Ven.
27
Fév

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Le retour de la bête du Gévaudan

Deux cent cinquante ans après avoir semé la terreur dans le Gévaudan, une bête, qui ne peut être qu’un loup bien redoutable, vient de faire son apparition dans la Meuse, près de Commercy, ville jusqu’ici surtout connue pour ses fameuses madeleines.

« Elle a quoi ma gueule ? »

Deux lectures m’ont fait me souvenir de la fameuse chanson de Johnny et je vous invite d’abord à l’écouter : https://www.youtube.com/watch

Athée ici ou de l’autre côté du Rhin

Les événements de janvier, mais aussi, précédemment, le débat autour du « mariage pour tous » et les positions combatives d’une partie des Catholiques, évêques mitrés en tête, ont remis a

Le prisonnier le plus célèbre de France !

Il y a bien longtemps, le dessinateur Jacques FAIZANT avait fait une série de dessins humoristiques à vocation publicitaire pour la Caisse d’Epargne.

Tous égaux devant la Justice

A la lecture du titre de ce billet, vous êtes priés de ne pas éclater de rire, au seul motif que vous suivez de près le déroulement du procès BETTENCOURT devant le tribunal de Bordeaux.

En cuillère pour l’éternité

Comme chacun sait, l’éternité c’est long, surtout vers la fin … mais on l’interrompt parfois, et ça s’appelle alors de l’archéologie.

« De deux choses l’une … »

Des actes terroristes ont lieu tous les jours, en Asie, en Afrique, au Proche-Orient, en Amérique … en Europe, et les moyens modernes de communication, qui nous en informent en temps réel, finissen

Interdire ?, abolir ? … instruire ?, éduquer ?

Ces derniers temps, sous des formes diverses, allant de la plaisanterie Dieudonnesque ou Le-Penique sur la Shoah, à l’agression sanglante contre la supérette cachère de Vincennes et en passant par

« 206 6 4 » … non, ce n’est pas le tiercé !

Ces troix nombres n’ont rien à voir avec l’ordre d’arrivée de chevaux sur l’hippodrome d’Auteuil ou d’Enghien.

L’année de la chèvre !

Il y a cinq ans, nous étions, Maly et moi, au Vietnam, auprès de Huong et de sa famille, où se fêtait « l’année du tigre ». Huong, qui m’appelle « Mon père à barbe blanche », nous a fait visiter son pays, comme nous lui avions, quelques années plus tôt, donné l’occasion de vivre, à Lyon, près d’une famille française.

Newsletter