D’une théâtrale ou d’un hommage aux victimes de Nice

Des mots sur des maux
  • Date Du 7 novembre 2020 Au 8 novembre 2020
  • Information Dire ce que d’aucuns ne diront ...

D’une théâtrale

 

“Et les voici qui maintenant se recueillent, le port haut de cette culpabilité qu’ils portent en fardeau de leurs propres actes assassins,

Ceux là, fanfarons d’un cortège où tout est immobile que les colombes de sang souillées volant aux Cieux d’ autre chagrin,

Que ne savent-ils que se parer de larmes, lorsque le silence s’impose face à l’ignominie de ces hommes qui n’ont point regrets,

Nulle convenance n’est aussi vile que celle-ci, bienséance de ces hommages qui n’ont d’écho qu’au centre de cette terre d’impiété,

Infidèles à ces hommes, femmes, enfants que sans remords vous érigerez demain en martyrs de vos péchés ourdis en fiel d’ignorance,

Pauvres de vous, qui de théâtrales postures n’êtes que les mime démembrés de cette France dont vous êtes marionnettes indécentes,

Viendra le temps où vos masques tomberont, obséquieux en vos visages de pantins qui le jour d’après se feront linceuls impies,

Le rideau sur vous s’écroulera et au son des trois coups, il ne restera de vos insolences que les cendres de vos sombres habits.”

©Gisèle-Luce de Christian-James

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.