benedetti
Psychanalyste, présidente ACPI www.atelierscliniques-arles.fr
Abonné·e de Mediapart

0 Billets

0 Édition

Événement 27 sept. 2016

Journée d'étude: We need to talk... Adolescence et actes violents

La fulgurance adolescente, que l’on pourrait nommer de ce signifiant apparu dans l’horreur de l’actualité : la radicalité, a toujours interrogé, et la rareté du passage à l’acte cruel soulève néanmoins pour les parents, les professionnels du travail social et l’opinion publique une interrogation sur la vie et la mort, le bien et le mal, le normal et le pathologique...

benedetti
Psychanalyste, présidente ACPI www.atelierscliniques-arles.fr
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Date

Du 2 décembre 2016 au 3 décembre 2016

Lieu

IFSI, Centre Hospitalier Joseph Imbert, Quartier Fourchon, 13200 ARLES

Réservation

www.atelierscliniques-arles.fr.

Information

acpi13200@gmail.com


We need to talk…

Adolescence et actes violents


Clinique et monde contemporain

Projections-débat et journée d’étude
vendredi 2 et samedi 3 décembre 2016
IFSI, Centre Hospitalier Joseph Imbert, Quartier Fourchon, Arles

La fulgurance adolescente, que l’on pourrait nommer de ce signifiant apparu dans l’horreur de l’actualité : la radicalité, a toujours interrogé, et la rareté du passage à l’acte cruel soulève néanmoins pour les parents, les professionnels du travail social et l’opinion publique une interrogation sur la vie et la mort, le bien et le mal, le normal et le pathologique. La jeunesse dans sa « dépense improductive » selon les termes de Georges Bataille, interroge le monde de front, quelles qu’en soient les modalités.

Notre collectif associatif Ateliers Cliniques Psychanalyse Institution, composé de personnels du soin, de l’enseignement, du travail social et de psychanalystes, a décidé cette année de réfléchir à ce qui dans le phénomène de l’acte violent de l’adolescent interroge les bases de notre humanité, de notre lien social, et nous plonge dans le désarroi et l’impuissance. Si l’acte tient lieu d’un dire, n’est-ce pas la subjectivité elle-même qui se risque à naître ou à mourir dans ce mouvement?

Par l’utilisation des nouvelles technologies, certains actes cruels sont filmés puis diffusés, acte et image sont alors incorporés l’un à l’autre se déliant de la fonction symbolique. Très souvent le regard se trouve à l’œuvre dans le déclenchement des passages à l’acte : mais de quel regard est-il question ? La fascination qui pétrifie met fin à la parole et saborde l’altérité, alors que par les relais médiatiques elle ouvre aux propagandes de toutes sortes. Détournés et amplifiés, les actes violents servent à construire un discours global sur une jeunesse dont on se défie et qui défie l’ordre symbolique.

Un film sera projeté la veille de la journée d’étude.

« We need to talk about Kevin »

de Lynne Ramsay, 2011,

Notre travail et sa méthode permettra de sortir des catégories stigmatisantes, pour tenter de parler, là où l’acte vient justement faire apparaître la disparition de la parole, avec quelles implications subjective et sociale dans une actualité qui nous enjoint de faire retour sur ces questions.

Les intervenants

Claude Allione – texte lu – , psychanalyste, Anduze, auteur de la Haine de la parole, éd. LLL,
Agnès Benedetti, psychanalyste, Arles, présidente ACPI
Laurent Caillard, psychothérapeute à Fleury-Mérogis, enseignant à l’institut de criminologie de Paris II
Xavier Canonge, psychanalyste, docteur en psychopathologie, auteur de Le regard de travers, Adolescence et délinquance, éd. Armand Colin,
Delphine Capron, auteur-compositeur-interprète, Arles, auteur du CD Lighthouse Tree, septembre 2016
Laurent Garreau, docteur en cinéma audiovisuel, auteur du livre « Les archives secrètes du cinéma français” (1945-1975)  PUF
Christian Soupène, éducateur spécialisé en IME,
Guy de Villers Grand-Champs, psychanalyste, membre de l’ECF, Professeur émérite à l’Université Catholique de Louvain la Neuve, fondateur de l’association internationale des histoires de vie

Déroulement

ACPI s’appuie sur le récit, la littérature et le cinéma, comme media de transmission de la clinique. Cette orientation permet de fédérer à partir des différences de pratiques institutionnelles. Les ateliers en petits groupes, conçus comme des espaces d’expression libres après l’écoute des intervenants, sont accompagnés par des rapporteurs qui facilitent les échanges en plénière par leur retour.

Vendredi 2 décembre soir, 18h30-23h, entrée 10€, IFSI Arles

Projection du film We need to talk about Kevin, Lynne Ramsay, 2011

Ce film est remarquable à bien des égards et jusque dans ses travers maniant l’excès et le baroque. Il vient interroger de nombreux aspects de la clinique contemporaine, les impasses d’une relation mère-enfant quand elle s’isole, le lien conjugal, la solitude d’individus juxtaposés désertés par la parole, l’importance du regard et de la mise en scène à défaut de reconnaissance symbolique. Le rapport à l’image et la violence questionne une particularité contemporaine d’une certaine monstration de soi dans l’espace public comme enjeu de subjectivation. Le traitement cinématographique propose une narration onirique et fragmentée propice à interroger la temporalité, la rapport fiction-vérité.

Le film sera suivi d’un chant inédit de Delphine Capron, auteur-compositeur-interprète, écrit et composé pour cette soirée. Discussion animée par Xavier Canonge, psychanalyste et Laurent Garreau, chercheur en audiovisuel.

Samedi 3 décembre, 9h – 17h30, entrée 30€, IFSI Arles

matin, 9h00-13h

9h: accueil
9h30 – Ouverture: Agnès Benedetti, psychanalyste, Arles, présidente ACPI: « Acte violent, du trauma à la fiction, introduction à la journée »
9h45: Espace des récits issus de la clinique:
– Christian Soupène, Tué là
– Xavier Canonge, Le joueur d’échec
– Guy de Villers Grand-Champs, C’est à cause du chien
10h45: pause et mise en atelier sous la forme de petits groupes de parole
12h15: retour en salle avec rapports d’ateliers et discussion avec la salle

Buffet organisé par C2C : 13h00-14h30, 15€ sur inscription seulement, avant le 28/11/16

Après-midi, 14h30-17h30

Conférences-débat, Discutants: Guy de Villers Grand-Champs et Xavier Canonge
14h30 – Laurent Caillard, « Trauma représentable, trauma irreprésentable »,
15h00 – discussion
15h20 – Lecture du texte de Claude Allione, « La défaite des mères », par Agnès Benedetti
15h50 – discussion et pause
16h30 – Laurent Garreau, « Les images violentes et la violence en image: une mise en perspective médiatique, artistique et historique »
17h00 – Discussion et clôture

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS