Portfolio

L’Homme .....

  1. De l’Homme sujet à l’Homme objet

     

    « L’Homme sujet est devenu objet au fil de l’évolution de nos sociétés occidentales.

     

    Face à la révolution technologique, Il n’a pas su interagir mais a subi les changements qui se sont imposés à lui.

     

    À défaut d’être acteur de l’existant, il en est aujourd’hui dépendant de ce qu’il a lui-même créé et alimenté en sa recherche du tout.

     

    Ses repères originels se sont fondus dans la masse des néologismes qui se présentaient à lui. Ne distinguant plus ce qui lui était bénéfique et ce qui lui était néfaste.

     

    L’Homme s’est égaré dans l’ère de la dématérialisation, réductible à un moteur de recherche virtuel, annihilant la créature sociale qu’il est en toute son essence première.

     

    L’Homme a substitué à sa quête première du bonheur réel, celle de la plénitude matérielle.

    Ainsi la sphère intime s’est confondue avec celle du public et l’Homme a cessé d’être pour paraître.

     

    Cette réflection flouée de l’individu conscient jusqu’à l’inconscience est terrifiante à l’aulne de l’Histoire de l’Humanité.

     

    L’Homme vecteur de progrès est à ce jour en phase de régression.

    L’infantilisation et le conformisme ambiants ont modelé l’Homme en une marionnette victime d’être son propre marionnettiste.

     

    Tout se passe comme si l’Homme avait perdu sa substantifique moelle pour s’élever en des contingences uniquement matérialistes.

     

    La pensée n’est plus appréhendée comme le résultat d’un raisonnement mais comme l’omniscience de quelques uns. L’unique devient l’inique et l’arbitraire s’oppose à la pluralité.

    L’Homme, de singulier, n’a plus que le nom, le reste ayant été fusionné dans la masse du collectif ignorant le Bien Commun.

     

    Charlie Chaplin pourrait encore nous conter les temps modernes que l’Homme aurait déjà tué la modernité de son temps personnel.

     

    Merci.

     

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.