Portfolio

Que fait la police ?

Une image de policiers encerclés n’a pas fait la une des télévisions. J’en ai retrouvée une trace ici : https://twitter.com/i/web/status/976853996316102656 C’est la 7ème vidéo sur ce compte twitter. Elle est intitulée : Des policiers sont encerclés par les #manifestants Place de la Bastille.
  1.  

    Comme on le voit, les policiers n’apparaissent pas sur les images. On les devine, derrière les barricades, aux gaz qu’ils envoient aux manifestants. Et on se demande comment ils en sont arrivés là.

    Nous avions participé au cortège des cheminots et nous trouvions là depuis au moins un quart d’heure. Nous attendions l’arrivée du cortège de la fonction publique qui venait par la rue de Lyon. Nous avions été informés de quelques incidents sur notre parcours entre gare de l’est et Bastille, mais il n’y en avait aucun depuis que nous étions arrivés.

    Soudain, nous voyons une vingtaine de policiers traverser la place devant nous, se positionner devant la palissade et se retrouver totalement encerclés par des centaines de manifestants. Evidemment, cette manœuvre passe pour une provocation : ils se font huer et reçoivent divers projectiles. D’autres manifestants, moins nombreux mais plus âgés, s’interposent. Ils s’approchent des policiers et leur disent : « Ne restez pas là, vous allez vous faire massacrer ». Ils lisent la peur dans leurs yeux et renoncent à les convaincre car, évidemment, les agents de police ont reçu un ordre de mission. Finalement, ceux-ci réussissent à pénétrer par la porte à l’intérieur de la barricade.

    Nous avions remarqué, avant leur arrivée, que de jeunes manifestants étaient parvenus eux aussi à pénétrer à l’intérieur. Nous n’avons pu voir s’ils ont été expulsés ou appréhendés car, comme on le voit sur les images, les policiers ont alors envoyé des gaz et nous avons dû nous replier vers l’opéra.

    La mission des policiers était vraisemblablement de déloger les jeunes pour des raisons de sécurité. En effet, cette palissade de chantier était une source de danger. Des jeunes écervelés auraient pu se blesser en l’escaladant. Certes.

    Mais cette source de danger aurait dû être remarquée avant d’autoriser la convergence des deux cortèges sur la place de la Bastille.

    Y aurait-il des écervelés à la préfecture ou au ministère ? Pris de court, ont-ils eu l’idée d’envoyer leurs gens au casse-pipe, de risquer un Diên Biên Phu urbain ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.