Jeu.
30
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Redécouvrir aujourd'hui Condition de l'homme moderne

La publication des Origines du totalitarisme laisse Arendt avec un constat et un questionnement. Le constat est celui des dangers et des problèmes non résolus de la vie moderne auxquels le totalitarisme, selon ses propres termes, semblait apporter une terrifiante solution.

L’interrogation concerne la pensée philosophique qui va des Lumières à Marx. Comment une telle école de pensée  a-t-elle pu servir de base à une idéologie totalitaire fondée sur le déni de la liberté et de la dignité? Arendt soupçonne que la pensée de Karl Marx ne peut être si facilement séparée de sa déformation stalinienne. Elle démarre dès 1951 un travail de recherche sur les « éléments de totalitarisme dans le marxisme ».

Elle en vient rapidement à la conclusion que Marx n’est pas un ami de la liberté humaine, et que ses idées et catégories fondamentales font l’impasse sur les expériences politiques de base, comme le débat entre des citoyens divers et égaux. Mais, pour elle, le vrai choc est ailleurs. C’est au début même de la pensée occidentale, découvre-t-elle chez Platon puis Aristote, qu’a été tracé un cadre conceptuel hostile à la pluralité humaine. Les conséquences en été considérables sur notre façon de penser l’action politique, la liberté, le jugement, et, par-dessus tout, la relation entre la pensée et l’action. Arendt abandonne alors son projet de livre sur Marx pour tenter une réorientation fondamentale de la théorie politique.

Cette réorientation comporte deux moments. En premier lieu, une lecture critique ou « déconstructrice » des penseurs « canoniques », de Platon à Marx, vise à révéler les sources de l’hostilité de la tradition philosophique occidentale envers la pluralité, l’opinion et la politique du débat et de la délibération entre égaux. En second lieu, une tentative de description de la vie active tente de faire la distinction entre la capacité humaine pour l’action et la parole politiques et les activités liées à la nécessité naturelle (le travail) ou au besoin de créer des choses durables, un artifice humain, un monde (l’œuvre). Arendt pense que la tradition occidentale a progressivement confondu les composantes distinctes de la vie active et créé un ensemble de concepts qui déforment fondamentalement l’expérience politique et la compréhension que nous en avons. Chaque fois que ces concepts ont été appliqués systématiquement aux affaires humaines, ils nous ont plongés dans un monde horrible.

Condition de l’homme moderne (1958) et les essais rassemblés dans La Crise de la culture (1961) sont les résultats de ce travail de réorientation de la théorie politique.

Redécouvrir aujourd'hui les Origines du totalitarisme

Avec Les origines du totalitarismeArendt publie en 1951 un livre, en trois parties, répondant à un projet, comprendre ce qui s’est passé à travers trois questions : Que s’est-il passé ? Pourquoi cela s’est-il passé ? Comment cela a-t-il été possible ? 

Pour saisir pleinement l’originalité et la complexité de  l’analyse  par  Arendt du totalitarisme, totalitarisme qu’elle présente en 1946 à son éditrice,  comme une solution terrifiante aux problèmes, non encore résolus, de l’époque moderne[1], la lecture des trois parties, dans leur enchaînement original, est indispensable.

Nouvelle publication sur le blog "Actualité de Hannah Arendt"

Si vous êtes intéressé par mes travaux sur la pensée et l'oeuvre de Hannah Arendt, je vous signale la publication sur le blog "Actualité de Hannah Arendt"  du premier cours de la deuxième saison que je consacre à Hannah Arendt à l'Université du Temps Libre d'Orléans.

http://www.ttoarendt.com/2014/09/voyage-vers-le-xxie-siecle-avec-hannah-arendt-1-7.html

Bonne lecture et n'hésitez pas à commenter.

