Mer.
28
Jan

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Abdelatif Benazzi

Je découvre, dans mon journal quotidien, Sud-Ouest, cette interview de celui qui fut le premier capitaine musulman du XV de France. Elle est faite par Nicolas Espitalier.

Hommage, d'un âge à l'autre.

Propos de Jeanne, 5 ans : " On tue pas les gens parce qu'on trouve pas son dessin joli, quand même. On lui dit pas non plus parce que ça va lui faire de la peine."

Une petite lumière d'Antonio Moresco

Antonio Moresco est un écrivain italien dont la notoriété est grande. Elle n'était pas venue jusqu'à moi, mais il faut bien se résoudre à ne pas tout connaître !  C'est sous la forme d'un petit livre paru chez Verdier que j'ai fait sa connaissance et il fera désormais partie de ma bibliothèque.

agacements (3)

Je supporte de plus en plus mal, les automatismes des journalistes qui ne savent pas rapporter un "fait divers" sans préciser un(e) sexagénaire, un(e) septuagénaire etc, comme si cela avait un intérêt quelconque de savoir l'âge de la personne qui s'est fait renverser par un tram ou dépouiller de son sac - une agression est une agression, un accident un accident.

Laurent Mauvignier, Autour du monde (éditions de minuit)

Le dernier Laurent Mauvignier repose sur un véritable défi - comment rendre l'idée de simultanéité par l'écriture ? soit un événement apocalyptique comme le tsunami de 2011 dont les images sont sur tous les écrans de la planète : peut-il ou non interférer avec les histoires que des individus vivent au même moment ? comment des drames individuels peuvent-ils coexister avec ce drame superlatif ? Le sentiment d'appartenir à un monde commun peut-il faire oublier les souffrances qui nous déchirent ?

Le mystère de l'oubli. Joseph Malègue, le Proust catholique

Pourquoi des auteurs qui ont eu, de leur vivant, un succès remarquable,  ont été couverts de louanges, ont nourri toute une génération de lecteurs qui n'étaient pas forcément des imbéciles, sombrent-ils dans un oubli presque total ? La question m'a toujours paru mystérieuse.

L'histoire se répète

Le hasard me met sous les yeux un texte de Guillemin qui vient de La capitulation de Paris. C'est un texte qui date de 1960.

de l'agacement à l'effarement

                                        Ce matin, un secrétaire d'Etat, dont je n'avais jusqu'à p

Newsletter