Portfolio

Les gens qui sont derrière un drapeau font peur…

Je les ai croisés hier, en bande devant un immeuble. Je les ai trouvés beaux. Les iris sont comme les humains ; ils sont souvent très beaux ou absolument sans intérêt. Tout dépend du regard qu’on pose sur eux. Il fallait bien des fleurs pour faire passer ces mots qui viennent…
  1. Ainsi commence le fascisme. Il ne dit jamais son nom, il rampe, il flotte, quand il montre le bout de son nez, on dit : C'est lui ? Vous croyez ? Il ne faut rien exagérer ! Et puis un jour on le prend dans la gueule et il est trop tard pour l'expulser. Françoise Giroud

  2. « Toutes les formes de fascismes m’ennuient. Tous les gens pratiquants m’ennuient, me font peur surtout. Les gens qui croient, qui sont derrière un drapeau. J’ai un peu peur car il faut élaguer pour arriver sur la montagne où l’on va planter son drapeau ». Pierre Desproges

  3. Le fascisme c’est le mépris. Inversement, toute forme de mépris, si elle intervient en politique, prépare ou instaure le fascisme. Albert Camus

  4. La démocratie, c'est la ménopause des sociétés occidentales, la Grande Ménopause du corps social. Et le fascisme est leur démon de midi. Jean Baudrillard

  5. La langue, comme performance de tout langage, n'est ni réactionnaire, ni progressiste elle est tout simplement fasciste ; car le fascisme, ce n'est pas d'empêcher de dire, c'est d'obliger à dire... Roland Barthes

  6. Qu'est-ce que c'est, le fascisme ? - Je ne sais pas exactement. C'est une façon de haïr. Romain Gary

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.