Le coup d'état de François Hollande

"Le chef de l’Etat lui (Valls) a demandé de constituer une équipe en cohérence avec les orientations qu’il a lui-même définies pour notre pays". Par cette phrase Hollande vient d'expliciter ce qu'est la Cinquième République . En démocratie c'est le peuple qui définit la politique et non le chef de l'état. Puissent tous les démocrates combattre ce qui n'est rien d'autre qu'un coup d'état. 

Dernières publications sur le blog "Actualité de Hannah Arendt"

Si vous êtes intéressé par mes travaux sur la pensée et l'oeuvre de Hannah Arendt, je vous signale la publication sur le blog "Actualité de Hannah Arendt" de quatre traductions personnelles :

  • la traduction de la préface de 1998 à la seconde édition américaine de The Human Condition (Condition de l'homme moderne), auteure Margaret Canovan.
  • la traduction d'un article de 2000 de Dana Villa sur le développement de la pensée politique de Hannah Arendt
  • la traduction de la préface de  l'édition  2006 (centenaire de la naissance d'Arendt) de On Revolution (De la révolution), auteur Jonathan Schell, disparu le 25 mars de cette année)
  • la traduction de la préface l'édition 2006 de Between Past and Future (La crise de la culture), auteur Jerome Kohn

Ces traductions constituent un travail préparatoire à ma seconde saison de cours donnée à l'Université du Temps Libre d'Orléans.

Bonnes lectures...

Mediapart vu par ACRIMED (humour ?)

Un excellent  article humoristique (?) d'ACRIMED : test estival d’Acrimed : Pour quel(s) média(s) pourriez-vous travailler ?

J'en extrais la partie concernant Mediapart.

Vous avez une majorité de « d »  : Pour vous, l’information est un combat. Vous ne vous laisserez pas dicter votre conduite par les puissants, et vous ne craignez pas de vous en prendre à eux si vous estimez qu’il en va de l’intérêt général. Faire éclater les scandales qui minent la vie politique et économique française est devenu pour vous une raison d’être. Cette posture, aussi louable soit-elle, vous conduit parfois à négliger certains thèmes mineurs (comme l’information internationale), voire même à quelques excès mais, après tout, on ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs, et feuilletonner quelques affaires pour faire du buzz n’a rien de déshonorant tant que ça ne se voit pas trop. Vous rêvez de faire un grand nettoyage dans les institutions de la Vème république, et êtes prêt pour cela à tout révéler, y compris, s’il le faut, un cireurdechaussuresgate. Votre souci d’indépendance et votre pugnacité méritent d’être salués, et de toute évidence un patron de presse moustachu vous a déjà repéré. Pas de doute, vous avez l’envergure pour devenir journaliste d’investigation au département « scandales », division « affaires », section « révélations », du journal Mediapart.

Blog au repos

Je mets ce blog au repos, pour une durée indéterminée. L'impasse politique, voire civilisationnelle est telle, que, personnellement, je ne supporte plus le bavardage incessant florisssant sur Mediapart. Ce n'est pas d'actions et même de paroles dont nous avons besoin aujourd'hui, mais de réflexion, de pensée personnelle et collective. Même, et peut-être surtout,  hiérarchisé par Mediapart, l'agenda de l'actualité nous en détourne.

Dans ma reflexion personnelle deux oeuvres m'accompagnent, en priorité.

Celle d'Arendt. Je viens de publier sur mon blog Actualité de Hannah Arendt (http://www.ttoarendt.com/)  la traduction de la préface écrite en 2006 pour la réédition de Between Past and Future, connu en France sous le titre d'un de ses huit essais, La crise de la culture. Je relis De la révolution, dont je traduis aussi la préface de la réédition américaine de 2006. Cet ouvrage, peu connu en France, fournit un éclairage original et très intéressant pour notre époque sur les révolutions américaine et française.

Celle de Bernard Stiegler dont je suis les cours de philosophie sur Internet (http://pharmakon.fr/wordpress/category/cours/).

Je recommencerai à donner des cours autour de l'oeuvre d'Arendt début octobre à l'Université du Temps Libre d'Orléans (http://www.univ-orleans.fr/utl).

Newsletter