L'Aquarius, comme le Saint-Louis en 1939

Comme l'Aquarius, en 1939, un bateau plein de migrants juifs fuyant l'Europe se vit refusé par plusieurs nations en Amérique. Il revint en Europe, et une grande partie de ces gens périrent sous la barbarie nazie.

Début mai 1939, le Saint-Louis quittait Hamburg. A son bord, plus de 900 Juifs fuyaient l'Europe et le péril nazi. Cuba les refusa, les USA déclamèrent que les quotas de réfugiés étaient déjà atteints. Le Saint-Louis revint donc un mois plus tard en l'Europe, et après de nombreuses tractations, la Grande Bretagne  accepta une partie des passagers, qui tous survécurent. Les Pays-Bas une autre, la France et la Belgique se partagèrent le reste. Parmi ceux revenus sur le continent, 254 personnes périrent dans la Shoah. Le Saint-Louis devint l'exemple historique d'un refus honteux.
Aujourd'hui, l'Aquarius. De nouveau des migrants. La même détresse. Personne ne conteste les dangers réels que courent ces réfugiés.
Désespérément, la même réponse: non, pas chez nous.
Tous ces hommes, ces femmes, sont pourtant plein d'intelligence, de potentialités, de vitalité. Ils sont une richesse. L'Europe vieillissante les rejettent. La honte, elle, semble avoir disparu. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.