marie cosnay

bayonne

Son blog
293 abonnés chroniques
Ses éditions
Voir tous
  • Ouvre un port

    Par
    N’aie pas peur, on disait aux enfants. 70 enfants ont peur, cette nuit. 70 enfants, à bord de l’Aquarius, ont peur cette nuit. Et j’ai peur avec eux.
  • Le beau boulot de faire passer

    Par
    Ils étaient passés, encore passants, Tarifa, Cordoue, Madrid et Barcelone. Bilbao, Irun puis Bayonne, nous pensions que nous les verrions plus nombreux et nous ne nous trompions pas, à l’été 2017. En 2018, au mois d’août, l'Espagne enregistre le plus d'arrivées. Devant l’Italie. Devant la Grèce et ses accords turcs.
  • « Ce que nous faisons vous oblige » (#JALE)

    Par
    Nous qui déjouions les absurdités montées de toutes pièces, qui distribuions couvertures, petits déjeuners, consultations juridiques, trouvions des trucs, des portes de droit, des portes hors droit, des toits et des nuits, nous voulions nous connaître, nous montrer et nous compter.
  • j'ai perdu un grand

    Par
    ... on lui reproche les euros mangés, un policier qui fait du zèle lui reproche en comptant avec sa calculette ce qu’il a mangé avant qu’on décide qu’il n’est pas ou plus mineur à cause de l’encre du cachet du ministère des affaires étrangères à Conakry, l’encre n’était pas assez bleue donc tu es majeur...
  • 0.98% d'enfants perdus (ASE 64)

    Par
    Les juges ont perdu, ont perdu la bataille de la justice parce que la bataille de la justice ne peut pas aller avec le racisme qui consiste à ne voir dans le noir qu’un noir, peu importe son âge, de ne voir sur un front que des rides, quels que soient les chagrins
Voir tous
  • Édition Ecrire aujourd'hui

    Ecrire

    Par
    …….. avec la conviction, ou l’intuition, ou l’impression, que l’un n’est jamais l’un, qu’une phrase cache une phrase, qu’une parole ne se résume pas à une parole, que quelqu’un n’est pas ce qu’il semble être ou veut montrer qu’il est, ne dit pas tout à fait ce qu’il dit qu’il dit. Que ce que je vois n’est pas ce que je vois.
  • Édition Pièces d'identité

    Crise de l'intelligence

    Par
    Le débat sur l'identité nationale, dont la bêtise « a trempé le caractère »[1] débutant (pour paraphraser Henri Guaino) glisse vers un plus ou moins latent appel aux conflits de religion. Je crois en la grande capacité de sens critique des citoyens, je ne crois pas à un racisme spontané « venu d'en bas » auquel les élites voudraient plaire en menant la politique que l'on sait. En revanche je constate qu'il semble facile de prendre quiconque au piège de la manipulation.