Portfolio

18 Décembre 2015, Journée des migrants, à Calais

CALAIS, 17-20 décembre 2015. Des tableaux, des photos, des sculptures, des clowns, des orchestres… Là, la vie et ses couleurs, ses sons. Un texte s’écrit, multi-voix, multiforme, inventif, créatif, chaleureux.
  1. Parcours artistique au cœur de la « Jungle », créé à l’occasion de la Journée des migrants, le 18 décembre, un parcours construit par Alpha et Corinne Pagny, parrainé par Ernest Pignon-Ernest, animé par les migrants et des artistes qui les uns et les autres présentent leurs œuvres. On démarre près de la Maison d’Alpha et l’exposition de ses œuvres – grand tableau/paysage/message, Tour Eiffel...

    Le long du Chemin des dunes, des portraits avec messages.

    Dans l’école un grand tableau d’Abdel Hafez : un bateau rempli de réfugiés, puis le bateau sans personne, entouré de naufragés.

    Les Hot spots de la Grande Parade Métèque – une splendide idée, réconfortante, chaleureuse, des bancs entourent le foyer où chacun est accueilli et peut se réchauffer. Les musiciens se rencontrent et inventent.

    Des photos de Vintimille (Photo Maurizio Martonara). La plage, et aussi d’autres photos dispersées çà et là. Sur l’une d’elles on devine le Sentier du Pas de la mort, qu’empruntèrent autrefois les antifascistes italiens et les Juifs fuyant les lois raciales. Au sommet, un rocher du même nom d’où de nombreux réfugiés et migrants chutèrent mortellement. Plus tard des Yougoslaves, des hommes et des femmes du Maghreb le parcoururent aussi.

    Le Dôme et ses fanions.

    Ailleurs, sur la « jungle », magnifique totem, triste et monumental : œuvre de Antonin Heck

    Près de l’Ecole laïque du Chemin des dunes : Le clown parle une langue inventée que comprennent spontanément les enfants, éclats de rires et applaudissements. Il invente des noms pour les couleurs qu’il « ramasse » sur les vêtements de chaque enfant. Il leur présente un album de coloriage dont les pages d’abord blanches se couvrent ensuite magiquement de dessins noir et blanc. Puis après la collecte des couleurs, il présente aux enfants le même album aux dessins cette fois-ci en couleurs. Fascination, émerveillement. Pas un instant de répit, il enchaîne les surprises et les miracles, avec trois fois rien et dialoguant sans cesse avec les enfants dans leur langue commune, secrète, créant une connivence réciproque, sans frontières.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.