Portfolio

Gilets jaunes et feu Orange

  1. Ce 29 novembre, Orange Actu a pris l’initiative de partager deux informations :

    1) la présence de Jean Luc Mélenchon au côtés de Gilets Jaunes ce samedi 1er décembre ;

    2) la demande de Marine Le Pen, adressée au gouvernement, lui demandant d’autoriser les dits Gilets Jaunes à manifester sur les Champs Elysées ce jour-là.

     

    Jusque là rien de surprenant : toutes les familles politiques, à l’exception d’une seule, soutiennent peu ou prou les Gilets Jaunes. Ce qui l’est un peu, c’est le choix éditorial d’Orange Actu (ou de l’AFP).

    Le titre du sujet sur Mélenchon est illustré par une photo dont la légende est : « un « gilet jaune » s’en prend vertement à Mélenchon ». Et, si les 13 premières lignes rendent compte de sa venue sur les Champs, les 6 qui suivent rapportent une information secondaire,  qui pollue l’information principale et même s’y substitue : « L'initiative du leader de La France insoumise ne plaît pas à tout le monde. "On n'a pas besoin de ces politiques, c'est nous qui allons vaincre", a notamment estimé un "gilet jaune". »

    Le procédé est répété à travers deux vidéos : l’une de France 2 (9 minutes) où Mélenchon explique pourquoi il sera sur les Champs ; puis une vidéo de BFM de (17 secondes où un « gilet jaune » est invité à dire pourquoi il ne veut pas le voir sur les Champs. Il est représenté de facto comme un porte-parole légitime du « mouvement des gilets jaunes ».

     

    En revanche, la dépêche concernant Marine Le Pen ne souffre d’aucune pollution de ce genre. Certes, la photo de « la finaliste de la présidentielle » illustrant le sujet a été prise en Italie, pays où ont triomphé les « populismes » et les « extrêmes », comme on dit dans les salons et sur les plateaux télé. Mais elle ne comporte aucune légende hostile, voire simplement critique.

    Quant au texte de la dépêche, il est deux fois plus long que celui consacré à Mélenchon (25 lignes contre 13). Il cite longuement « la députée du Pas-de-Calais ». Il reprend ses paroles disant qu’elle a « souhaité, fait valoir, plaidé, ajouté, jugé »... Bref, ses propos sont frappés au coin du bon sens, et même de la modération. Les citations de Mélenchon dans l’autre dépêche étaient agrémentées de « a affirmé, a assuré, a laissé entendre... ». Et l’on laisse entendre par là combien il est autoritaire, cassant et parfois même sournois.

    Et si l’on n’a pas bien compris le message, six lignes viennent le souligner. Cette fois, elles sont signés Nicolas Bay, porte-flingue de Marine Le Pen.

     

    Orange Actu semble faire siennes les analyses de ce que je continuerai d’appeler le Front National : Jean-Luc Mélenchon serait du côté de l’extrémisme et de la récupération politiques.

    Si l’on y réfléchit, ce n’est pas surprenant : l’oligarchie en place a besoin d’entretenir un repoussoir de « droite nationaliste » en vue du second tour en 2022. Le scénario prévoit que Marine La Pen se fera battre une nouvelle fois par le candidat de la « droite européiste », Macron, s’il se refait une santé, ou, plus vraisemblablement, Le Maire, qui n’a jamais renoncé à un destin présidentiel.

    A cette fin, il est nécessaire de disqualifier par tous les moyens le candidat de gauche appuyé sur une base populaire.

    Mélenchon a été ce candidat en 2017. Il traverse aujourd’hui une phase de turbulences. 

    François Rufin sera-t-il la prochaine cible des chaînes d’intox, des cellules de « désintox », et du Front National ?

    https://actu.orange.fr/france/video-on-n-a-pas-besoin-de-ces-politiques-repond-un-gilet-jaune-a-jean-luc-melenchon-qui-veut-se-rendre-sur-les-champs-elysees-magic-CNT000001axAFq.html

    https://actu.orange.fr/politique/marine-le-pen-demande-d-autoriser-les-gilets-jaunes-a-manifester-sur-les-champs-elysees-CNT000001axegQ.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.