Le Business des contrôles techniques automobiles fait perdre du pouvoir d'achat

Garagistes, centres de contrôle technique en tous genres continuent leurs abus en toute impunité, bien sûr, ce ne sont certainement pas la majorité. Le résultat est toutefois là: quelques centaines d'euros par ci, quelques centaines par là, et le budget du ménage est bien entamé. Tout le monde a déjà trouvé la note salée suite à un contôle technique suivi de réparations coûteuses. Pourtant, personne pour vérifier , l'agrément donné par la préfecture aux centres leur confère une totale légitimité . 

Comment s'y prendre? 

Je pense que l'Etat devrait "nationaliser" l'examen du contrôle technique . Il existe bien des dizaines de centres des impôts où travaillent des milliers de fonctionnaires, pourquoi ne pas faire réaliser les contrôles techniques par des fonctionnaires formés et impartiaux? Le coût? Parlons-en justement. Certes déleguer fait faire des économies à l'Etat à première vue: pas de centes auto, pas de fonctionnaires, pas de formation etc... Mais quid du cout d'opportunité et de l'utilité publique? Si un milliard économisé par l'Etat en fait perdre 2 au contribuable, on peut se poser la question. De fait, l'automobiliste lambda diviserait à tous les coups par deux le prix moyen des frais liés au contrôle technique, le pouvoir d'achat n'en serait donc qu'amélioré. Et, sans faire de l'économie de comptoir, plus de pouvoir d'achat rendu aux français, c'est plus de consommation. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.