Portfolio

Speak Out - les jungles de Calais et Dunkerque

Speak out est une opération initiée par le Secours Catholique, Caritas France et Médecins du Monde. Il s'agit d'accueillir sur place des observateurs/observatrices (universitaires, journalistes, artistes, auteurs...) pour leur permettre de dénoncer publiquement et au niveau national ce qu'il se passe d'indigne au niveau local et municipal.
  1. Ces quelques dessins, les premiers d’une série plus longue, visent à illustrer et témoigner de la situation des exilés à Calais et Dunkerque, dans le cadre de l’action Speak Out portée par Médecins du Monde et le Secours Catholique.

    Les portraits ont été dessinés à Calais, où Médecins du Monde accueille et rencontre chaque semaine des exilés, soudanais ce jour là, pour des premiers soins et une première écoute.

    Le site d’accueil temporaire autour de l’ambulance est monté devant le portail condamné du fort Nieulay. D’abord restés invisibles, deux exilés sont apparus au détour des murs de fortifications. Un autre a traversé l’horizon depuis les boucles d’autoroute surplombant la titanesque infrastructure du tunnel sous la Manche. Un troisième a surgi du bois attenant. En quelques dizaines de minutes, de désert, le petit parking est devenu le théâtre d’un rassemblement d’une centaine de personnes jusqu’au crépuscule et la chute de la température.

    Et pendant un après-midi, sous un des barnums blancs de notre association, nous nous sommes prêtés au jeu des portraits, avec pas mal de sourires et de rires, et beaucoup de gestes pour se comprendre mutuellement.

    Ce paysage a été croqué à Dunkerque, dans la Jungle de Grand Synthe.

    Aucun mot ne serait décrire la situation, ce fouillis abominable, ce désordre inexplicable, l’entassement des immondices, le silence qui règne, l’humidité qui s’infiltre partout, le grésillement de l’électricité des câbles à haute tension qui sillonnent le ciel et le froid – ce froid- qui casse et qui fatigue.

    Peut être que la meilleure illustration de ce non sens est cette scène étrange, dans laquelle une paire d’employés municipaux abattent à la tronçonneuse un arbre depuis lequel des morceaux de ficelles retiennent des bâches sous lesquelles les migrants s’abritent, tandis qu’un dernier exilés rassemble les buches et les débris de bois pour préparer un feu et se réchauffer.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.