Portfolio

D’une autre mathématique

Tellement de ce monde pourrait être si facile si nous avions le courage de le regarder tel qu’il est
  1. Tellement de ce monde, angulaires de leurs perpendiculaires...

    « Tellement de ce monde pourrait être si facile si nous avions le courage de le regarder tel qu’il est.

    Que cherchons nous à ne pas voir ? Sinon peut-être notre crainte de savoir.

    Savoir ce que nous sommes devenus en tant qu’individus singuliers et collectifs ?
    Savoir ce que nous n’avons pas su retenir de l’Histoire et le réitérer?
    Savoir ce que nous avons perdu d’humanité en nos égoïsmes respectifs?
    Savoir que nous avons permis l’avènement de ce monde là?

    L’aveuglement volontaire n’est jamais source de vérité mais paroxysme d’une civilisation perdue dans l’erreur.

    Catharsis ? Résilience?

    En sommes nous capables considérant nos silences complices?
    En avons-nous ne serait-ce que le droit, créateurs que nous sommes de ce chaos naissant?
    En saisissons nous le sens même, autocentrés sur le narcissisme de nos égos ?
    En avons-nous la volonté réelle en ce qu’elle impliquerait de renoncement ?

    L’inertie est notre responsabilité et sauf à l’adouber comme graal de nos sociétés, nous en pairons le prix.

    Éveil ? Prise de conscience?

    Que savons-nous encore de nos consciences que la déraison?
    Que sommes nous éveillés que par le prisme d’un réel que nous fantasmons?
    Que demeure t’il de nous qui en nos inconscients pourrait produire la sagesse commune ?
    Que pouvons nous contempler qui ne nous donne enfin le désespoir de l’espoir ?

    En nos yeux tout est déformé, tout est anamorphose, tout est autre que le miroir de l’Etre.

    Se résoudre, accepter ?

    La convenance sociétale nous endoctrine à l’acceptation.
    La normativité ambiante noue renvoie à un achèvement qui est constellent inachevé.
    La globalisation de nos espaces-temps nous éloigne de notre lien aux autres et à nous-mêmes.
    L’évolution n’est que révolution d’une matière humaine en rotation sur elle même.

    Nous pourrions être l’axe parallèle à leurs perpendiculaires, nous ne sommes plus que leurs angulaires.

    Tellement de ce monde pourrait être si facile si nous avions le courage de le regarder tel qu’il est... »

    Merci.

    Richardeau Gaylor

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.