Portfolio

Du Macronisme à la Macronie

D’une expérience .... l’illusoire d’une démagogie politicienne....
  1. Du Macronisme à la Macronie

     

    Je oublie deux textes écrits à deux ans d’intervalle.

    Du Macronisme tel que je le pensais à la Macronie qu’il est devenu.....

    Histoire d’une désillusion...

     

    2018

    “Conceptualisation du Macronisme

     

    S’il me fallait ici conceptualiser le Macronisme, je parlerais d’idéal .

     

    L’idéal est ce vers quoi l’Homme tend, ce qu’il cherche à atteindre , la quête d’un graal qu’il ne trouvera peut-être jamais.

     

    Nous avons trouvé notre idéal, cet idéal a un nom, des principes et des valeurs.

    Cet idéal a un cadre, des représentants et des institutions.

     

    Cet idéal est incarné par un homme, Emmanuel Macron.

    Un homme engagé, volontaire , déterminé.

    La force d’un programme, dont l’ambition et l’audace sont le socle de tous les possibles.

     

    Le Macronisme n’est pas idolâtrie mais le partage d’idées de changements, de réformes, de progrès, d’innovations.

     

    Le Macronisme est aussi  une idéologie des droits de l’homme , laquelle est ancrée au cœur de chaque acte, chaque parole présidentielle.

    L’homme est remis à la place dont il avait été démis .

     

    Le Macronisme c’est également une projection, en conscience d’une histoire , dans la réalité d’un présent et dans la construction de demain.

     

    Le Macronisme est un guide pour nos générations et celles à venir , il est porteurs d’espérance et n’omet aucun de nos concitoyens.

     

    Le Macronisme est une vision de notre pays tel qu’il est, y compris dans ses dysfonctionnements. C’est une acception réaliste de la vie de la cité.

     

    Le Macronisme est le rempart contre toutes les velléités d’atteindre à notre République, à notre démocratie. Il est garant de l’ordre public et des libertés individuelles et collectives.

     

    Le Macronisme est le refus des collusions et corruptions qui ont émaillé le monde politique.

     

    Le Macronisme est l’ouverture sur l’autre, dans une conception élargie de l’humanité. Cette ouverture dépasse nos frontières, elle se veut européenne et internationale.

     

    Le Macronisme est une manière de penser différemment la politique. Cette pensée est riche des apports multiculturels  de notre nation et des expériences de chacun .

     

    Le Macronisme est l’appréhension d’un monde en évolution et une volonté d’agir sur celle-ci.

     

    Le Macronisme est humilité face aux plus démunis d’entre nous.

     

    Le Macronisme est l’union recherchée de tous les territoires de France.

     

    Le Macronisme est un renouveau du contrat social cher à Rousseau, un esprit de renaissance que ne renierait pas Montesquieu.

     

    Le Macronisme est une philosophie de la connaissance et de la transmission.

     

    Le Macronisme est le refus des inégalités, des injustices , parfois fruit d’un mauvais fonctionnement de nos institutions.

     

    Le Macronisme est une définition plénière du service dû au public et de l’intérêt général au-delà de tout intérêt particulier.

     

    Le Macronisme est l’antithèse de la démagogie. Il est parler vrai.

     

    Le Macronisme est une façon de concevoir les devoirs de l’Etat, une perception précise de l’exercice du pouvoir, par le peuple et pour le peuple.

     

    Le Macronisme est abnégation du soi pour permettre l’expression de l’autre.

     

    Le Macronisme est le sens de la patrie, la fierté d’une devise réhabilitée : liberté, égalité, fraternité.

     

    Le Macronisme est une dynamique au service d’un idéal démocratique et républicain.

     

    Le Macronisme peut être résumé en une expression, celle prononcée par un Président au soir de son élection: « je vous servirai avec amour ».

     

    Merci .

     

    Richardeau Gaylor”

     

     

    ET PUIS ...

     

     

    2020

     

     

    De la Macronie

     

    “J’entends par Macronie, l’ensemble des individus entourant Emmanuel Macron et se revendiquant d’une pensée unique, usant de propagande et de démagogie pour parvenir à leurs fins essentiellement politiciennes et économiques.

    Sous couvert de non- clivage, la Macronie est assurément la plus clivée sur l’échiquier politique.

     

    Les Macroniens ont une référence commune en la doctrine ultra capitaliste  incarnée par Dominique Strauss Kahn.

    Ils s’entourent ainsi de lobbies de la grande finance, de fonds d’investissements ( Black Rock par exemple), et autres organismes plus ou moins connus du grand public.

    Ces liens sont permanents et guident la grande partie de l’action publique.

     

    Formatés selon un même schéma : ENA, Sciences Politiques, juristes, devant également répondre à des critères  particuliers : le macronien a souvent moins de 47 ans, il ou elle est à l’aise dans la technicité oratoire, il ou elle correspond aux standards physiques du moment, il ou elle est de préférence chic mais stylé(e), classique mais pas trop, et surtout doit renvoyer une image dynamique et volontaire.

    Le macronien n’a pas de personnalité propre, sinon celle du mouvement auquel il appartient.

     

    La Macronie propage une vision erronée de la République démocratique en se référant faussement à la philosophie du siècle des Lumières et à la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789.

    La Macronie n’est révolutionnaire que dans l’hyper- communication qu’elle alimente et véhicule. Et si révolution elle poursuit, elle n’est dirigée non pas vers l’intérêt général, mais par la somme des intérêts particuliers de ceux qui la composent ou la soutiennent, intérêts que l’on peut réunir sous le terme de financiers.

     

    La Macronie se décline en plusieurs opuscules, pour certains publics et d’autres plus occultes.

     

    La Macronie utilise des méthodes semblables à celles-là même qu’ils condamnent en l’opposition.

    La différence se situe uniquement dans le choix des mots.

    La Macronie use de toutes les possibilités qu’offre la langue française, et crée parallèlement une novlangue faite d’anglicismes et de sigles destinés exclusivement à la manipulation des masses.

     

    La Macronie s’expose sur l’ensemble des réseaux sociaux et infiltre tous les vecteurs de pensées différentes.

     

    La Macronie ne porte pas d’idéal mais se confond aux idéologies qui prévalent selon les sondages d’opinion.

     

     

    La Macronie est tout cela et bien plus encore.

    S’il fallait la réduire à une expression, je dirais que la Macronie est l’art de l’illusionnisme politicien à son paroxysme.

     

    Merci.

     

    Richardeau Gaylor”

     

    Conclusion : les promesses n’engagent que ceux qui y croient ...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.