Lun.
20
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Cinq jours de retrait de salaire pour désobéissance

Bastien Cazals a été sanctionné d'un retrait de cinq jours de salaire pour service non-fait. J'ai reçu la nouvelle par mail à 11h02. Après plusieurs semaines d'hésitations, l'administration de l'Education nationale a décidé de frapper fort pour dissuader les collègues tentés de passer à l'acte. Ce n'est qu'une première étape d'un combat qui commence à s'engager vraiment car, c'est une fois les risques connus que la volonté des contestataires s'éprouve et se leste de sens. Prochain rendez-vous pour l'Hérault, le 17 décembre, avec la remise de lettres de désobéissance. Est-ce que les collègues vont reculer ou est-ce que l'administration va être submergée ?

 

Aujourd'hui, chacun doit prendre conscience que des personnes prennent de réels risques pour lutter contre des réformes qui ne les touchent pas ! Aucun enseignant ne perdra son emploi, aucun n'aura de baisse de salaire ! Il s'agit de risques pris pour défendre l'avenir des enfants.

 

 

Une précision : les cinq jours de retrait de salaire correspondent à 5 séances d'Aide Personnalisée d'une demi-heure. Voyez donc la juste proportion : vous faites classe pendant 6 h par jour, vous refusez de faire 5 demi-heures (1/2 heure par jour en plus, donc 6h30-30min), résultat cinq jours de salaire en moins.

Et nous peut-on attaquer l'Administration qui ne permet pas de mettre en oeuvre une aide pour tous les enfants qui en ont besoin ?

.

Selon que vous serez puissant ou misérable,

Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

Malgré l'article L111-1 code de l'éducation qui précise que "l'éducation est la première priorité nationale. Le service public de l'éducation est conçu et organisé en fonction des élèves et des étudiants. Il contribue à l'égalité des chances."

 

Ci dessous le communiqué de "une ecole pour victor et hugo" , blog de Bastien Cazals :

 

L’Inspectrice de la circonscription de Gignac, qui s’est à nouveau déplacée à l’école Louise Michel de Saint-Jean-de-Védas, ce matin même à 9 heures, a remis en main propre une lettre à Bastien Cazals dans laquelle l'Inspecteur d'Académie de l'Hérault l’informe : "depuis le 1er décembre vous n’avez pas mis en œuvre l’aide personnalisée dans votre école, soit 5 jours d’accomplissement partiel de vos obligations de service. […] j’ai le regret de vous faire savoir que je vais faire procéder […] au retrait de 5/30ème de votre traitement pour manquement aux obligations de service ».

Traduction : 5 jours de retrait de salaire pour 2h de service non effectué dans les règles... Sur les 8 premiers jours de Décembre !

Pour l'instant, ses 2 collègues - qui ont également suspendu la mise en oeuvre de l'aide personnalisée - n'ont pas été informées de telles mesures administratives les concernant.

 

 

et celui de resistance pédagogique :

 

 

COMMUNIQUE DU COLLECTIF DES ENSEIGNANTS EN RESISTANCE

Mardi 9 décembre 2008

Bastien Cazals, directeur de l'école maternelle Louise Michel de St Jean de Védas, auteur d'une lettre de désobéissance adressée au Président de la République, a été informé ce matin par l'inspecteur d'Académie de l'Hérault qu'il était sanctionné d'un retrait de cinq jours de salaire pour n'avoir pas mis en oeuvre l'aide personnalisée dans son école.

Le collectif des enseignants en résistance dénonce cette sanction précipitée et disproportionnée qui vise à faire plier les enseignants qui s'engagent dans la résistance pédagogique aux réformes destructrices de Mr Darcos. Il appelle les citoyens à se mobiliser pour exiger de l'Inspection Académique le retrait de cette sanction.

Le meilleur soutien que nous pouvons apporter aujourd'hui à Bastien Cazals est d'amplifier la désobéissance pédagogique dans les écoles afin de dénoncer les lois et les réformes qui dé-contruisent l'Education Nationale. Le collectif des enseignants en résistance appelle les enseignants à ne plus mettre en oeuvre le dispositif de l'aide personnalisée et à le faire savoir à leur hiérarchie.

Collectif des enseignants en résistance

fédérés en réseau par le blog Résistance pédagogique pour l'avenir de l'école 

Tous les commentaires

09/12/2008, 18:33 | Par Christel

Tout dépend de la mobilisation des autres professeurs maintenant, si la solidarité et la force de convictions sont là.... mais le seront-elles?

09/12/2008, 22:44 | Par Sebastien Rome en réponse au commentaire de Christel le 09/12/2008 à 18:33

c'est pour cela que les relais d'information sont si important. Sur "google actualité", aucun résultat pour cette info. Attendons demain...

10/12/2008, 18:22 | Par fiche_doublon_27827 en réponse au commentaire de Christel le 09/12/2008 à 18:33

Connaissant le milieu, j'ai peu d'espoir. La solidarité et surtout le courage pour affronter sa hiérarchie ne sont pas les vertus majeures des enseignants ! Espérons que l'avenir me donnera tort !

10/12/2008, 09:59 | Par Gérard MONIQUE

peu-être serait-il nécessaire de fédérer tous les collègues enseignants, qui comme bastien cazals refusent de faire des heures supplémentaires, dans un collectif. Et d'en informer le public pour peut-être lancer une pétition de soutien?

10/12/2008, 10:42 | Par Sebastien Rome en réponse au commentaire de Gérard MONIQUE le 10/12/2008 à 09:59

oui, c'est une proposition que je souhaitais faire ce matin à l'intersyndicale. En fait, il y a déjà plusieurs personnes qui ont fait cette proposition...Merci pour votre soutien.

10/12/2008, 10:25 | Par Arthur Porto

Pour ma part je fais suivre aux deux Associations de Parents d'élèves du collège lycée Paul Valéry (Paris). Il me paraît important que les fédérations (FCPE-PEEP) soient aussi informées car cette "sanction" est une autre façon d'atteindre à la scolarité des jeunes.

10/12/2008, 10:46 | Par Sebastien Rome en réponse au commentaire de Arthur Porto le 10/12/2008 à 10:25

merci. Nous travaillons, localement, à ces rapprochements qui, je dois le dire, prennent bien. Les parents PEEP (association étiquetée à droite) sont très inquiets et mobilisés.

10/12/2008, 14:59 | Par Jean-Louis MURAT

Cette forme d'action set très efficace; Elle emporte l'adhésion de tous les acteurs :enseinants, parents et enfants contre le pouvoir; C'est intolérable pour lui car en s'expliquant leurs revendications devant les parents mobilisés favorablement( leurs enfants étudient), ils coupent sous les pieds du ministre les moyens de les isoler. La sanction financière par l'état apparait comme un vol. C'est Darcos qui est délinquant pour l'opinion publique; L'enseignement est dispensé et les enseignants ne sont pas payés DARCOS=VOLEUR J-L MURAT

10/12/2008, 16:24 | Par claude lelièvre

Pendant des années, un certain Marc Lebris, instituteur, s'est vanté publiquement de ne pas appliquer les programmes de 2002. Il l'a même écrit, dans un livre qui a eu un fort succès de librairie: "Et vos enfants ne sauront pas lire ni compter..". Il n'a, lui, jamais été inquiété. Au contraire, il a reçu, il y a un peu plus d'un an, des subventions pour son programme SLECC ( Savoir Lire Ecrire Calculer Compter ), et récemment la médaille du mérite des mains mêmes de Xavier Darcos.

10/12/2008, 21:26 | Par remyrem2

Il est certain que l'administration ne se laissera pas faire concernant les actes de désobéissance. Pour information, dans l'Education Nationale, quand on ne fait pas une heure de travail, la journée entière est retirée. L'inspection académique de l'Hérault est dans son droit, c'est malheureux mais c'est comme ça. Toutefois, je trouve qu'il est dommage de marcher dans le mensonge de Darcos qui prétend que l'aide personnalisée tend à remplacer le RASED. C'est faux. Aujourd'hui, les deux dispositifs coexistent. Ils peuvent donc coexister demain sans problème. Refuser l'aide personnalisée ne changera rien au démantèlement des réseaux d'aides... Mieux vaut se concentrer sur des enjeux centraux : la suppression des postes, le maintien du dispositif RASED, la scolarité obligatoire à 3 ans et l'amplification de la scolarisation dès 2 ans, le respect des droits syndicaux, un dialogue social loyal, le refus d'une école au fonctionnement ultra libéral (EPEP), le maintien et le renforcement des effectifs de titulaires remplaçants, etc...

