marie cosnay

bayonne

Son blog
314 abonnés chroniques
Ses éditions
Voir tous
  • les refrains morbides de l'été

    Par
    ... frissonnant du pouvoir qu’ils se croyaient : laisser sur un bateau à quelques brasses du rivage, mourir des séquestrés. #OpenArms.
  • Khawa khawa les Algériens

    Par
    Vu et entendu. Alger, le 16 juin 2019.
  • Renaissance !

    Par
    Feuille de route et feuilles de route, grande poste, Didouche Mourad. Alger, 9 et 10 juin. Grâce à (et avec) Jalal et Sara. Merci à eux deux.
  • Les oiseaux de l'Europe (MIE24)

    Par
    Tout d’un coup, nos maisons recevaient des jeunes gens dont on disait qu’ils étaient des enfants qui n’avaient rien (sans bagages, sans papiers) et qui avaient tout (tenté). Pouvoir quelque chose sur ce rien et tout qu’ils représentaient. Vertigineux.
  • pièges d'enfants (MIE23)

    Par
    On écrit ça : arrestations à grande échelle. On écrit ça : 6500 migrants refoulés vers le sud. On écrit : dans le bateau, aller-retour. Refoulés au Maroc.
Voir tous
  • Édition Ecrire aujourd'hui

    Ecrire

    Par
    …….. avec la conviction, ou l’intuition, ou l’impression, que l’un n’est jamais l’un, qu’une phrase cache une phrase, qu’une parole ne se résume pas à une parole, que quelqu’un n’est pas ce qu’il semble être ou veut montrer qu’il est, ne dit pas tout à fait ce qu’il dit qu’il dit. Que ce que je vois n’est pas ce que je vois.
  • Édition Pièces d'identité

    Crise de l'intelligence

    Par
    Le débat sur l'identité nationale, dont la bêtise « a trempé le caractère »[1] débutant (pour paraphraser Henri Guaino) glisse vers un plus ou moins latent appel aux conflits de religion. Je crois en la grande capacité de sens critique des citoyens, je ne crois pas à un racisme spontané « venu d'en bas » auquel les élites voudraient plaire en menant la politique que l'on sait. En revanche je constate qu'il semble facile de prendre quiconque au piège de la manipulation.