ALFKOWSKI
Contemplatif, attentif aux maux, ami des mots. Capteur d'instants présents.
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Portfolio 2 nov. 2021

ALFKOWSKI
Contemplatif, attentif aux maux, ami des mots. Capteur d'instants présents.
Abonné·e de Mediapart

Propagande. A qui profite le Je..

Son champs d'action est infini, discrète ou bien plus grossière, elle nous guide, nous porte, nous anesthésie. La propagande est un mal très profond, distillée par les uns et les autres, sans distinction, la fin en justifie juste les moyens déployés, souvent dramatique.

ALFKOWSKI
Contemplatif, attentif aux maux, ami des mots. Capteur d'instants présents.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. Alfkowski

    Principalement propagée par les médias, ces derniers appartiennent majoritairement a quelques milliardaires qui se partagent le gâteau. Ce sont eux les "influenceurs", les ministres d'une propagande qui nous asservis pour le fric, en général, générée par des politiques en place ou en devenir. 
    Rarement de grands humanistes.

    Au XIXème siècle, l’industrialisation provoque la concentration nouvelle d’une importante main d’œuvre ouvrière qui bientôt cherche à faire entendre sa voix. Le Socialisme, en se structurant, adopte le vocabulaire de la religion, et appelle « doctrine » le discours politique et « propagande » les méthodes de sa diffusion au sein de la population ouvrière. Les leaders du mouvement socialiste cherchent à provoquer chez les ouvriers une prise de conscience de leur situation afin de les amener à l'action collective. Au tournant du siècle, le pouvoir doit composer avec cette nouvelle classe et c’est dans ce contexte qu'est théorisée une « psychologie des foules », ouvrage dans lequel Gustave Le Bon esquisse les bases de la manipulation des masses.

    La propagande est donc ce concept désignant un ensemble de techniques de persuasion mises en œuvre pour propager, par tous les moyens disponibles, une idée, une opinion, une idéologie ou une doctrine et pour stimuler l'adoption de comportements au sein d'un public cible. Ces techniques sont exercées sur une population afin de l'influencer, voire de l'endoctriner.

    De Droite, de Gauche, à l'extrême ou non (plutôt), Banquiers et empereurs du Capitalisme (généralement) l'un ne va pas sans l'autre, quelle qu'en soit la manière, ce concept tue, anéanti des vies, à très grande échelle.

  2. Alfkowski

    Nous ne pourrons malheureusement rien y changer, les choses sont beaucoup trop encrées, mais il est essentiel, comme pour certains de nos aïeux, de ne rien lâcher, car les fachos sont à l'affût, comme d'habitude, et la, ils sont bien en place.

    Bolloré & Co, ce qu'on appel la facho-sphère, tisse sa toile, avec maitrise, aux manettes de Zemmour la marionnette, de la bonne propagande, vulgaire mais très efficace, ils se rassemblent et il n'est pas question, cette fois-ci, d'avaler une pastille vichy.

    • Pendant la Première Guerre Mondiale, Lippman et Bernays furent engagés par le président des États-Unis Woodrow Wilson  pour faire basculer une opinion américaine traditionnellement isolationniste vers l'interventionnisme. Pour cela, il fit appel aux Comités pour l'information du public, dirigés par le journaliste George Creel, « privatisant » ainsi la propagande de guerre. D'une durée de six mois, la campagne de propagande de Creel, Lippman et Bernays fut si intense que l'hystérie anti-allemande générée a impressionné l'industrie américaine, qui découvrait tout à coup les immenses ressources que l'on pouvait déployer pour influencer l'opinion publique d'un pays entier. Bernays a inventé les termes d’"esprit de groupe" et d’"ingénierie du consentement", des concepts importants en propagande appliquée.
    • Les nazis ont largement employé des techniques de propagande pour la prise de pouvoir de Hitler (journée de Postdam qui précéda de peu la loi des pleins pouvoirs). Le futur dictateur fut appuyé en ce sens par Joseph Goebbels. La Seconde Guerre mondiale a été le théâtre d'une propagande constante, utilisée comme arme de guerre, par les nazis, mais aussi par les Alliés. Mussolini avait avant eux compris son importance dès les années 1920, sur la base de ses propres contributions au journal "Il Popollo d'Italia". Ainsi, il avait créé le Minculpop (ministère de la Culture populaire), qui fonctionna comme outil de propagande à partir de 1925.
    • Les régimes communistes ont utilisé la propagande pour maintenir leur pouvoir. Que ce soit Lénine, Staline, Mao Zedong, Pol Pot ou tout autre chef communiste, tous ont maîtrisé leur peuple par de vastes opérations de communication fixant les orientations politiques du parti ou servant à glorifier les dirigeants pour donner un sentiment de suprématie totale. Cela a été le cas en 1924 après la mort de Lénine : par des campagnes d'affichage, son histoire politique fut présentée au peuple Russe comme un accomplissement Divin.
    • En 1990, une jeune femme, témoigne, les larmes aux yeux, devant le Congré américain, qu'elle a assisté à des atrocités au Koweït, et notamment qu'elle a vu les soldats irakiens tirer sur des bébés et leur enlever les couveuses. L'identité de la femme est gardée secrète au motif de sa protection. On donne un nombre de centaines de bébés. En fait, l'histoire est inventée. Mais elle est répétée par George H.W.Bush et sert à justifier l'entrée en guerre contre l'Irak. La jeune femme est la fille de l'ambassadeur du Koweït à Washington. La campagne de relation publique dans son ensemble est organisée par la compagnie Hill Knowlton qui est payée 10 millions de dollars par l'organisation "Citizens for a free Kuwait"............................................................

    La liste des exemples est interminable, sans limites quand il est question de pouvoir, d'argent, d'idéologie. Tous plus atroces les uns que les autres.

    Nous sommes passés à la moulinette de la lobotomisation à écran plat, divisés, pris pour des cons.

    Alors….?

    "J'habite ma propre maison,

    Je n'ai jamais imité personne en rien

    Et , je me ris de tout maître

    qui n'a su rire de lui-même".

    Friedrich Nietzsche

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello
Journal — Terrorisme
Tuerie à la préfecture de police : « J’ai eu l’impression qu’il était possédé par le diable »
Mickaël Harpon se considérait comme frappé par une triple peine : handicapé, agent (administratif et non policier) et musulman. À l’issue d’une nuit folle où il s’imagine dialoguer avec Allah, l’informaticien de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris va tuer quatre collègues.
par Matthieu Suc
Journal — Discriminations
Discrimination des femmes : la Défenseure des droits met un carton rouge à l’Olympique lyonnais
Dans une décision dont Mediacités révèle la teneur, l’autorité indépendante, saisie par une ancienne joueuse, reproche à l’OL de ne pas respecter « les principes fondamentaux de non-discrimination fondés sur le sexe » et « la protection de l’intérêt supérieur des jeunes filles mineures ». Tout le football français est concerné.
par Justin Boche (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel