Mer.
03
Sep

MEDIAPART

Connexion utilisateur

La guerre du Vietnam vue par « Ceux du Nord »

1970. L’équipe radio d’un groupe d’assaut de l’armée nord-vietnamienne lors de l’offensive sur la ville de Quang Tri. 1970. L’équipe radio d’un groupe d’assaut de l’armée nord-vietnamienne lors de l’offensive sur la ville de Quang Tri. © Doan Công Tinh

Cette année à Perpignan, les vedettes du festival de photojournalisme Visa pour l’image sont quatre photographes vietnamiens. La vision des vainqueurs.

Images de guerre, guerre des images

La 26ème édition du festival de photojournalisme Visa pour l’image débute ce week-end à Perpignan, deux semaines après l’ignoble exécution du photographe américain James Foley par les terroristes de « l’Etat islamique ». Encore une fois, la diffusion des images de violence pose question.

Rendez-vous avec la photographe Mylène Zizzo

© Mylène Zizzo



Il y a un an, le 28 juillet 2013, je suis interpellé sur Facebook : « Je m’appelle Mylène Zizzo, je suis photographe, et j’habite La Ciotat. Je voudrais vous soumettre mon reportage… et je serai à Perpignan pour Visa pour l’image. »

Sarajevo: « Ce que leurs yeux ont vu… »

James Nachtwey photographié par Alizé Le Maoult (c) Benjamin Favier.James Nachtwey photographié par Alizé Le Maoult (c) Benjamin Favier.

Dans le cadre de la mission du centenaire de 14-18, Sarajevo est à l’honneur. Alizé Le Maoult, comédienne, réalisatrice mais également photographe rend un hommage aux reporters qui ont couvert les guerres de l’ex-Yougoslavie. 45 portraits sont exposés en marge du premier festival de la fondation Warm.

Saint-Malo : Les Etonnants Voyageurs aiment-ils la guerre ?

La guerre s’était invitée au soleil de St MaloLa guerre s’était invitée au soleil de St Malo © Geneviève Delalot


Le week-end de la Pentecôte est, chaque année, l’occasion pour Mélanie et Michel Le Bris, de réunir, à Saint-Malo, une horde de pirates, de corsaires, d’aventuriers, de voyageurs maniant la plume, la caméra ou l’appareil photo. En commun une volonté de « dire le monde ».

Amputé de 2’30, le film War reporter sera projeté au festival Etonnants Voyageurs de Saint-Malo

Le réalisateur Amine Boukhris vendredi 6 juin 2014Le réalisateur Amine Boukhris vendredi 6 juin 2014 © Michel Puech

A la demande de la compagne du photographe Lucas Dolega, tué en Tunisie en 2011, le TGI de Paris à jugé ce vendredi 6 juin 2014, le litige qui l’opposait à Amine Boukhris, réalisateur du film War reporter et au festival Étonnants Voyageurs qui l’a programmé. Moyennant la suppression de trois séquences, le festival assure que le film pourra être projeté à Saint-Malo dimanche 8 juin 2014 à 17 h 45 dans le cadre d’un après-midi spécial autour des journalistes de guerre.

Le film War Reporter interdit de projection au Festival Etonnants Voyageurs ?

Capture d'écran du filmCapture d'écran du film

A la demande de la compagne du photographe Lucas Dolega, tué pendant la « Révolution de Jasmin » à Tunis en janvier 2011, le Tribunal de Grande Instance de Paris statuera en référé d’heure à heure, ce vendredi 6 juin 2014 sur l’avenir du film War reporter. La projection de ce film est au programme le dimanche 8 juin 2014 du festival Etonnants Voyageurs de Saint-Malo.

Le D-Day et l’été 1944 du photojournaliste John G. Morris

7 aout 1944, dans les environs de Dol-de-Bretagne, un GI noir embrasse une bretonne7 aout 1944, dans les environs de Dol-de-Bretagne, un GI noir embrasse une bretonne © John G Morris / Contact Press Images

Il a vécu le 6 juin 1944 à travers les yeux de Robert Capa, dont il était l’éditeur. A 97 ans, il publie « Quelque part en France », souvenir d’un voyage de cinq semaines en France libérée. Photos et lettres d’amour : un « vrai livre » !

Il y a 60 ans, mourait le photographe Robert Capa

John G. Morris sur la stèle de Rober Capa à BayeuxJohn G. Morris sur la stèle de Rober Capa à Bayeux © Geneviève Delalot

La Normandie s’apprête à célébrer le 70ème anniversaire du 6 juin 1944. Un débarquement à jamais immortalisé par Capa, mort dix ans plus tard, le 25 mai 1954, dans une guerre trop oubliée, celle de l’Indochine.

Le photojournaliste Henri Bureau est décédé

La photographie d'Henri Bureau que de Gaulle détestait (mai 1968)La photographie d'Henri Bureau que de Gaulle détestait (mai 1968) © Henri Bureau / Sygma / Corbis

Pendant 20 ans il avait couru le monde, souvent le premier arrivé sur l’évènement, presque toujours le premier rentré à Paris pour ramener d’innombrables images exceptionnelles. Il s’est éteint à Paris dans la nuit du 18 au 19 mai 2014.

Newsletter