Lun.
01
Sep

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Article d'édition

«Le train où vont les choses», ultime voyage de Philémon

 

 

 

 

 

En 1965, dans Le naufragé du A, les lecteurs font pour la première fois connaissance avec Philémon et l’univers foisonnant, étonnant, fantasmagorique et inventif de Fred. En 2013, avec Le train où vont les choses, l’auteur met un terme aux voyages imaginaires de son héros en marinière.

 

 

Un beau jour, Philémon et Barthélemy découvrent une locomotive perdue en pleine campagne, une épaisse fumée l’entourant, comme un brouillard dense et incongru. Le conducteur Bougon – c’est ainsi, tous les conducteurs de cette « lokoapattes » sont des Bougon –, leur explique que la machine fonctionne à la « vapeur d’imaginaire ». Et celle-ci est bien mal en point, en ces temps où l’imagination fait cruellement défaut. Il y a urgence : cette « lokoapattes » est la dernière en activité, si elle vient à s’arrêter et à disparaître, le monde court à sa perte.

Au train où vont les choses est tout à la fois une suite, un recommencement et une ponctuation. L’album clôt merveilleusement le cycle des aventures de Philémon, seizième et ultime tome d’un voyage entamé il y a près d’un demi-siècle. Fred n’a rien perdu de sa verve, de son talent, de son génie créatif. Rythmé, mélancolique et drôle, Au train où vont les choses renoue avec les belles heures du Naufragé du A, du Voyage de l’incrédule et du Chat à neuf queues. Fred convoque ses personnages passés, s’amuse encore et toujours à croiser le réel et l’imaginaire au travers de savoureuses mises en abyme. Avec son trait gras et puissant, une couleur explosive (magnifique travail d’Isa Cochet), Fred invite le lecteur à se plonger dans son univers fabuleux, onirique et riche et convie une dernière fois à suivre les pas du jeune homme en marinière, pour un retour aux sources, là où tout a commencé.

Les références, les clins d’œil et les appels ne manquent pas. A tel point que l’on peut y voir (sans aller jusqu’à parler de testament graphique), les angoisses et les peurs de Fred affleurer ça et là. Et la disparition de l’imagination qui signerait la mort de la « lokoapattes » se fait alors parabole sur la vie de l’auteur. Car il a plané sur cet album plus d’une ombre funeste. Resté inachevé durant des années, Au train où vont les choses a fait l’objet de maintes rumeurs – sur sa parution, sur une éventuelle reprise –, mais jamais Fred n’a pu se départir de son envie de donner aux aventures de Philémon le meilleur épilogue.

C’est chose faite avec Le Train où vont les choses.

Ajout du 3 avril : Le fond de l'air est triste. Fred s'est éteint le 2 avril 2013 à l'âge de 82 ans. Le Train où vont les choses restera à jamais la dernière aventure de Philémon... et l'épilogue d'une vie. Le monde la BD perd un immense artiste. Toutes mes pensées vont vers ses proches et sa famille.

A lire également sur Mediapart : Fred, les lettres du conteur, article paru dans Papiers à Bulles en 2011 pour les 80 ans du maître.

 

 

 

 

  • Le train où vont les choses, de Fred (couleur Isa Cochet), 40 pages couleur, Dargaud 13 99

 

 

 

Newsletter