Ven.
19
Déc

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Sud BPCE renvoie François Pérol devant les juges

Le parquet national financier vient de confirmer Sud dans son action en demandant le renvoi de François Pérol devant le tribunal correctionnel pour prise illégale d’intérêts, un délit passible de 2 ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende.

Faut-il rouvrir Cayenne pour les syndicalistes de Sud?

Le 16 septembre dernier, 3 syndicalistes de la Caisse d’épargne Ile-de-France (deux du syndicat Sud, un de la Cgt) comparaissaient devant la 14e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Les faits qui leurs sont reprochés remontent à plus de 4 ans et malgré l’absence de plaignants, de témoins de la partie civile, le parquet a néanmoins décidé de les poursuivre contre toute attente.

Une nouvelle loi laxiste envers les délinquants

Quand députés et sénateurs amnistient les banques, désavouent les juges et volent les collectivités et les contribuables.

 

«Allez les Verts… encore un effort si vous voulez être républicains!»

Il est intéressant et symptomatique que mon billet publié le 28 mai sur Mediapart ait suscité et nécessité une réponse argumentée de la part du groupe écologiste du Sénat. Il m’a semblé nécessaire de donner une suite à cette réponse, et de le faire de façon factuelle en suivant le fil du texte des élus écologistes et en abordant successivement chacune des deux parties.

La forfaiture du Sénat ou la honte de la République

Comment les élus socialistes et verts amnistient les banques et sacrifient les collectivités locales en violant les plus élémentaires principes de droit.

Parole à trois visages

Le 23 mai 2014, aura lieu à la Maison de l’Amérique Latine à Paris une rencontre autour de la poésie. La particularité de cette rencontre est son caractère polyphonique puisqu’une lecture de poèmes sera donnée en trois langues : le nahuatl, l’espagnol et le français. 

Pourquoi les emprunts toxiques sont des emprunts spéculatifs

La question de savoir si les emprunts toxiques ont un caractère spéculatif est essentielle, car si la réponse apportée est affirmative, ces emprunts doivent être considérés comme illégaux avec toutes les conséquences qui en découlent.

Autopsie du poème qui ne chante plus

Ou la poésie nahuatl de l'ancien Mexique au chevet du poème de notre temps… Le texte qui suit est issu d’une conférence donnée le 18 février 2014 à la Maison de l’Amérique Latine dans le cadre du cycle « Traduction » (La Relation aux frontières de la traduction) et du cycle « Le chant du Monde » (À l’écoute des poétiques du monde), proposés par l’Institut du Tout-Monde, fondé par Edouard Glissant.

Newsletter