Portfolio

L'inauguration de Scombrus à Concarneau

Il y a une semaine, un chalutier de 81 mètres était inauguré à Concarneau, dans un climat assez particulier. Quand j'ai vu l'information sur cet événement, je n'ai pas hésité une minute à y participer. C'était enfin une réaction concrète contre la pêche industrielle qui finira par tuer le métier si rien n'est fait maintenant. Voici, en mots et en images, ce que j'ai retenu.
  1. 21/09/20 18:46
    Après avoir rempli ses cales au large des côtes Anglaises, Scombrus a passé ce lundi à débarquer sa pêche à IJmuiden, aux Pays-Bas. Car si ce bateau neuf de plus de 81 mètres navigue sous pavillon Français, il appartient en fait à la multinationale néerlandaise Cornelis Vrolijk via sa filiale Française France Pélagique.
    Scombrus a fait ensuite route pour Concarneau où il a été inauguré vendredi dernier.
    J'y étais présente, aux côtés de Bloom, Association Pleine Mer, Plateforme Petite Pêche et Low Impact Fishers of Europe pour soutenir la pêche artisanale : la capacité de pêche de ces géants des mers n'est plus viable.
    De plus, raflant quotas et subventions, c'est à la mort programmée de la petite pêche à laquelle nous allons assister dans les prochaines années.
    Des " funérailles de la pêche artisanale/des ressources marines " étaient donc prévues en parallèle de la bénédiction du chalutier.

  2. 23/09/20 09:30, l'arrivée de Scombrus.

    Quand j'ai vu l'information sur l'organisation de cet événement, je n'ai pas hésité une minute à y participer. C'était enfin une réaction concrète contre la pêche industrielle qui finira par tuer le métier si rien n'est fait maintenant.

    Mais qui aurait cru que ce quai public serait verrouillé et gardé par des policiers armés et des maîtres-chiens, que le bateau serait protégé par la Gendarmerie Maritime ?

    Qui aurait deviné que je subirais un contrôle d'identité et que des personnes seraient inquiètes du simple fait que je les photographie ?

    Qui aurait prédit que la manifestation prévue serait interdite par la préfecture, craignant un " trouble à l'ordre public " ?

    Ce chalutier est vraiment celui de tous les excès !!!

    Cette interdiction a sans doute renforcé la détermination des associations Pleine Mer et Bloom et Fabrice Nicolino, journaliste et militant écologiste, à lancer un collectif pour l'interdiction de la pêche industrielle partout autour du globe.

  3. 23/09/20 09:47

    Scombrus pêche harengs, maquereaux, merlans bleus, chinchards et sardines à raison de 120 à 200 tonnes par nuit.

    Romain, fileyeur à Concarneau, déclare que ce mastodonte pêche en un trait ce que les bateaux Concarnois ramènent en 1 an. En une marée de 2 à 3 semaines, le bateau débarque aux Pays-Bas près de 2 000 tonnes de poissons.

    Il n'y aurait que 1% de prises accessoires et non-commercialisables, ce qui représente donc environ 260 tonnes à raison de 12 à 14 marées par an !

    Si France Pélagique assure que la ressource est " inépuisable ", ces tonnages prélevés ne perturbent-ils pas l'équilibre de la biodiversité ?

    Car Scombrus fait partie d'une douzaine d'unités de cette dimension en France. Et Cornelis Vrolijk possède 93 navires dans le monde.

    Son concurrent, Parlevliet & Van der Plas, présent dans une vingtaine de pays, a acquis intégralement ou en partie la Compagnie des pêches de Saint-Malo, la Compagnie française du thon océanique, ainsi qu’Euronor. Margiris, l'un des fleurons de ce groupe, mesure 143 mètres de long.

    Pour répondre à ses détracteurs, l'armement se vante d'être labellisé MSC. Le label, de plus en plus controversé, co-fondé par une multinationale de l'alimentaire, certifie une majorité de produits issus de la pêche industrielle et vendus en grandes surfaces.

  4. 23/09/20 09:55, Scombrus accoste quai du Moros.

    Le quai, privatisé pour l'occasion, n'a pourtant pas attiré beaucoup de monde.

    Les rares personnes qui se sont arrêtées l'ont fait car elles étaient intriguées de la présence des nombreux policiers.

    Bloom demande à ce sujet des comptes à l'administration compétente : https://www.bloomassociation.org/mobilisation-scombrus

  5. 23/09/20 10:31

    En venant se faire baptiser à Concarneau, Scombrus commet un affront envers bon nombre d'artisans Français, à commencer par les Concarnois : le chalutier de 81,37 mètres, construit en Norvège, est venu s'amarrer face aux chantiers Piriou.

    France Pélagique, l'armement du bateau, est en fait une filiale de la multinationale néerlandaise tentaculaire Cornelis Vrolijk. Sa pêche sera donc débarquée aux Pays-Bas pour prendre la direction de l'Afrique et du Moyen-Orient. Le groupe industriel possède ainsi plusieurs filiales dans différents pays d'Europe afin de bénéficier de leurs quotas de pêche.

    Antoine Dhellemmes, le fondateur de France Pélagique, est aussi vice-président du Comité National des Pêches. Afin d'éviter toute accusation de conflit d'intérêt, il a nommé son fils Geoffroy à la tête de la société.

    France Pélagique a vendu le chalutier Label Normandy en gardant ses quotas, mais après avoir licencié l'équipage.

  6. 25/09/20 11:44

    " Que nous reste-t-il ? #àpoil "

  7. 25/09/20 12:06

    Malgré l'interdiction préfectorale de manifester, une bonne centaine de personnes se sont retrouvées spontanément devant les grilles de l'inauguration de Scombrus, après la conférence de presse de 11:00. Sans violences, mais en criant assez fort pour être entendus des happy few, le mot " lapin " a parfois été scandé pour porter malheur au bateau.

    Côté sortie des invités, une femme de pêcheur, trainant bébé et poussette, insultait copieusement les personnes qui sortaient :

    - " Salope !

    - Connasse, tu ne sais pas qui je suis ! " fut la réponse de l'intéressée, juchée sur talons hauts et coincée dans une veste cintrée.

    Scombrus quittera le port de Concarneau avec une coque impactée de peinture blanche...

  8. 25/09/20 14:10

  9. 25/09/20 14:49

    Face aux bureaux de France Pélagique, un message personnel.

    Sujet à suivre...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.