Portfolio

Pourquoi les hommes ne vont-ils pas en short au boulot ?

  1. Si l'on regarde sous les tables de réunion peu de jambes poilus ...

    Alors qu'aux beaux jours des tenues variées dévoilent les corps féminins , les hommes eux restent bien droits dans leur pantalon?

    Serait-ce parce que la société encourage une vision de la femme séductrice pour un mâle prêt à fondre sur sa proie ?

    Au passage les marchands du temple se sucrent abondamment et encouragent à pousser les murs du dressing de ces dames.

    Certes on voit arriver l'homme coquet l’œil en coin, mais il reste sobre.

    Pas de chemise ouverte  ( malgré la chaleur) dévoilant d'éventuels pectoraux , excepté en vacances.

    Alors de temps en temps les détenteurs de la morale sont obligés d'arrêter la femme, la jeune fille impudente qui pousse un peu trop loin le bouchon:

    "Être désirables certes Mesdames ! mais il faut s'adapter au contexte et maîtriser les frontières d'un cadastre intuitif."

    "PAS DE NOMBRIL A L’ÉCOLE !!!"

    On attend des femmes qu'elles sachent avec élégance , retenir ou laisser aller les chiens. Elles doivent accomplir des choix, le matin devant leur miroir , en fonction d'une connaissance innée des codes qui régissent les contextes dans lesquels elles évoluent.

    Il faut prendre conscience du fait qu'un vêtement féminin a été pensé de tout temps, essentiellement à travers le prisme du désir de l'homme.

    Talons, jupes courtes, croc top, décolletés.... renvoient à une imagerie collective de la séduction, de la tentation et donc de sa contrepartie : la censure.

    Sans doute faut il prendre conscience de cette involontaire posture de la femme pour s'en libérer et (ou) éventuellement l'assumer librement. C'est un travail sur soi de longue haleine et un combat à coup sûr à mener avec des regards qui ne voient pas que ce que l'on pense montrer.

    Finalement, il ne semble donc pas si simple de s'habiller « comme on veut ».

     

     

     

     

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.