Ven.
25
Avr

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Démocratie Sanitaire

La doxa de la Santé place le patient, l’usager, le citoyen, la personne au centre de l’organisation sanitaire. La loi du 4 mars 2002 (loi Kouchner) a fait émerger des concepts nouveaux concernant les droits du patient dans le système sanitaire. Depuis 12 ans des évolutions importantes ont été apportées par la loi du 22 avril 2005 (loi Leonetti) et la loi du 5 mars 2007 (protection de la personne).

 L’usager est au centre du système : sans lui, ni médecine, ni accompagnement social. Le concept de Démocratie Sanitaire, troisième pilier de la Stratégie Nationale de Santé proposée par le Gouvernement, concerne tous les acteurs. Cependant l’usager du système en est un élément singulier, car il est à la fois l’objet, le sujet et l’acteur de l’organisation de la santé lorsqu’il devient patient. Parler de Démocratie Sanitaire, c’est parler du mode d’exercice du pouvoir dans l’univers sanitaire, qui implique un partage entre pouvoir politique, pouvoir professionnel et pouvoir citoyen.

Décisions du Conseil d’État sur le devenir de Vincent Lambert

Les recours de Rachel Lambert et du CHU de Reims contre le jugement du Tribunal Administratif de Chalons du 16 janvier 2014 ont conduit à une décision du Conseil d’État communiquée le 14 février dernier, qui comporte deux parties :

·       Le Conseil ne statuera pas sur le fond avant consultation de trois experts et avis de quatre institutions, consultation et avis qui devront être rendu fin avril.

·       Le Conseil a cependant statué sur plusieurs questions nécessaires à la résolution du litige.

 Les réactions et les prises de position du Conseil d’État ont une très grande importance au moment où la concertation sur une future Loi sur la fin de vie va s’ouvrir.

Christian Saout : « Santé, Citoyens !»

Ce salut flamboyant est le titre de l’ouvrage de Christian Saout[1]. L’auteur a rédigé un livre bilan de son long et puissant engagement, comme Président d’Aides (1998-2007) puis du CISS, Collectif Interassociatif sur la Santé (2007-2012), Président également de la Conférence Nationale de Santé (2006-2010). Sa présence médiatique a donné une forte notoriété à cet esprit aiguisé. Il exprime ses positions sur la santé avec une liberté de parole qui bouscule les conformismes, irrite certains, révulse quelques uns et réjouit beaucoup d’autres.

« Moi, Vincent, condamné à vivre»

« Oui, condamné à vivre par un Tribunal, qui n’a pas entendu ma voix que portait ma très chère épouse, condamné à être maintenu dans un état de dépendance et d’inconscience que ma volonté refusait en préférant la mort à la survie végétative. Mon corps est devenu un objet, une cause d’affrontement, mon intimité a été violée par l’utilisation de ma souffrance pour défendre une idéologie qui n’a jamais été la mienne. » Ainsi pourrait parler Vincent Lambert, s’il le pouvait encore.

La tragédie de Vincent Lambert

Je m'indigne du traitement de la situation de Vincent Lambert qui est décrit abondament par les médias depuis 24 heures.

Adaptation de la Société au Vieillissement

Ce billet est inspiré par le chantier gouvernemental de loi d’orientation et de programmation qui proposera des mesures d’adaptation de la société au vieillissement sur trois années (2015 à 2017). Je me réjouis d’être l’objet d’un futur acte législatif. Octogénaire, j’ai le devoir de réagir.

Un extraordinaire diaporama des pyramides des âges de l’INSEE illustre les transformations sociales que ma génération inaugure :

http://www.insee.fr/fr/ppp/bases-de-donnees/irweb/projpop0760/dd/pyramide/pyramide.htm

Les citoyens et la fin de vie


Les conclusions de la conférence citoyenne sur la fin de vie rendue publiques le 16 décembre apportent un souffle d'air frais que je salue avec joie. Merci à ces 18 citoyens anonymes d'exprimer un avis aussi bien formulé, après avoir été informés par des experts dont la  majorité n'était pas favorable à une évolution. Cet avis rejoint et formalise ce que 90% des citoyens expriment de manière constante dans des sondages qui se ressemblent depuis tant d'années.

Un théologien devant la fin de vie

Bernard Quelquejeu est philosophe et théologien. Il m’a confié ses réflexions d’éthicien sur l’aide active à mourir. Un texte très beau et très équilibré que j’aime beaucoup sur un sujet qui est l’objet de débats partout dans le monde. Il m’a autorisé à le publier sur Mediapart.

La Mort Choisie

Tel est le titre du très beau livre que vient de faire paraître aux Éditions Mardaga de Bruxelles le Docteur François Damas, praticien hospitalier à l’Hôpital de la Citadelle de Liège.

Vincent Lambert: Dernier acte d’une tragédie familiale?

En mai dernier, l’affaire Vincent Lambert a été rendue publique. Il y a cinq ans aujourd’hui, le 18 septembre 2008, cet infirmier de 38 ans était victime d’un grave accident de voiture qui l’a plongé dans un coma dont il n’est jamais sorti. Son épouse l’a entouré des meilleurs soins possibles. Son long parcours se termine au printemps 2013 à l’Unité de Soins Palliatifs du CHU de Reims. Après la concertation prévue par la Loi Leonetti, impliquant les proches et l’équipe soignante, il a été décidé d’arrêter toute assistance et de laisser mourir Vincent.

Newsletter