La réforme du contrôle technique, un impôt déguisé

Depuis quelques semaines, il se murmure que le contrôle technique sera désormais obligatoire chaque année. Bien sûr, l'argument mis en avant est la sécurité routière. 

Le problème, c'est que le controle technique obligatoire pour tous les propritéraires de véhicules légers vient encore grapiller un peu plus le pouvoir d'achat des français. Le prix moyen du contrôle technique est de 76€ en 2015. 76€ tout les deux ans, c'est abordable (sans compter les frais liées à des défauts constatés générant des réparations coûteuses). En le rendant obligatoire chaque année, cela doublerait tout simplement les frais liés au contrôle technique pour chaque automobiliste. Rien d'inadmissible penserez vous à première vue? Prenez un smicard gagnant 1100€ nets mensuels se servant de son véhciule chaque jour pour aller au travail et ne pouvant se déplacer en transports en commun. 152€ représentent ni plus ni moins que 14% d'un smic. Il s'agit donc d'une sorte de taxe supplémentaire, et incompressible pour les plus démunis pour qui l'automobile est tel un outil de travail. C'est donc injuste dans la mesure où cette réforme n'impacterait pas de la même manière tous les français, les plus riches n'en n'ont que faire de devoir payer 152€ tous les deux ans. 

Il faudrait donc, tout comme le barème de l'impot sur le revenu, mettre en place une progressivité dans le prix du contrôle technique en fonction des revenus de chacuns ou du quotient familial. 

Comme je l'évoquais dans un autre billet, il faudrait également nationaliser le controle technique et faire des contrôleurs garagistes actuels des fonctionnaires. Cela ferait baisser le cout du contrôle technique moyen pour l'ensemble des français. Il n'y aurait plus aucun conflit d'intérêt; les automobilistes ne seront plus sceptiques lorsqu'on leur imposera une contre-visite ou qu'on refusera de leur apposer la vignette verte sur le pare-brise. J'irais même plus loin en affirmant que le contrôle technique devrait être effectué en préfecture et que la carte grise soit renouvelée si le CT est validé. 

Cela peut paraître idiot mais cette réforme est représentative de l'action actuelle du gouvernement: on prend d'un coté pour donner de l'autre.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.