Médiatall
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Portfolio 30 nov. 2021

PAS JUSTE UN DOIGT

Le Général de Gaulle et Eric Zemmour ont bien plus d’un doigt qui les sépare. Mais ce doigt en dit long sur la médiocrité inédite de notre débat politique aujourd’hui, un débat que Trump n’aurait pas renié, avec le même cortège d’insanités et de bassesses. Mais à qui la responsabilité ? Aux élites et à elles seulement ? Pas si sûr.

Médiatall
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. La dépêche du midi

    Le Général de Gaulle et Eric Zemmour ont bien plus d’un doigt qui les sépare.
    Mais ce doigt en dit long sur la médiocrité inédite de notre débat politique
    aujourd’hui, un débat que Trump n’aurait pas renié, avec le même cortège
    d’insanités et de bassesses. Mais à qui la responsabilité ? Aux élites et à elles
    seulement ? Pas si sûr.


    La montée des partis d’extrême droite en France et le ralliement d’une grande
    partie des gilets jaunes à Marine Le Pen et Eric Zemmour, montrent
    l’égarement total de la France populaire.
    Zemmour, polémiste attitré d’une chaîne info Bolloré, messie d’un discours
    droitier éculé, dispensateur de haine en barre. Marine Le Pen, fille d’un
    milliardaire de Saint-Cloud, grande fabricatrice de démagogie complètement
    déconnectée de quelque pragmatisme économique… Finalement, il y a une
    chose que ces deux artisans du discours alarmiste révèlent pour de bon : le
    niveau de la France pour se rallier à de telles énormités.
    Pour voter, encore faut-il se donner la peine de penser. Sinon, le bulletin mis
    dans l’urne est le simple fruit d’une velléité pulsionnelle, au service de son
    ressentiment. Et j’interroge justement la capacité de penser quand on est soi-
    même si dupes de tout, dans le refus de se cultiver, de s’informer, de creuser
    des tranchées pour lutter contre la bêtise humaine.
    Cette France qui reste plus de sept heures par jour sur son téléphone, qui
    dépense le peu d’argent qui lui reste au gratte-gratte, qui regarde des
    kilotonnes de programmes débilitants au lieu d’ouvrir un livre, qui préfère un

    podcast de développement personnel à un ouvrage de philosophie parce que
    c’est « plus simple à comprendre » …
    Cette France s’est en réalité, arrêtée de rêver, d’élaborer, de mentaliser, en
    s’assujettissant volontiers au diktat des réseaux sociaux. Un peu facile
    d’incriminer la Silicon Valley et ses techniques pour renforcer l’addiction. Il y a
    aussi un tempérament, une inclinaison. Et si nous étions d’abord soucieux de
    penser le moins possible ? De faire semblant ? Les discours de l’extrême droite
    sont de véritables petits miracles d’auto-persuasion et d’invectives. Les
    paresseux les dégustent comme on lit Martine à la plage à six ans, avec le
    même ravissement teinté d’un peu de surprise. On ne leur en demande pas
    plus ! On leur fournit de l’aigreur, de l’obscurantisme, une pincée de références
    historiques et d’humour revanchard. Et le tour est joué !
    Cette France n’en demande pas plus, cela la mettrait au travail et
    l’empêcherait de prendre pour argent comptant ce qu’on lui donne à entendre.
    Au contraire, elle en demande moins ! Il suffit de jouer les effrontés, de hausser
    le ton pour la séduire !
    Il faut beaucoup, beaucoup de temps pour lire, relire un livre, pour interroger
    les penseurs, historiens, sociologues, scientifiques chevronnés, qui ont mis du
    temps avant d’écrire une phrase, avant de se prononcer sur l’objet de leurs
    recherches. Il y a quelques jours, à la radio, j’entendais justement un spécialiste
    rappeler à Eric Zemmour que ses thèses révisionnistes étaient infondées,
    complètement sacrifiées à la superficialité, à l’improvisation, au romantisme
    éditorial. Pour avancer quelque chose, il faut bien plus de recul. De temps, au
    final !
    Et c’est ce temps, précisément, qui manque à ces légions de procrastinateurs
    professionnels, préférant voter l’extrême par une sorte de pseudo-révolte.

    Qu’il est jouissif de prendre un ton scandalisé quand la faute est entièrement
    sur l’institution, quelle qu’elle soit. Ecoles, tribunaux, cénacles… A entendre
    certains esprits consternés, il faudrait presque brûler tout cela. Mais nous
    oublions que le savoir s’est nettement démocratisé aujourd’hui, qu’il y a un
    véritable accès aux banques d’information. Seulement, voilà, elles ont un abord
    un peu plus complexe que Netflix et Tindr. Le citoyen n’a plus le moyen de se
    réfugier dans la plainte et le sentiment d’impuissance à ce niveau, ou alors en
    se mettant dans la position de l’éternelle victime, celle qui doit se résoudre à
    être comme on attend qu’elle soit, là-haut, dans ces fameuses hautes sphères
    conspuées. Le droit de nous indigner est à sauvegarder à tout prix. Il est
    l’héritage des esprits éclairés qui nous ont précédés et qui nous l’ont fait
    gagner aux prix de leur sang et de leur sueur. Mais s’indigner sans lire, sans
    aller chercher des clés pour parfaire son argumentaire ; s’indigner en gueulant,
    sans forer le sens là où il est, c’est-à-dire dans notre patrimoine littéraire,
    artistique, philosophique, scientifique, c’est s’enferrer dans une sidération
    cynique, une plainte stérile et paresseuse, c’est être dans le passéisme le plus
    basique. « C’était mieux avant, du temps de nos grands-parents » prêchent les
    Zemmour et Le Pen, en rêvant d’une France avec le père à l’usine, la femme à
    la maison et les enfants devant les chaînes d’Etat pour écouter leur
    propagande. Evidemment, il va sans dire que les êtres en marge, quels qu’ils
    soient, n’auront pas d’autre chose à faire que de la boucler ou de disparaître,
    dans ce règne bien plus inspiré des colonels grecs que de Rage against the
    machine. Laissons peut-être à Benjamin Franklin le mot de la fin devant une
    telle défaite de la pensée : « La motivation, c’est quand les rêves enfilent leurs habits de travail". 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica