Portfolio

Théorie du néo-cubisme de l’information

Hold-up sur l’information
  1. De la théorie du néo-cubisme de l’information

    Le texte ci-dessous est le produit d’une réflexion duale qui a pour objet d’interroger l’information telle qu’elle nous est donnée à voir.
    Ce travail a pour point de départ un reportage.
    Il a ensuite consisté à une acception plus large sur l’action d’informer.
    Nous vous en livrons le résultat, le soumettant à vos questionnements et lectures respectifs.
    Merci.

    D’un reportage à une théorie de l information...

    Nous prenons ici pour point d’étude le film Hold-up sorti le 11 novembre 2020 , sur « l'entreprise de manipulation globale" entourant la pandémie de Covid-19.

    Si l’on analyse le reportage « Hold-up* » comme reposant sur le principe de la manipulation, elle-même définie comme une juxtaposition d’éléments vrais, et d’interprétations subjectives en leurs extensions, qui elles , nécessairement sont détachées des faits, peut-on en tirer quelques conséquences sur le plan de l’information générale en nos sociétés contemporaines ?

    Peut-on estimer que de processus est susceptible de se créer autour de tout type d’information ?

    Le monde de l’information deviendrait ainsi celui de l’interprétation... manifestement, impérativement subjective.

    Mais alors, peut-on encore parler d’information?
    L’information étant appréhendée comme un fait objectif et vérifiable, reflet d’une certaine réalité de de ce qui est, elle ne laisse place à aucune subjectivité. L’information devrait se suffire à elle-même.

    L’information de manière générale ne serait donc plus des faits donnés comme objectivables mais des faits sous conditions d’interprétation...particulières.

    Dès lors la compréhension d’un fait serait fonction des capacités du sujet à en extraire une substantifique moelle qui ne serait in fine pas l’essentiel de la vérité mais d’une vérité parmi d’autres....

    On basculerait alors dans l’ère de l’information à plusieurs niveaux d’interprétation....

    L’information comme abstraction d’une réalité sur laquelle chacun poserait un regard singulier.... le néo- cubisme de l’information.

    Dès lors notre rapprochement de la vérité dépendrait donc de l’étendue de nos connaissances et expériences et de la capacité de discernement, ce qui est de nature à exclure un certain nombre d’ente nous de l’information par à défaut des moyens intellectuels d’y accéder.

    Nous ne serions en conséquence pas égaux face à la compréhension de ce monde ....

    En outre, l’information passerait de fair après l’interprétation.... ce qui reviendrait à un inversement d’un processus d’appréhension du réel.

    Il faut de même inclure dans ce raisonnement la faculté pour certaines personnes, en plus du discernement des capteurs orientent vers une préconscience.

    ( exemple : dans le documentaire cité Bill Gates fait avait prédit en 2015 la pandémie mondiale comme il avait anticipé Ébola- ) ii est accusé premier en le fil rouge du reportage. )

    La préconscience comme préscience serait également une donnée à prendre en compte en amont de toute information
    Car tout est toujours au niveau de la conscience, qui est la synthèse de nos connaissances et expériences.
    À noter que la préscience existe sans intention ni conscience de vérité future.

    L’information serait ainsi l’abstraction d’une réalité sur laquelle chacun poserait un regard singulier....
    Elle serait postérieurement qualifiée information par ceux qui en disposeraient à des fins stratégiques ou manipulation.
    Ne pas omettre que la manipulation est calculée pour un objectif qui serait irréalisable sans cacher des pans de réalité. Elle n’est pas préconscience. Elle est sous conscience.

    C’est là qu’apparaît la théorie du néo cubisme de l’information.

    L’abstraction informative .... l’information subjectivable. ...
    Le cube ...angles droits... équidistants...
    sous couvert d’ouverture de l’information on la réduirait à un cube.
    Donc à un formatage....
    À partir de ce formatage, on pourrait donc faire passer tous types d’informations, lesquelles ne seraient plus questionnées car parties du cube....
    La porte de tous les possibles serait ouverte jusqu’à l’impossible.

    L’information peut elle se réduire à un cubisme des pensées individuelles et collectives, caisses de résonance des conscients et inconscients singuliers et collectifs ?
    Sauf à entrevoir l’information comme vecteur de désinformation, la réponse est évidemment négative.
    L’information ne doit pas être. le hold-up de nos libertés à penser le réel tel qu’il est et non tel que d’aucuns voudraient que nous le percevions.

    Merci.

    Les débats sont ouverts.

    ©FiatLux

    Note:
    * Hold-up
    Sorti le 11 novembre, le film documentaire français Hold-Up, entend démontrer "l'entreprise de manipulation globale" entourant la pandémie de Covid-19, connaît un grand succès.
    Vu potentiellement par au moins 3 millions de personnes ce lundi d'après un décompte du site France Inter (et encore, sans compter les téléchargements directs), le film de 2h43 rassemble une galaxie de sceptiques et d'experts en tous genres qui attaquent vigoureusement les mesures prises contre la crise du Covid-19, jusqu'à l'explication finale d'un complot mondial mêlant Bill Gates, les "big pharma", Jacques Attali ou encore le déploiement de la 5G.
    La puissance du film, vient de sa capacité à distiller les fausses informations au milieu d'interrogations légitimes sur la gestion de la crise sanitaire, et de s'appuyer sur les contradictions et revirements réels du gouvernement pour déployer un argumentaire complotiste. Le film s'appuie sur des prétendus experts surtout connus pour leurs controverses, déforme les conclusions de certains rapports (notamment sur le port du masque), et maîtrise parfaitement l'art de l'insinuation grâce à la voix-off et aux effets sonores angoissants.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.