Emile Rabreau
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Portfolio 4 mars 2022

Le camp de la honte évacué : Paris ville refuge ?

Depuis des semaines, des centaines de personnes, enfants, hommes et femmes, s'entassent dans un camp de fortune sous un tunnel reliant le Pré-Saint-Gervais au 19e arrondissement de Paris. Après de nombreuses sollicitations des associations, restées souvent sans réponse, la préfecture régionale d'IDF et la mairie de Paris ont organisé hier matin la mise à l'abri de 498 personnes. Retour en photos.

Emile Rabreau
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. Près de 500 personnes sont montées dans des cars pour être amenées par la suite dans des lieux d'hébergements.

    Encerclée par les services de police et après des heures d’attente, une centaine d'hommes seuls majoritairement d’origine afghane n'a pas pu bénéficier de la mise à l'abri et a été poussée par la police à partir. La raison invoquée par la préfecture de région est le manque de place.

    Plusieurs dizaines de familles sont montées dans les cars qui les ont emmenés à Caen et Rouen notamment. Des familles ont refusé leur prise en charge : elles ne pouvaient pas se permettre du fait de leur ancrage à Paris. Faute de solution, elles devront rester à la rue et espérer avoir une réponse du 115 adaptée à leur situation.

    Utopia 56, association (dont je suis bénévole) qui soutien les personnes exilées et qui dispose d’un réseau d’hébergement solidaire, explique au soir même de l'évacuation qu’"une quinzaine de familles [les] sollicitent déjà."

    Plus de 100 mineurs ont été pris en charge en région Île de France, mais beaucoup ont été poussés à partir de leur solution. En arrivant hier en fin de matinée, certains services des centres d’hébergements les ont obligés à lancer instantanément une demande d'asile. Cette procédure administrative ne correspond pas à celles que doivent engager la très grande majorité des mineurs non accompagnés. Elle est surtout adaptée aux personnes majeures : cela les aurait donc empêché d'être pris en charge par l'aide sociale à l'enfance. Suite à leur refus, ils ont donc été remis à la rue. Ils vont encore devoir attendre une évacuation qui ne risque pas d'arriver avant un certain temps.

    Selon Utopia 56, présente sur place lors de l’évacuation pour soutenir les personnes exilées, ces situations résultent de l’inexistence d’un dispositif de premier accueil, qui contraint les personnes exilées à "devoir passer des semaines, des mois voire des années de survie au préalable".

    Sous le tunnel reliant le Pré-Saint-Gervais au 19e arrondissement de Paris, le camp est rapidement abandonné. Les bénévoles associatifs récupèrent le matériel encore utilisable afin de le redistribuer aux personnes en situation de rue, une fois lavé. Sous le regard attentif des derniers CRS, les services de nettoyage font rapidement oublier aux passant-e-s qu'un camp habité de centaines de personnes était installé ici, depuis plusieurs semaines, il y a quelques minutes de cela.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef