Portfolio

D’une humanité en question

Qu’avons-nous fait ? Que sommes-nous devenus ?
  1. Questionnement  de notre humanité...

    « La question va peut-être vous paraître étrange mais il me paraît important de la poser : sommes nous encore membres d’un même collectif humain?
    Membres d’un tout dont chacun de nous est partie intégrante?
    Sommes-nous frères er sœurs ou bien des individualités juxtaposées les unes aux autres et souvent les unes contre les autres?

    De la réponse à cette question dépend notre faculté à réinventer le vivre ensemble.

    En sommes-nous capables?

    Sommes-nous encore assez humains pour nous projeter dans et avec l’autre?
    Sommes-nous toujours libres de nous revendiquer d’une même appartenance à la condition humaine, universelle et indivisible ?
    Sommes-nous suffisamment ouverts en nos pensées respectives pour accepter des pensées différentes ?
    Sommes-nous à nos pairs ce que nous prétendons être pour nous-mêmes?
    Sommes-nous affranchis de toute entrave pour oser construire le Bien Commun ?

    Que nous reste-t-il du lien social qui nous lie les uns aux autres ?

    Avons-nous su le préserver au prix de se percevoir égal en autrui ?
    Avons-nous voulu maintenir ce lien contigüe qui de nous a fait animaux sociaux?
    Avons-nous pu aller au-delà de nos égoïsmes pour nous accepter comme étrangers à nous mêmes ?
    Avons-nous conservé ce qui d’entre toutes nos valeurs auraient permis de ne pas nous diviser?
    Avons-nous réussi à nous inscrire en continuité des droits et devoirs de nos citoyennetés ?

    Je ne détiens aucune vérité absolue sinon la permanence d’une incertitude.
    Celle-là même qui me fait vous interroger aujourd’hui.

    L’avenir de notre société et plus encore de notre sociabilité est conditionné aux constats que nous ferons de ce que nous avons fait et sommes devenus.

    Merci.

    L’Homme par l’Homme et pour l’Homme! »

    Gaylor Richardeau

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.