Vladimir Slonska
Journaliste et photographe
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Portfolio 26 mai 2016

A Nantes, la drôle de guerre

Jeudi 26 mai, des blocages ont été mis en place à Nantes dès les premières heures du jour près de la gare SNCF et de l’aéroport. Deux manifestations avaient lieu dans l’après-midi. L’une, à 14 heures en ville, était interdite ; l’autre, reléguée en périphérie, réunissait les salariés en grève. Alternative réduite à l'impossibilité ou à l'invisibilité.

Vladimir Slonska
Journaliste et photographe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. Vladimir Slonska-Malvaud

    Fin de la distribution de tracts près de la gare de Nantes. Quelques palettes réduisent le passage, mais les véhicules peuvent passer. L'ambiance est très détendue, les conducteurs dans l'ensemble plutôt bienveillants.

  2. Vladimir Slonska-Malvaud

    Les stigmates des dernières manifestations sont d'autant plus visible que que les rues du centre-ville sont inhabituellement calmes. Peu de véhicules, peu de passants, les banques sont barricadées derrières leurs palissades en bois ou en métal.

  3. Vladimir Slonska-Malvaud

    A 14 heures, les premiers manifestants tentent de se rassembler, face à la place entièrement fermée par des grilles et des rangées de CRS. Des gendarmes mobiles et des canons à eau occupent tout le secteur, lourdement équipés. Les gens arrivent petit à petit, s'arrêtent, une foule se forme, chacun paraissant attendre on ne sait trop quoi ou passer par hasard. Les sacs sont fouillés par des policiers de la brigade anti-criminalité, en civil et sans brassards, des casques estampillés police à la ceinture. Les jeunes et les passants présentant le profil recherché par les policiers sont systématiquement fouillés.

  4. Vladimir Slonska-Malvaud

    La foule devient compacte, la peur recule. Une banderole est déployée. La manifestation s'élance, avec 1000 à 2000 personnes, fait le tour d'un pâté d'immeubles pour éviter la police, puis passe devant le château, dans le plus grand calme. Le répit est de courte durée. Près de la gare, la police intervient, coupe la manifestation en deux avant de disperser l'ensemble dans un immense nuage de gaz lacrymogènes.

  5. Vladimir Slonska-Malvaud

    A 15 heures débute le rassemblement syndical... en pleine zone industrielle. Dans un premier temps, peu de monde. La manifestation doit attendre une heure que d'autres personnes arrivent avant de s'élancer. Le lieu avait été choisi par l'intersyndicale - en particulier la FSU et FO - pour éviter le centre ville. Résultat : il faudra une incursion sur le périphérique pour que la manifestation devienne visible.

  6. Vladimir Slonska-Malvaud

    Quelques jeunes fonctionnaires et des collégiens défilent derrière leurs banderoles. Pourtant, peu de jeunes sont présents, ceux-ci ayant préféré la tentative de manifestation dans le centre-ville. L'essentiel des troupe est constitué de grévistes, la rupture générationnelle et sociale est visible. Ici, les salariés. En ville, les étudiants, les précaires.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Assurances : les résultats s’envolent, pas les salaires
Depuis plusieurs mois, des mouvements sociaux agitent le monde des assurances où les négociations salariales sont tendues, au niveau des entreprises comme de la branche professionnelle. Les salariés réclament un juste partage des bénéfices, dans un secteur en bonne santé.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Le RN s’installe, LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat