marie cosnay

bayonne

Son blog
307 abonnés chroniques
Ses éditions
Voir tous
  • Renaissance !

    Par
    Feuille de route et feuilles de route, grande poste, Didouche Mourad. Alger, 9 et 10 juin. Grâce à (et avec) Jalal et Sara. Merci à eux deux.
  • Les oiseaux de l'Europe

    Par
    Tout d’un coup, nos maisons recevaient des jeunes gens dont on disait qu’ils étaient des enfants qui n’avaient rien (sans bagages, sans papiers) et qui avaient tout (tenté). Pouvoir quelque chose sur ce rien et tout qu’ils représentaient. Vertigineux.
  • pièges d'enfants

    Par
    On écrit ça : arrestations à grande échelle. On écrit ça : 6500 migrants refoulés vers le sud. On écrit : dans le bateau, aller-retour. Refoulés au Maroc.
  • Nous ne sommes pas venus dans vos maisons

    Par
    Je reconnais ma fragilité, au moment où je t’accueille. Si je ne la sais pas, je risque de lutter contre elle, et donc, à terme, c’est le risque, contre toi. Ce que nous faisons là, ensemble, dans cet accueil sans tiers, sans institution, dans nos collectifs citoyens, c’est une petite construction imparfaite.
  • Histoire vraie, de Conakry à Ixelles, après Irun et Poitiers

    Par
    La route, c’est fini, Espagne France Belgique Allemagne et demi-tour. Europe est une terre avant une autre terre, mais il n’y a pas d’autre terre, Europe n’est qu’une étape avant un but mais il n’y a pas d’autre but. On est arrivé à la fin et on tourne dans la fin comme dans une cage.
Voir tous
  • Édition Ecrire aujourd'hui

    Ecrire

    Par
    …….. avec la conviction, ou l’intuition, ou l’impression, que l’un n’est jamais l’un, qu’une phrase cache une phrase, qu’une parole ne se résume pas à une parole, que quelqu’un n’est pas ce qu’il semble être ou veut montrer qu’il est, ne dit pas tout à fait ce qu’il dit qu’il dit. Que ce que je vois n’est pas ce que je vois.
  • Édition Pièces d'identité

    Crise de l'intelligence

    Par
    Le débat sur l'identité nationale, dont la bêtise « a trempé le caractère »[1] débutant (pour paraphraser Henri Guaino) glisse vers un plus ou moins latent appel aux conflits de religion. Je crois en la grande capacité de sens critique des citoyens, je ne crois pas à un racisme spontané « venu d'en bas » auquel les élites voudraient plaire en menant la politique que l'on sait. En revanche je constate qu'il semble facile de prendre quiconque au piège de la manipulation.