Jeu.
24
Jui

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Mediapart vu par ACRIMED (humour ?)

Un excellent  article humoristique (?) d'ACRIMED : test estival d’Acrimed : Pour quel(s) média(s) pourriez-vous travailler ?

J'en extrais la partie concernant Mediapart.

Vous avez une majorité de « d »  : Pour vous, l’information est un combat. Vous ne vous laisserez pas dicter votre conduite par les puissants, et vous ne craignez pas de vous en prendre à eux si vous estimez qu’il en va de l’intérêt général. Faire éclater les scandales qui minent la vie politique et économique française est devenu pour vous une raison d’être. Cette posture, aussi louable soit-elle, vous conduit parfois à négliger certains thèmes mineurs (comme l’information internationale), voire même à quelques excès mais, après tout, on ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs, et feuilletonner quelques affaires pour faire du buzz n’a rien de déshonorant tant que ça ne se voit pas trop. Vous rêvez de faire un grand nettoyage dans les institutions de la Vème république, et êtes prêt pour cela à tout révéler, y compris, s’il le faut, un cireurdechaussuresgate. Votre souci d’indépendance et votre pugnacité méritent d’être salués, et de toute évidence un patron de presse moustachu vous a déjà repéré. Pas de doute, vous avez l’envergure pour devenir journaliste d’investigation au département « scandales », division « affaires », section « révélations », du journal Mediapart.

Blog au repos

Je mets ce blog au repos, pour une durée indéterminée. L'impasse politique, voire civilisationnelle est telle, que, personnellement, je ne supporte plus le bavardage incessant florisssant sur Mediapart. Ce n'est pas d'actions et même de paroles dont nous avons besoin aujourd'hui, mais de réflexion, de pensée personnelle et collective. Même, et peut-être surtout,  hiérarchisé par Mediapart, l'agenda de l'actualité nous en détourne.

Dans ma reflexion personnelle deux oeuvres m'accompagnent, en priorité.

Celle d'Arendt. Je viens de publier sur mon blog Actualité de Hannah Arendt (http://www.ttoarendt.com/)  la traduction de la préface écrite en 2006 pour la réédition de Between Past and Future, connu en France sous le titre d'un de ses huit essais, La crise de la culture. Je relis De la révolution, dont je traduis aussi la préface de la réédition américaine de 2006. Cet ouvrage, peu connu en France, fournit un éclairage original et très intéressant pour notre époque sur les révolutions américaine et française.

Celle de Bernard Stiegler dont je suis les cours de philosophie sur Internet (http://pharmakon.fr/wordpress/category/cours/).

Je recommencerai à donner des cours autour de l'oeuvre d'Arendt début octobre à l'Université du Temps Libre d'Orléans (http://www.univ-orleans.fr/utl).

Pour que vive ACRIMED, observatoire des médias

"Action-CRItique-MEDias [Acrimed]. Née du mouvement social de 1995, dans la foulée de l’Appel à la solidarité avec les grévistes, notre association, pour remplir les fonctions d’un observatoire des médias s’est constituée, depuis sa création en 1996, comme une association-carrefour. Elle réunit des journalistes et salariés des médias, des chercheurs et universitaires, des acteurs du mouvement social et des « usagers » des médias. Elle cherche à mettre en commun savoirs professionnels, savoirs théoriques et savoirs militants au service d’une critique indépendante, radicale et intransigeante."

Alors que la presse dominante est gavée d’aides publiques distribuées en dépit du bon sens, nous ne pouvons compter que sur les dons de celles et ceux qui nous soutiennent et sur les cotisations de nos adhérent-e-s. Nous ne recevons aucune subvention ; les mécènes et autres philanthropes ne goûtent vraisemblablement pas notre critique. Nous refusons toute forme de publicité, et la consultation de notre site, enrichi presque quotidiennement, demeure entièrement gratuite. Quant à notre magazine trimestriel,Médiacritique(s), il offre, espérons-le, un agrément de lecture à ses acheteurs, mais ne rapporte qu’un bénéfice symbolique à l’association…

C’est pourquoi nous sommes contraints de lancer un appel à souscription de 40 000 euros, destinés à pérenniser les deux emplois salariés indispensables au bon fonctionnement et au développement de l’association et du site internet."

http://www.acrimed.org/article4344.html

Audit de la dette publique

Laurent Mauduit commente et analyse dans son dernier article l'audit de la dette publique réalisé par le « Collectif pour un audit citoyen de la dette publique ».

"Ruinant la doxa libérale selon laquelle le pays vivrait au-dessus de ces moyens, il établit que la dette publique aurait été limitée à 43 % du PIB en 2012, au lieu des 90 % constatés, si la France ne s'était pas lancée dans une course folle aux baisses d'impôt et avait refusé de se soumettre à des taux d'intérêt exorbitants."

Je vous invite vivement à lire cet article.

Afin de permettre à ceux qui, non abonnés, viennent lire le club de Mediapart de disposer du document d'audit d'intérêt public, je le joins à ce billet. 

Paresse ou incompréhension politique ?

Nous y sommes. Notre démocratie vient de toucher le fond. Et elle n’est pas la seule. La démocratie américaine est aussi au plus bas sans parler de celle de la plupart des pays européens.

Ce peut être le bon moment pour réfléchir seuls et ensemble sur les conditions d’existence de la démocratie. Parmi ses conditions, l’une est centrale : la participation active des citoyens à la vie politique.

Européennes en France : le tableau caché (pour une désaddiction électorale)

A croire que les médias et politiques n'ont rien compris ou veulent simplement continuer à nous tromper. Le principal enseignement chiffré des élections d'hier est qu'en France aucun parti ne fait mieux que 10% des inscrits et, donc, qu'aucun n'a de légitimité pour gouverner. 

La vraie maladie est celle du système électoral qui empoisonne notre démocratie. Le premier symptôme, et de loin, est celui de l'abstention et du vote blanc, le second, celui du vote FN.

Pour une désaddiction électorale (1)

Excellente soirée sur Mediapart qui peut permettre d'entamer un processus de désaddiction électorale.

Cette addiction, soigneusement entretenue par les médias et les partis politiques est devenue le principal ennemi de la démocratie. En nous assommant de chiffres (plus précisément de pourcentages) et d'analyses (ou plutôt de la répétition de préjugements) elle nous empêche de penser le présent et l'avenir de ce que nous avons de plus en plus de mal à appeler notre démocratie. 

Par une série de petits billets, je vais, en premier lieu, essayser de me désaccoutumer de ce qui de remède est devenu poison afin, dans un second temps, de commencer à réfléchir à une thérapeutique pour notre démocratie. 

Un premier zoom d'abord sur les résultats du Front national, présentés hier sous la seule forme de pourcentages. Un petit tableau, que je mettrai à jour dès que les résultats définitifs seront publiés par le ministère de l'intérieur.

Newsletter