Portfolio

Un joli petit brin de muguet au doux parfum... Une rareté en ce 1er mai à Paris

1er mai à Paris, l'entre-deux tours de l'élection présidentielle. En marge des rassemblements des syndicats, des appels à manifester contre M. Le Pen et E. Macron ont rassemblé des milliers de personnes. Des heurts ont éclaté entre les forces de l'ordre et des casseurs aux actions sous vent d’anarchie qui se sont imposés en tête du cortège. Quid des motivations initiales de cette manifestation ?
  1. Un joli petit brin de muguet au doux parfum... Une rareté en ce 1er mai à Paris, entre République, Bastille et Nation 

  2. Le tort de ce jeune homme qui se fait molester et traîner au sol par les CRS ? Celui d'avoir voulu secourir son amie qui s'est faite agresser violemment sans raison par l'un d'eux 

  3. .. et ceux qui ont voulu porter secours à ce jeune couple pacifique en ont été gratifiés à coups de matraque 

  4. Le slogan de la banderole rouge "En finir avec les employeurs et les actionnaires grâce à un nouveau droit politique" 

  5. "1er mai 2017 - Solidarité - Progrès social - Paix" - Affiche bien gardée... sur la façade d'une banque. L'un des CRS menace d'un tir tendu

  6. Drapeau de la CGA - Coordination des Groupes Anarchistes

  7. Le sol est jonché de gants noirs, de blousons et pantalons noirs, de cagoules noires et de sacs à dos noirs, abandonnés dans l’urgence par des casseurs en fuite alors que, à proximité, les forces de l’ordre venaient de serrer un groupe des leurs

  8. Un cameraman vient de se faire agresser ; son outil de travail est détruit. Les 2 casseurs protagonistes de cette action, de dos au 1er plan et habillés de noir, s'en vont sans être inquiétés

  9. Des casseurs ramassent des pierres venant de destructions diverses qu’ils ont effectuées sur le parcours ; ces projectiles sont destinés aux forces de l’ordre

  10. À nouveau cette année, les casseurs s'en prennent au bâtiment d'Emmaüs Bd Diderot "Mais on ne touche pas à la vitrine" m'ont-ils dit

  11. Celles et ceux qui se font prendre à filmer ou photographier les casseurs risquent un violent retour de manivelle de leur part. Ces défenseurs autoproclamés du peuple et des "libertés" sont tous persuadés que les photojournalistes sont "tous des vendus au pouvoir capitaliste" ; aucune discussion possible…

  12. … Ce scooter incendié par les casseurs appartient-il à un capitaliste ?... 

  13. Un journaliste s'est fait menacer par un homme d'une soixantaine d’années et défenseur de casseurs, s'il filmait l'action ou le résultat de cette scène de casse

  14. Rien dans les mains...

  15. Provocations des casseurs à chaque rue adjacente où sont postées les forces de l'ordre

  16. .. provocations qui aboutissent toujours au même résultat

  17. « Je suis le seul Gaulois du village selon le commissariat raciste d’Aubervilliers »

  18. Ce jeune manifestant crie aux CRS sa colère due à la violence dont ils font usage contre les manifestants, et les invite à se rallier au peuple...

  19. Arrêt sur image ! Un no man’s land dédié à la discussion au milieu de ce violent capharnaüm ! L’affichette épinglée sur le buste de la femme à l’écharpe rouge indique « Ce sera blanc » et rappelle l’un des sujets essentiels ayant motivé cette manifestation et restant à débattre avant le second et définitif tour de l’élection de notre futur Président

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.