Dimanche, n'y allons pas! Abstenons-nous

Par réaction au discours débilisant faisant du vote "un devoir républicain", voici une tribune appelant à l'abstention. Voici également les raisons de ce choix pour un grand nombre d'entre nous et des changements qui nous permettraient de voter dans un système démocratique effectif. D'ici là, ne soyons pas de ceux qui collaboreront, abstenons-nous !

Non, nous ne sommes pas coincés entre ceux qui voteront Macron par conviction ou dépit, et ceux qui voteront Le Pen par défit ou adhésion à d'insupportables idées consistant dans le fait de trier les humains. 

Nous sommes ceux qui refusons de collaborer à un système qui nous prive de nos libertés démocratiques les plus élémentaires.

Nous n'appartenons pas à un "front républicain" autoproclamé faisant croire que le Front National ne le serait pas, alors qu'en plusieurs décennies d'existence aucun dirigeant ou groupe politique au pouvoir ne l'a interdit, tout en se gardant bien de dénoncer utilement l'ineptie des positions de ce parti. 

En nous abstenant, nous gardons intacte notre liberté de nous opposer et de combattre les prochains clowns qui auront ravi le pompon.

Notre révolution est là, elle consiste dans le fait d'appliquer la Loi à tous (#ALT) et à nous unir autour de nos contestations compatibles.

Nous nous abstiendrons jusqu'à ce que nos dirigeants soient astreints à une probité digne de l'intérêt général qu'ils prétendent servir. 

Aux éditions Don Quichotte Aux éditions Don Quichotte
Que ceux qui professent que le vote est « un devoir » en nous faisant la leçon s'interrogent sur la question de savoir ce que leur vote à changé, ou permis d éviter. Pour mémoire, Le Pen est au deuxième tour et la France semble s'être habituée à cette idée... L'engrais qu'elle répand sur les pauvres gens est vendu par des politiques faisant croire que l'intérêt collectif est leur motivation, alors même que, pour eux, ce n'est qu'un moyen de capter des richesses qui appartiennent en partage aux citoyens.

Dimanche, marquons notre défiance face à ce que nous avons compris et que nous n'entendons plus supporter, n'y allons pas! 

Ainsi,

Refusons de voter pour une classe politique qui ne prend pas de mesure de lutte contre la corruption de nos élites.

Refusons de voter dans le cadre d'une élection où des milliers de personnes ont été radiés des listes électorales.

Refusons de voter pour des gouvernants qui ne sont pas tenus au respect de leurs engagements de campagne.

Refusons de voter dans un système où l'avis des citoyens français est ignoré et bafoué.

Refusons de voter dans un système où le vote blanc n'est pas pris en compte.

Refusons de participer à un système où les deniers publics sont dilapidés au bénéfice des plus puissants et non utilisés au bénéfice des citoyens, de l'intérêt public et du bien commun.

Exigeons la promulgation d'une loi prévoyant que tout politique coupable de détournement de fonds public ou de trafic d'influence sera (i) inéligible à vie et (ii) tenu de rembourser sur ses deniers personnels le montant de sa fraude.

Nous appelons à la mise en place d'un système de politique contractuelle dans lequel les promesses de campagne doivent être tenues et à défaut exposer leurs auteurs à des sanctions.

Exigeons l'application de la Loi à tous (#ALT) de la même façon, comme le prévoit la Constitution française.

Exigeons le plein et entier respect de la souveraineté populaire, face au pacte de place qui lie nos gouvernants à nos élites. 

Pour l'ensemble de ces raisons, nous ne participerons pas au simulacre démocratique de l'élection présidentielle. 

Rejetons le discours infantilisant selon lequel "voter est un devoir". Voter serait un devoir dans une démocratie effective !

Nous nous abstiendrons.

Nous rejetons l'idée d'être d'accord sur tout pour nous unir et entendons mener ce combat démocratique autour de nos contestations compatibles :

1.  - Lutte contre la corruption de nos élites,

2.  - Application de La loi à Tous (#ALT),

3.  - Indépendance de la Justice,

4.  - Contractualisation de la politique,

5.  - Souveraineté populaire,

6.  - Prise en compte des votes blancs,

7.  - Consultation populaire numérique sur les enjeux importants,

8.  - Mise en place d'un Fichier National Citoyen des Elus Condamnés (FNCEC),

9.  - Surveillance citoyenne des dossiers judiciaires ou industriels et financiers signalés.

En l'état et pour l'ensemble de ces raisons, nous nous abstiendrons et ne choisirons pas en Macron et Le Pen et ne participerons pas aux élections suivantes, tant que ces points ne seront pas une réalité. 

David Koubbi, Avocat et auteur d'Une contestation française, Ed. Don Quichotte - 2017

(Plus d'informations ici et pour signer la pétition "Nous refusons de voter!" c'est là)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.