Lun.
31
Aoû

MEDIAPART

Connexion utilisateur

La mort de la Médecine du travail, épilogue

Dernier billet sur ce thème, on n'en parlera plus. Mais en a-t-on suffisamment parlé ? Je retranscris le message qui vient de m'être adressé.

Claude Louis-Combet, la constance d'une écriture

Claude Louis-Combet est un écrivain rare. En tout cas, pas un de ceux sur lesquels on écrit des tartines dans les suppléments "livres" des magazines.

La médecine du travail toujours en danger, un oubli inquiétant

Je relaie volontiers ce communiqué de presse de SLMT (sauvons la médecine du travail) parce que je m'étonne qu'aucun media, et Mediapart pas plus que les autres, si je ne m'abuse, ne semble s'inquiéter de ce que le Conseil Constitutionnel ait laissé passer, sans le retoquer, l'article 26 de la loi Macron qui porte un coup fatal à la médecine du travail.

Agacements, 6

                     Quelques agacements nouveaux, aujourd'hui ; ils pourront paraître dérisoires

De la publication des fonds de tiroir

Tant de jeunes auteurs ou d'auteurs réputés difficiles ou peu vendeurs éprouvent, on le sait trop bien, mille difficultés à se faire éditer, tant qu'on peut, à bon droit, s'étonner de ce que des ma

Eloge de la claudication

On va sans doute encore taxer Michel Serres d'optimisme forcené, de naïveté inguérissable. Loin des discours catastrophiques, des prévisions apocalyptiques auxquels les ronchons de quelque âge qu'ils soient nous ont habitués, voici le vieil homme qui entonne un péan à la gloire de la pensée. Une pensée qui ne se perd pas dans les brumes heideggeriennes ni dans les mille précautions qui en figent le jaillissement.

commentaire

                   1001 commentaires, à ce jour. Décidément, je joue petit bras.

Une vague citoyenne pour un vrai changement

Il se fait grand bruit, depuis quelque temps, autour d'Alain Juppé, favori des sondages et de trois ou quatre éditorialistes. Il se dit qu'il offre une image contrastée de celle du trublion qui nous conduisit, pour une large part, au mal point où nous sommes et qui continue de s'agiter.

Newsletter