L'OBSCENITE DES POSTES DE DELEVOYE

Jean-Paul Delevoye cumulait donc plus d'une douzaine de fonctions. Lesquelles? Quel réseau dessinent-elles? Quel portrait en creux du bonhomme?

Ce n'est pas 2 ou 3 fonctions que ce ministre cumulait. Mais 13! En plus de son poste au gouvernement. Certaines rémunérées, d'autres pas. Il était souvent bénévole nous dit-on,  avant de démissionner hier de toutes ces charges. Altruiste. Il ne demandait rien en échange. Vous le croyez? 

Il présidait par exemple la commande publique dans les Hauts de France. Rien que ça. Rien de juteux là-dedans? Aucune possibilité d'influence? De commander un peu à ces marchés? 

Il était aussi membre de l'IRG, une organisation "philanthropique",  basée en Suisse et qui “finance par l’octroi de dons ou de prêts des recherches et des actions qui concourent au progrès de l’homme par les sciences et le développement social”. S'il y a des dons, il y a de l'argent, en Suisse, qui finances des actions pour… le "progrès de l'Homme par les Sciences"! C'est flou, vague, orientable comme on le veut. Où vont ces dons? C'est en Suisse, on n'en saura rien.

Président aussi du Think Tank Parallaxe, émanent du groupe IGS de l'enseignement privé, qui promeut "un nouveau projet pour l'éducation" . 

Et le reste, tout le reste, des accointances avec des assurances, les fonds de pension ne sont pas loin. 

Se dessine tout un réseau d'influence, allant de Conseils d'Administration à la commande publique, passant par les assurances, pour arriver aux fonds de pension. On ne le savait pas. Il était présenté comme le Monsieur Retraite, qui savait tout, avait tout préparé "pour le bien de tous". On nous prend vraiment pour des quiches. 

Delevoye n'est qu'un exemple de ces gens très influents, aux fonctions multiples. Si chacun occupe une douzaine de fonctions, ils sont peu nombreux, très puissants. Les hommes de réseau. Ce sont eux qui gouvernent, par en dessous.

On discute de "sa bonne foi", du fait qu'il ne se faisait pas payer. Mais le scandale n'est pas là! Il est dans ce qu'il est, dévoilé, cette hydre à 1000 têtes ayant accès à tous les réseaux d'influences. Encore une fois, les commentaires sont aveugles au vrai scandale. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.