le bouineux
Theatreux et artificier â la retraite
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Portfolio 26 mars 2021

A quoi ça sert la culture?

Je recois et je partage avec vous l'article de Elisabetta Sbiroli paru dans le quotidien italien Repubblica, pages de Bari, du 23/03/2021

le bouineux
Theatreux et artificier â la retraite
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. Elisabetta Sbiroli

    Où sont passés les artistes? Il est temps d’écouter leurs urgences créatives.

    De Elisabetta Sbiroli, actrice, metteur en scène de théâtre.

    Article paru dans le quotidien “Repubblica”, pages de Bari, du 23/03/2021

    A quoi ça sert, la culture? Paraphrasant le titre d’un pamphlet de Tomaso Montanari, “A quoi sert Michelange?”, nous pouvons nous demander aujourd’hui à quoi peut servir la culture. Montanari écrit: “Il y a une idée qui circule - à l’intérieur même du Ministère des Biens Culturels italien ces dernières années - suivant laquelle l'Italie pourrait devenir un énorme Disneyland culturel : mais est-on sûrs que c’est vraiment à ceci qui doit servir le tissu artistique et paysager dont nous avons hérité et que nous sommes en train de ruiner?” La question devient plus compliquée évidemment si on pense non seulement à la tutelle du patrimoine hérité du passé, mais aussi à la production culturelle contemporaine.

    Fabrizio Bellomo a parlé de façon provocatrice d’une culture “morte”, en opposition à une culture “vivante” pour laquelle il n’y aurait plus besoin d'espaces dédiés. L’artiste d’aujourd’hui, à son avis, crée dans la rue, ou plongé dans la nature: comme un génie romantique fatigué par la culture, et pourtant toujours obsédé par ses visions.

    Mais puisque tourisme et culture forment un binôme gagnant (et qu’il s’agit d’une opinion partagée par beaucoup de gens), il faudrait mieux prendre soin des vieilles pierres et des chefs-d'œuvre qui font pleuvoir une manne économique sur ce pays devenu inculte. Et revoir la logique expositive des musées, en créant des parcours d’approche à l’art, soit-il classique ou contemporain, pour un public de tout âge. L’exemple de l’extraordinaire “conteneur” inventé par Renzo Piano pour le Centre Pompidou montre bien comment une approche plus démocratique à la connaissance et à la pratique de l’art peux profiter à la communauté entière, et non seulement à des touristes de passage.

    Nous étions là donc à nous demander ce que l’on pourrait bien inventer, pour remplir de contenus les nouveaux conteneurs de la ville de Bari, quand la pandémie est arrivée, et elle a tout changé. Tout? Pas vraiment, nous nous sommes après tout adaptés assez facilement au changement, en renonçant à la nourriture spirituelle de la culture vivante, pour la remplacer par ses succédanés en streaming. Plutôt que la pandémie, c’est l’échec de la candidature de Bari à devenir capitale italienne de la culture qui fait revoir les vieilles habitudes. Angelo Ceglie a le mérite d’avoir lancé la réflexion sur les défis de demain avec l’image de Bari analoga empruntée au projet utopique (et pour certains aspects un peu obscur) de Aldo Rossi.

    On cite aussi la réussite même économique  du modèle culturel français, en oubliant par contre qu’elle n’est pas seulement le fruit de choix éclairés de politique culturelle, comme celui de la décentralisation, mais aussi le résultat de luttes syndicales encore palpitantes. En Italie, la tentative faite par Paolo Grassi dans l'après-guerre est restée isolée. Il n’est pas inutile de rappeler que déjà il y a cinquante ans, il proposait d’amener les enfants à la Scala De Milan. A la demande: “à quoi ça sert la culture?”, Grassi aurait répondu: à faire un peuple.

    Dans quelle mesure  les artistes participent-ils au débat d’aujourd’hui? Pas seulement les très célèbres qu’on essaye d’attirer à Bari avec des images de carte postale, mais aussi ceux qui essayent de poursuivre ici leurs recherches avec beaucoup de peine. Où est passée, par exemple, la génération d’artistes réunie sous l'étiquette Z/000, dans la belle expo organisée par Christian Caliandro? Dans quels espaces, dans quels réseaux peuvent- ils produire et exposer leurs œuvres? Où sont passés les acteurs convoqués avec Licia Lanera à l’inauguration du nouveau Théâtre Piccinni à Bari? Dans quels lieux, situés aux antipodes du centre,  continuent-ils à répéter et à présenter leurs spectacles?

    Même dans le domaine culturel, comme dans chaque entreprise, il n’y aura pas d’excellence si on ne fait pas place à la recherche et à l’expérimentation.

    Pour contribuer à la réflexion sur le futur de la culture dans cette terre de Bari, je voudrais inviter les experts à penser le centre à partir des périphéries. A Putignano on est en train d’essayer. Putignano, une petite ville à quarante km de Bari, célèbre pour son Carnaval. Ici aussi nous avons un problème de conteneurs, un en particulier: un nouveau théâtre, qui pourrait être ouvert au public à la fin de l'année, si le Covid le permet. Nous sommes en train d’essayer de mettre autour d’une table virtuelle artistes et techniciens, spectateurs et sponsors, poètes et administrateurs de la chose publique.  Nous discutons du futur de notre Théâtre Communal. Pas un conteneur, mais un outil pour créer des opportunités de travail et de croissance non seulement économique, mais aussi culturelle pour la communauté.

  2. Elisabetta Sbiroli

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Le Titanic Hidalgo fait escale à Aubervilliers
Dans une salle à moitié vide, la candidate socialiste à la présidentielle a estimé que le combat n’était pas perdu, même si la voie est « ardue et semée d’embuche ». En interne, certains la jugent déjà sans issue.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou Damien Rieu fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal