Portfolio

Cahiers de mémoire, Kigali, 2014

"Nous partageons une même histoire"
  1. Du 7 avril au 3 juillet 1994 le génocide des Tutsi au Rwanda a fait près d’un million de morts. Les conditions du crime ont été connues, décrites, analysées par les historiens : « génocide de voisinage », « génocide de proximité », « génocide intrafamilial ». Mais jusqu’à présent, la voix des rescapés s’est peu fait entendre, à l’exception des commémorations où la parole inconsolable s’élance pour disparaître à nouveau et retourner en soi réveillant les traumas.

    Les rescapés réunis dans l’atelier de mémoire de la Maison de quartier Rwanda avenir ont écrit ou enregistré leurs récits, emplis de ce qu’ils considèrent comme leur mission : transmettre et écrire l’histoire du génocide qu’ils ont vécue ; résister au négationnisme ; donner les preuves d’un génocide dont les prémisses remontent aux années soixante. A cette époque, les femmes et les hommes auteurs de leur cahier de mémoire ont 7 ans, 8 ans. Ils découvrent la peur et les persécutions sans en connaître ni en comprendre les raisons.

    Tout au long des années suivantes et notamment en 1973, en 1992, c’est la fuite, l’errance, l’exil. Jusqu’en avril 1994, où l’assassinat de tous les leurs se déroule sous leurs yeux. La chasse à l’homme      a lieu dans les marais et dans les moindres recoins des maisons. « Où vas-tu ? », leur demandent celles et ceux chez qui ils cherchent refuge. Avant même d’entendre leur réponse, les amis d’hier et les voisins les renvoient à la mort : « Aujourd’hui ce n’est pas comme hier : prends-ton enfant et pars d’ici. » « Ecoute Annonciata, ma sœur, tu as été ma voisine nous avons été de grandes amies, mais ici ce n’est pas un refuge pour les Tutsi. Même Dieu vous a lâchés. »

    Cet ouvrage rassemble les récits de quinze rescapés, hommes, femmes, jeunes et personnes âgées. Chaque semaine ils se sont réunis et ont lu leurs textes aux autres participants. Ils se sont accompagnés tout au long de ce douloureux parcours de remémoration. Ce sont quinze livres et c’est un seul livre, celui de celles et ceux qui ont « une même histoire ». Trente-quatre années d’humiliations et de poursuites mortelles.

    Classiques Garnier

    Collection Littérature, Histoire, Politique

    Sous la direction de Florence Prudhomme, avec Michelle Muller

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.