Portfolio

Le complexe du homard appliqué aux macronistes

Certifié De Rugy
  1.  

    De l’être au non être, le complexe du homard macroniste

    Ce que nous voyons est rarement ce qui est, et ce qui est est rarement ce que nous voyons.

    L’être humain a perdu sa capacité à ressentir et éprouver l’objectivable, il se contente de le fantasmer en fonction de ce qu’il souhaite subjectivement.

    Rien n’est plus qui ne sera et à se complaire du paraître, l’être s’égare.
    L’être étant défini comme celui qui pense et qui est, et qui se suffit à lui-même.

    En nos sociétés consommatrices de pensées des masses, l’humain a abandonné son individualité et n’est plus qu’une donnée réductrice à l’ignorance collective.

    Le prêt à penser est ce poison qui gangrène chaque jour un peu plus la faculté de se rassembler « un » et de se ressembler Autre.

    On ne distingue plus le réel de l’abstraction et tout se confond en un miasme de ce qui est créé mais qui ne possède aucune essence propre que celle de ceux qui la façonnent dans l’individualisme fait collectivisme.

    Le lien social n’est plus commun mais communautarisé. Chacun s’en revendique mais peu en pressentent l’essentiel lequel réside dans le vivre ensemble.

    La notion de collectif disperse et éloigne plus qu’elle n’unit.

    Nous assistons à une déshumanisation de l’individu singulier au profit du pluriel.
    La difficulté à concevoir Autrui est à l’origine de ces mouvements qui émergent et qui substituent les idéologies à l’idéal.

    Le mouvement La République en Marche est particulièrement parlant en ce qu’il érige l’élitisme d’une minorité comme la représentation d’une majorité.

    Progressivement, cet élitisme devient le totalitarisme d’une idéologie arbitraire, qui est elle même incapable de produire sauf en la communication et la déformation de ce qui est mais qu’il ne voit pas ou feint de ne pas voir .

    Les egos, fragiles en leurs fondements, ne résistent pas à cette tentative de rassemblement et en ce sens un tel mouvement est assimilable à la théorie du complexe du homard développé par Françoise Dolto.

    La psychanalyse utilisait cette métaphore pour expliquer la crise d'adolescence:
    « c'est cette question du vacillement des limites." Par exemple, lorsque nous sommes confrontés à des aspects de nous-mêmes que nous préférons ne pas reconnaître ou ne pas voir. »

    Les macronistes sont en quête d’objet transitionnel pour se construire en entité unique

    « Les homards, quand ils changent de carapace, perdent d’abord l’ancienne et restent sans défense, le temps d’en fabriquer une nouvelle. Pendant ce temps-là, ils sont très en danger. Pour les adolescents, c’est un peu la même chose. Et fabriquer une nouvelle carapace coûte tant de larmes et de sueurs que c’est un peu comme si on la “suintait”. Dans les parages d’un homard sans protection, il y a presque toujours un congre qui guette, prêt à le dévorer. L’adolescence, c’est le drame du homard ! Notre congre à nous, c’est tout ce qui nous menace, à l’intérieur de soi et à l’extérieur, et à quoi bien souvent on ne pense pas. »

    C’est là la tragédie des macronistes, menacés à l’intérieur de soi et à l’extérieur et au-delà menaçants en ce qu’ils sont dépourvus du don de se penser autrement que par eux-mêmes.

    Retour à la case départ :
    « Ce qu’ils voient est rarement ce qui est, et ce qui est est rarement ce qu’ils voient ».

    Merci.

    Richardeau Gaylor

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.