28octobre
David Koubbi - Avocat associé - Cabinet 28 octobre
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mai 2017

28octobre
David Koubbi - Avocat associé - Cabinet 28 octobre
Abonné·e de Mediapart

Dimanche, n'y allons pas! Abstenons-nous

Par réaction au discours débilisant faisant du vote "un devoir républicain", voici une tribune appelant à l'abstention. Voici également les raisons de ce choix pour un grand nombre d'entre nous et des changements qui nous permettraient de voter dans un système démocratique effectif. D'ici là, ne soyons pas de ceux qui collaboreront, abstenons-nous !

28octobre
David Koubbi - Avocat associé - Cabinet 28 octobre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Non, nous ne sommes pas coincés entre ceux qui voteront Macron par conviction ou dépit, et ceux qui voteront Le Pen par défit ou adhésion à d'insupportables idées consistant dans le fait de trier les humains. 

Nous sommes ceux qui refusons de collaborer à un système qui nous prive de nos libertés démocratiques les plus élémentaires.

Nous n'appartenons pas à un "front républicain" autoproclamé faisant croire que le Front National ne le serait pas, alors qu'en plusieurs décennies d'existence aucun dirigeant ou groupe politique au pouvoir ne l'a interdit, tout en se gardant bien de dénoncer utilement l'ineptie des positions de ce parti. 

En nous abstenant, nous gardons intacte notre liberté de nous opposer et de combattre les prochains clowns qui auront ravi le pompon.

Notre révolution est là, elle consiste dans le fait d'appliquer la Loi à tous (#ALT) et à nous unir autour de nos contestations compatibles.

Nous nous abstiendrons jusqu'à ce que nos dirigeants soient astreints à une probité digne de l'intérêt général qu'ils prétendent servir. 

Aux éditions Don Quichotte

Que ceux qui professent que le vote est « un devoir » en nous faisant la leçon s'interrogent sur la question de savoir ce que leur vote à changé, ou permis d éviter. Pour mémoire, Le Pen est au deuxième tour et la France semble s'être habituée à cette idée... L'engrais qu'elle répand sur les pauvres gens est vendu par des politiques faisant croire que l'intérêt collectif est leur motivation, alors même que, pour eux, ce n'est qu'un moyen de capter des richesses qui appartiennent en partage aux citoyens.

Dimanche, marquons notre défiance face à ce que nous avons compris et que nous n'entendons plus supporter, n'y allons pas! 

Ainsi,

Refusons de voter pour une classe politique qui ne prend pas de mesure de lutte contre la corruption de nos élites.

Refusons de voter dans le cadre d'une élection où des milliers de personnes ont été radiés des listes électorales.

Refusons de voter pour des gouvernants qui ne sont pas tenus au respect de leurs engagements de campagne.

Refusons de voter dans un système où l'avis des citoyens français est ignoré et bafoué.

Refusons de voter dans un système où le vote blanc n'est pas pris en compte.

Refusons de participer à un système où les deniers publics sont dilapidés au bénéfice des plus puissants et non utilisés au bénéfice des citoyens, de l'intérêt public et du bien commun.

Exigeons la promulgation d'une loi prévoyant que tout politique coupable de détournement de fonds public ou de trafic d'influence sera (i) inéligible à vie et (ii) tenu de rembourser sur ses deniers personnels le montant de sa fraude.

Nous appelons à la mise en place d'un système de politique contractuelle dans lequel les promesses de campagne doivent être tenues et à défaut exposer leurs auteurs à des sanctions.

Exigeons l'application de la Loi à tous (#ALT) de la même façon, comme le prévoit la Constitution française.

Exigeons le plein et entier respect de la souveraineté populaire, face au pacte de place qui lie nos gouvernants à nos élites. 

Pour l'ensemble de ces raisons, nous ne participerons pas au simulacre démocratique de l'élection présidentielle. 

Rejetons le discours infantilisant selon lequel "voter est un devoir". Voter serait un devoir dans une démocratie effective !

Nous nous abstiendrons.

Nous rejetons l'idée d'être d'accord sur tout pour nous unir et entendons mener ce combat démocratique autour de nos contestations compatibles :

1.  - Lutte contre la corruption de nos élites,

2.  - Application de La loi à Tous (#ALT),

3.  - Indépendance de la Justice,

4.  - Contractualisation de la politique,

5.  - Souveraineté populaire,

6.  - Prise en compte des votes blancs,

7.  - Consultation populaire numérique sur les enjeux importants,

8.  - Mise en place d'un Fichier National Citoyen des Elus Condamnés (FNCEC),

9.  - Surveillance citoyenne des dossiers judiciaires ou industriels et financiers signalés.

En l'état et pour l'ensemble de ces raisons, nous nous abstiendrons et ne choisirons pas en Macron et Le Pen et ne participerons pas aux élections suivantes, tant que ces points ne seront pas une réalité. 

David Koubbi, Avocat et auteur d'Une contestation française, Ed. Don Quichotte - 2017

(Plus d'informations ici et pour signer la pétition "Nous refusons de voter!" c'est là)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Des médecins accompagnant des patients en cancérologie confient leurs doutes
La convention citoyenne sur la fin vie qui s’ouvre aujourd’hui doit se prononcer sur une légalisation de l’aide active à mourir. Deux médecins de l’Institut de lutte contre le cancer Gustave-Roussy, qui sont auprès des malades en fin de vie, partagent leur vécu et leurs interrogations.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Viktor Bout, (es)pion auquel tient tant le Kremlin
Le Kremlin a lâché l’ombre en sa possession, la basketteuse américaine Brittney Griner, pour la proie russe emprisonnée outre-Atlantique : Viktor Bout. Le système Poutine a ainsi montré à quel point il tenait à libérer un marchand d’armes au destin symptomatique.
par Antoine Perraud
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Appel de Militants mutualistes, responsables ou anciens responsables de mutuelles
Dans un article particulièrement agressif, la Croix (08/09/2022) publie un texte de Tugdual Derville, intitulé « Euthanasie, de quoi se mêlent les mutuelles ? »
par Libre Pensee
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart