikea et Leroy Merlin et sur tout le trajet en métro (ligne 3, arrêt Evangelismos, mon plan d'Athènes est nul) les immenses panneaux publicitaires en bois gris, vides, vidés, nus, comme on les rêve et récupérés, en anglais et en grec, pour slogans et tags

on a vu, en arrivant, de haut, Ithaque

très vite, trouver les itinéraires pour aller sur les plages d'Athènes, sur celles un peu plus loin, pour aller à Tinos, qu'on évoque en s'exclamant. Jusque-là, entendre s'exclamer quand on évoque Tinos

ma valise immense tangue dans le métro, un  monsieur s'accroche à elle, familier.

Newsletter