Portfolio

De l’entreprenariat politique

Focus : l’Homme est-il l’antithèse de la politique ou son essentiel ?
    1.  

      ’entreprenariat politique

       

      L’Homme, cet essentiel de la politique est devenu son antithèse sous le joug des politiciens, qui ne sont plus politiques au sens premier mais apolitiques en termes de détournement de l’intérêt général à des fins particulières.

       

      Dès que l’homme politique a agi non par vocation de servir mais par désir d’asservir, et de se servir, il a perdu l’essence de ses attributs.

       

      Pendant des décennies la politique s’est institutionnalisée en entreprise, appliquant les mêmes méthodes et stratégies que celles de la sphère des entrepreneurs.

       

      La politique s’est dévoyée en produit de consommation, déclinée en slogan publicitaires, s’est franchisée.

       

      Le management des adhérents ou partisans à été guidé par des testings et études de marché.

       

      Les campagnes de promotion ont également placé l’idéologie en tête de gondole.

       

      Les soldes er les black fridays ont permis la vente à perte de nos valeurs originelles.

       

      Les citoyens ont été appréhendés comme des clients d’un potentiel électorat.

       

      Les financements se sont joués autour du ratio risques/ bénéfices sur l’échiquier du all for sale.

       

      Toute décision publique est désormais comptabilisée en plus-values et dividendes.

       

      L’actionnariat se bouscule et la bourse est favorable aux investissements droitiers jusqu’à l’extrême.

       

      Des OPA sont lancées sur les thinktangs médiatiques. Qui achète des parts chez BFM, qui rachète CNEWS.

       

      Les contrats sont délocalisés, les employés partiellisés.

       

      On se filialise, made in China, label mondialisation garantie cent pour cent satisfait ou bons d’achats sur les urnes.

       

      On rogne sur les heures supplémentaires et les débats ne sont plus remboursés dans les hémicycles.

       

      Les dirigeants multiplient les plans de licenciement et les idées sont en cessation de paiement. Faillites sur l’idéal.

       

      Ainsi va le monde d’une entrepreneuriale politique...

       

       

      Merci.

       

      Richardeau Gaylor

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.