Ven.
19
Sep

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Les luttes ? Eh oui, les luttes...

Il est évident qu'il faut en finir avec la V° république, mais elle n'est ni la mère de tous les maux ni l'obstacle pour en finir avec la crise. Elle est un problème pas la solution.

Et maintenant, ensembles...

Chacun fait ses expériences, celle du Front de gauche semble épuisée, en tout cas harrassée des bisbilles entre Mélenchon et le PCF, du double jeu de ce dernier et de son "autonomie" envers le PS qui n'est qu'une formule pour faire tantôt des alliances tantôt de l'indépendance au gré de gains électoraux espérés ou de mandats à sauver.

Retour sur la GA

Quand on voit ce qu'est en train de devenir le front de gauche on ne peut pas ne pas s'interroger sur l'opportunité d'avoir fait exploser un courant politique, naguère LCR, au sein du NPA, certes travaillé de tensions pénibles et de divergences tactiques aigues mais doté d'un socle commun.

un texte de Warschawski, terrible

Israël est impliqué dans une double guerre: une guerre contre le peuple palestinien et une guerre pour l'avenir de l'Etat.

Gauche de haine contre la Palestine, la Jeunesse, les pauvres et la contestation

Mr V.

Vos débordements verbeux contre la jeunesse et la solidarité envers un peuple qu'on persécute au mépris de toute forme de "légalité" internationale et qu'on massacre présentement « justifie(nt) d’autant plus le choix qui a été fait de maintenir une manifestation  samedi dernier, quoique interdite en dépit des libertés de ce pays.

QUAND MELENCHON BROIE DU NOIR

Que Mélenchon broie du noir, somme toute...

Mais voilà, avec lui ou sans lui effectivement ça ne va pas fort.

Pourquoi tant de noirceur ?

Fécondité du trotskisme ??

Décidément le trotskisme aura nourri les courants politiques de ce pays et leur aura donné des transfuges à foison et d'une grande diversité.

Intermittents, SNCF: ce mois de juin peut tout changer

Il est bon d’entendre la CFDT vitupérer les intermittents en lutte ainsi que les cheminots en grève reconductible au motif qu’ils comprommettraient de “bons accords”, et signeraient qui la mort du spectacle vivant, qui la mort du rail, en les faisant capoter.

Newsletter