Exposition : Delphine Seyrig, entre cinéma et vidéo féministe

Le Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut de Villeneuve d’Ascq nous invite à découvrir de quelle manière Delphine Seyrig a pu témoigner de l’histoire du féminisme en France au travers de son regard d’actrice et de réalisatrice. L’exposition présente de nombreux documents qui attestent que l’artiste s’est bel et bien trouvée des deux côtés de la caméra.
  • Date Le 5 juillet 2019
  • Lieu Musée d'art moderne, d'art contemporain et d'art brut de Lille Métropole - 1, allée du Musée - 59650 Villeneuve d'Ascq
  • Réservation, inscription www.musee-lam.fr
  • Information info@musee-lam.fr +33 320 19 68 51

Delphine Seyrig et Maria Schneider durant le tournage de «Sois belle et tais-toi» (1975) © Duncan Yougerman - Archives Delphine Seyrig et Maria Schneider durant le tournage de «Sois belle et tais-toi» (1975) © Duncan Yougerman - Archives
Pendant les années 1970, Delphine Seyrig s’engage avec le MLF et s’intéresse à la vidéo en tant qu’outil d’émancipation. Ses collaborations avec des réalisatrices telles que Marguerite Duras ou Chantal Akerman lui permettent d’explorer une variété de rôles féministes, en parallèle à ceux d'icône féminine dirigée par des réalisateurs masculins -comme Alain Resnais en 1961 dans l’Année dernière à Marienbad.

La rencontre avec Carole Roussopoulos en 1974 est à l’origine de l’intérêt pour la vidéo. Avec Ioana Wieder, elle fonde le collectif les Insoumuses. Elles réalisent des vidéos dans une économie de moyens qui leur permet de s’exprimer librement. Maso et Miso vont en bateau, SCUM Manifesto et Sois belle et tais-toi expérimentent un langage documentaire singulier qui mêle l'humour à la critique sociale.

Les vidéos conservées au Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir à Paris (fondé en 1982 par Seyrig, Roussopoulos et Wieder) fournissent une cartographie des luttes de l’époque: le droit à l’interruption volontaire de grossesse, à la liberté sexuelle, les conditions de vie des travailleuses du sexe, les droits des prisonnières politiques, la torture, la guerre au Vietnam ou encore à l’antipsychiatrie. Pour Seyrig qui est née à Beyrouth dans un milieu cosmopolite et qui a passé une partie de sa vie à New York, les alliances politiques et artistiques (comme avec Jane Fonda ou Ulrike Ottinger) ne se limitent pas au cadre national.

L’exposition propose néanmoins de revenir sur une histoire du féminisme centrée France à partir de sa dimension visuelle et médiatique. Au travers un ensemble de vidéos, photographies et documents inédits, Delphine Seyrig joue de la diversité de ses positions pour trouver une expression personnelle qui renvoie aux aux imbrications qui existent entre arts et politiques. Sa trajectoire, marquée par le continuum entre l’actrice et l’activiste, rappelle ainsi le slogan phare des manifestations féministes des années 70: «Le personnel est politique».

Défaire la diva - Pratiques insoumises - Contre la normalité - Recherches autour de l’antipsychiatrie - Luttes transnationales - Une histoire inachevée. En 6 chapitres, l’exposition propose d'élargir notre appréhension de la lutte pour l’émancipation des femmes, tout comme la manière dont fut documentée cette période de l'histoire -à l’heure de la découverte des instruments de captation portables, les documents dont vierges de toute empreinte masculine.

-

En préambule à l'exposition, Soirée Delphine Seyrig le 25 juin au cinéma Métropole de Lille

Voir ainsi le documentaire de Callisto McNulty Delphine et Carole, insoumuses (2019) qui relate la rencontre entre Delphine Seyrig et la vidéaste Carole Roussopoulos. Combats radicaux menés caméra vidéo au poing, mais aussi et surtout humour, insolence et intransigeance.

Et encore (update): SCUM Manifesto (2018), une publication numérique rassemblant textes inédits et documents d’archives autour de la bande vidéo de Carole Roussopoulos et Delphine Seyrig. L'oeuvre est restaurée et disponible en intégralité dans le livre numérique, celui-ci devient accessible sur abonnement à la plateforme Naima Digital Art Publishing.

Delphine et Carole insoumuses (2018) - Trailer (English Subs) © Alva Film

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.