10/12/2008, 22:31 | Par Sebastien Rome

Dernier communiqué trouvé sur le blog de Bastien Cazals : la petition est ici Une pétition pour exiger la levée des mesures prises contre Bastien et les enseignants engagés - Nous, parents des petits Victor ou Hugo défendus par Bastien Cazals dans sa lettre adressée à Monsieur le Président de la République le 25 novembre dernier, sommes indignés de la suite donnée à sa prise de position publique. - M. Cazals va perdre 294 € de salaire à la veille de Noël au motif qu'il refuse la stricte application des nouvelles dispositions entrées en vigueur à la rentrée 2008. Cette sanction n'est pas définitive, elle peut encore augmenter chaque jour. - En s'élevant contre les réformes de M. Darcos, notamment contre la suppression des RASED jusque là chargés d’accompagner les élèves en grande difficulté, il a su nous alerter sur les dangers auxquels nos enfants sont désormais exposés. - Parce que nous refusons qu'à travers cette sanction le ministère exerce un chantage et tente un passage en force au profit de mesures décriées par l'immense majorité du corps enseignant, - Parce que nous partageons les convictions exprimées par Bastien Cazals, - Nous exigeons : - la levée des mesures administratives prises à l'encontre de M. Cazals et lui infligeant la suppression d'un jour de salaire pour chaque demi-heure de service non effectuée ; - l'arrêt des sanctions actuellement prononcées ou prochainement envisagées à l'encontre de tous les enseignants engagés dans une démarche similaire par opposition à cette politique ; - une prise de position claire du Président de la République sur les conséquences que subiront les enfants et leurs familles, du fait des réformes en cours. - Des parents attachés à la préservation d'une école publique juste, laïque et républicaine

12/12/2008, 10:34 | Par Sebastien Rome

COMMUNIQUÉ SNUipp/FSU, SUD Education, SNUDI/FO, SNE/CSEN,CNT SOLIDARITÉ AVEC BASTIEN CAZALS Notre collègue Bastien Cazals, directeur de l’école maternelle Louise Michel de St Jean de Védas, vient d’être sanctionné lourdement par l’Inspecteur d’Académie : retenue sur salaire de 5 jours pour « manquement aux obligations de service ». Bastien est donc sanctionné pour avoir, comme il l’annonçait dans sa lettre au Président de la République, suspendu à partir du 1er décembre l’aide personnalisée. L’Intersyndicale condamne avec la plus grande fermeté cet acte brutal de répression qui a pour objectif d’intimider et de dissuader les autres collègues de s’engager dans la voie d’une résistance active et collective à la politique de casse de l’école publique mise en œuvre par M. Darcos. L’Intersyndicale élève également la plus vive protestation contre les propos provocateurs et méprisants de M. l’Inspecteur d’Académie qui déclare dans Midi-Libre du 10 décembre : « Robin des Bois volait les riches pour donner aux pauvres alors qu’en l’espèce, M. Cazals vole aux enfants en grande difficulté les deux heures de soutien auxquelles ils ont droit » et plus loin « Si les RASED avaient été la solution miracle il n’y aurait pas aujourd’hui 15% d’élèves en difficulté ». Nous remarquons que M. l’Inspecteur d’Académie n’a pas été informé par son Ministre que l’aide individualisée ne s’adresse pas aux « enfants en grande difficulté » mais aux enfants en difficulté ponctuelle sur certains points du programme. Les organisations syndicales exigent la levée immédiate de la sanction contre B. Cazals. L’Intersyndicale, qui étudie par ailleurs toutes voies de recours contre cette sanction au plan juridique, appelle d’ores et déjà l’ensemble des personnels et des écoles à exprimer leur soutien et leur solidarité à Bastien Cazals en signant la pétition ci-jointe et en envoyant des chèques à l’adresse et à l’ordre du SNUipp 34 avec mention au dos « solidarité Bastien Cazals ». Ces pétitions seront remises mercredi 17 décembre à 15H à l’Inspecteur d’Académie en même temps que les pétitions de soutien à nos deux collègues directrices sanctionnées par rapport à Base élèves. Au même moment seront remises à l’Inspecteur d’Académie les lettres individuelles de désobéissance signées par de nombreux collègues du département. L’Intersyndicale appelle les personnels à participer massivement à l’AG du 17 décembre à 9H30 à Montpellier (salon du Belvédère au Corum) ainsi qu’au rassemblement devant l’IA à 15H le même jour. Montpellier le 11 décembre 2008

Newsletter