Portfolio

Lrem et le graal d’une sémantique séparatiste

Dire autrement ne signifie pas faire autrement...
  1. Du projet de loi contre les séparatismes au projet de loi confortant les principes républicains : une figure de style

     

    Comment expliquer ce changement sémantique?

    Lrem a fait le choix de masquer ses intentions en renommant un projet de loi, mais en ne le modifiant absolument pas sur la forme.

     

    La lutte contre le séparatisme islamiste devient la confortation des principes républicains.

     

    Au-delà du contresens que cette sémantique introduit, lrem asseoit des axes profondément antirépublicains sur un supposé fondement républicain.

     

    Quelle est la conception actuelle de la République selon Lrem?

    L’exclusion?

    L’amalgame?

    La division?

    La répression?

    Le sécuritaire?

    La stigmatisation d’une religion déformée en son essence?

    Une laïcité aux contours fourvoyés ?

     

     

    Rien dans cette conception de la République n’appartient à la République.

     

     

     

    Voici l’explication où tout du moins la présentation que nous propose Lrem.

     

    Le 9 décembre 2029, « le projet de loi “confortant les principes républicains” a été présenté en Conseil des ministres.

     

    Face au séparatisme islamiste, il traduit un engagement fort : la République ne doit plus reculer.   

     

    En octobre d’abord, le Président avait appelé à un réveil républicain face à ceux qui souhaitent nous séparer. 

     

    Nous vous avons consultés : grâce aux constats et aux idées de 7 000 d’entre vous, nous rendons aujourd’hui publiques 16 propositions pour répondre à cet appel. Ces propositions constituent une réponse globale et s’attachent aussi bien à tenir les promesses républicaines qu’à rétablir l’ordre républicain. Nous proposons notamment de : 

     

    • Prévoir des sanctions exemplaires pour les personnes dépositaires de l’autorité publique qui commettent des délits racistes ou discriminatoires, 

     

    • Porter l’ambition nouvelle d’une “formation universelle à la laïcité” à l’école (élèves et enseignants) et dans la fonction publique,

     

    • Donner trois ans aux entreprises pour respecter de nouvelles obligations en matière de lutte contre les discriminations (formation obligatoire, contrôles et sanctions),

     

    • Protéger les agents et les usagers du service public en radiant les agents auteurs de manquements répétés et graves à la neutralité du service public. »

     

    Vous pouvez retrouver ci-dessous l’ensemble des mesures envisagées.

    https://storage.googleapis.com/en-marche-fr/COMMUNICATION/LaREM_Publication_Separatismes.pdf?utm_source=%5BPROD%5D+Liste+globale&utm_campaign=0f17dae8a8-EMAIL_CAMPAIGN_2020_11_19_07_37_COPY_01&utm_medium=email&utm_term=0_e890e2dc99-0f17dae8a8-95623887

    LaREM_Publication_Separatismes.pdf

     

    —————

     

    Les principes républicains ne se réduisent pas à une sémantique qui est non sens de la République elle-même.

     

    Mais si l’on prend comme acquis le fait que Lrem repose plus sur une stratégie de communication que sur un idéal du vivre-ensemble, on ne saurait être surpris de cette façon de procéder.

     

    N’est point républicain celui qui agit en fonction de finalités antirépublicaines.

    N’est pas républicain ce qui tend à exclure de notre société.

    N’est pas républicain ceux qui trahissent les fondements de la Respublica.

     

    De là à dire que Lrem est un parti politique antirépublicain il n’y a qu’un pas...

    Le franchirez vous ?

     

    Merci.

     

    Richardeau Gaylor

     

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.