Portfolio

Enfin l'union de la gauche ! (ou comment les rats portèrent la perruque)

Ce matin l'article en une de Mediapart annonce que les gauches "n’excluent pas d’opposer au macronisme un contre-modèle commun". La progression de l'entente en ces heures fatidiques est prévisible, en voici les étapes.
  1. 1) En cas de victoire totale de l'ultralibéralisme les partis de gauche s'engagent à faire un meeting commun 

    2) En cas de pandémie mondiale tuant par milliers, notamment à cause de la mort de l'hôpital due à l'ultralibéralisme susmentionné, les partis de gauche n'excluent pas de faire front commun. 

    3) En cas d'arrivée au pouvoir d'un dictateur mutant les partis de gauche pourraient faire un colloque en vue d'un meeting n'excluant pas la possibilité soumise à condition d'un éventuel programme commun. 

    4) Situation post guerre nucléaire où 90% de l'humanité est éradiquée: les partis de gauche essaient d'envoyer un candidat commun aux élections mais des divergences subsistent. Pourtant les deux têtes des candidats appartiennent au même corps mutant et les enjeux des élections ne portent que sur le choix de la poubelle dans laquelle s'alimenter et d'une éventuelle alliance avec les rats à perruque Tumpiste qui ont survécu à toutes les catastrophes. Parce que, même si ces derniers marchent à quatre pattes et ont un cerveau gros comme une noisette, ils ont compris depuis des siècles comment s'unir : faire des compromis et parfois fermer sa gueule pour la victoire du groupe.

    5) Les rats mutants annexent toutes les possessions de la gauche et se composait d'un abribus délabré, d'un bac à recyclage et des promesses qui sont dedans. Parfois un rat faible montre une télé en panne en agitant la patte, comme pour l’accuser de toutes ses défaites, animé par quelque réminiscence de souvenirs fossile d’une époque où ce cube brillait. Alors les rats dominant lui mettent une dérouillée et tout rentre dans l’ordre. L'union est enfin atteinte sous la férule des rongeurs, make cheese great again

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.