Portfolio

Passeport de Antoine Cassar: A la mémoire de Daphne Caruana Galizia

Il est à toi ce passeport pour tous les peuples, et pour tous les paysages, emporte-le où tu veux, tu n’as pas besoin de visas ni de tampons, tu peux partir et rester autant que tu veux, il ne se périme pas, tu peux y renoncer, il n’est pas propriété de l’Etat, du duc ou de la reine, tu peux même en avoir plusieurs, si tu veux, tu peux le laisser à la maison...
  1. http://www.theatredesete.com/sites/theatre-sete/files/brochures/pdf/passeport.pdf

     

     

    A toi, ami ou amie, de cœur et de peau,

    qui m’as pris dans tes deux mains, fermes et caressantes, et

    m’as accueilli le visage chaleureux et ouvert,

    elles sont à toi, ces histoires de sables mouvants, de dunes qui

    s’approchent, leurs cheveux lâchés dans le vent

    ...

  2. pas besoin de donner ton nom, où et quand tu es né, le sexe, la

    profession, la race ou la lignée,

    pas besoin de numéro de série, de vieille photo triste, de puce

    avec tes mesures, ni d’autres dates ou données, avec le pourquoi

    du comment, pas besoin de quitter le pays dans 90 jours, ou dans 30 si tu

    viens d’un tout petit pays dont les douaniers n’ont jamais entendu

    parler, pas besoin de cédula de identidad, avec la tache noirâtre de

    ton doigt, et les faits et gestes de ta vie incarcérés derrière les

    barreaux noirs, pas besoin de titre de séjour, cartaõ de Cidadaõ, gültiger

    Personalausweis, ni Obcansky preukaz,

    ...

  3. pas besoin de DNI electrónico, DUI, DPI, UID, MyKad, CURP, ni

    CNIC, pas besoin de Native American Tribal ID Card, American Indian

    Card du formulaire I-872, Enhanced Tribal Card lorsque c’est

    disponible, ni d’autres documents WHTI compliant,

    pas besoin de signer une déclaration selon laquelle Mahomet est

    l’unique vrai prophète, et tous les autres des imposteurs, la foi

    n’a rien à y voir, pas besoin d’être l’un des 50.000 noms choisis chaque année

    par tirage au sort pour avoir la Green Card,

    pas besoin d’avoir recours à une agence pour te congeler dans un

    fourgon frigorifique, pour te rôtir dans le réservoir d’une voiture,

    pour te recroqueviller dans le double plafond d’une camionnette,

    ou pour t’écraser dans un conteneur en métal avec un ventilateur

    et une lampe et une batterie hors-service, pour €60.000,

    pas besoin de rembourser le lait maternel en te laissant vendre à

    une agence qui te vend à une compagnie qui t’embarque sur un

    bus et durant le voyage ils t’enlèvent et te ligotent et te baptisent

    avec la crème bénie de leurs couilles pour que demain tu vendes

    les courbes et les trous de ton corps à Paris, Cape Town, Dubai,

    Bangkok, et que tu rendes chaque maudit centime à ceux qui te

    protègent, si tu ne meurs pas avant de chaudepisse,

  4. pas besoin d’escalader un mur en ciment ou une clôture de barbelés ou une grille électrifiée pour enfoncer la chair de tes

    doigts sur les tessons de bouteille, pas besoin de traverser le Rio Grande ou le Río Bravo dans le

    tube intérieur d’un pneu, pas besoin de marcher pieds nus dans la chaleur du Sahara, tes

    orteils pleins d’échardes, de mirage en mirage tu es fouetté, de mirage en mirage tu es grillé, et le visage de Benjamin Franklin

    qui te pique le trou du cul, si tu ne te dessèches pas de soif, pas besoin de te cogner la tête contre le mur d’un camp libyen,

    en léchant l’humidité vermineuse, en te dandinant dans la pisse débordante, en attendant qu’on t’appelle et qu’on te fasse

    monter dans une embarcation déglinguée avec un moteur qui manque d’essence,

  5. pas besoin d’escalader un mur en ciment ou une clôture de barbelés ou une grille électrifiée pour enfoncer la chair de tes

    doigts sur les tessons de bouteille, pas besoin de traverser le Rio Grande ou le Río Bravo dans le

    tube intérieur d’un pneu, pas besoin de marcher pieds nus dans la chaleur du Sahara, tes

    orteils pleins d’échardes, de mirage en mirage tu es fouetté, de mirage en mirage tu es grillé, et le visage de Benjamin Franklin

    qui te pique le trou du cul, si tu ne te dessèches pas de soif, pas besoin de te cogner la tête contre le mur d’un camp libyen,

    en léchant l’humidité vermineuse, en te dandinant dans la pisse débordante, en attendant qu’on t’appelle et qu’on te fasse

    monter dans une embarcation déglinguée avec un moteur qui manque d’essence,

  6. il est à toi ce passeport pour tous les peuples, et pour tous les paysages,

    emporte-le où tu veux, tu n’as pas besoin de visas ni de tampons, tu peux partir et rester autant que tu veux, il ne se périme pas,

    tu peux y renoncer, il n’est pas propriété de l’Etat, du duc ou de la reine, tu peux même en avoir plusieurs,

    si tu veux, tu peux le laisser à la maison, ou le jeter à la poubelle, personne ne va te le demander,

    si tu veux, tu peux le lancer dans la mer, pour voir l’encre couler, les pages se déchirer, et le chagrin de ton visage fondre dans les

    vagues et dans le sel, si tu veux, tu peux le lancer dans l’air, pour le voir s’ouvrir comme

    des ailes dans le vent, et toi, si tu veux, avec.

  7. https://www.ladepeche.fr/article/2018/04/21/2784639-s-offrir-un-passeport-maltais-pour-un-million-d-euros.html

    "Acheter un passeport maltais, ouvrant la porte aux vingt-sept pays membres de l'Union Européenne et à 160 autres, est possible depuis 2013 suite à la décision du parti travailliste du pays. Pour avoir le «visa d'or», il faut débourser plus d'un million d'euros au total et habiter l'île durant au minimum un an avant sa naturalisation. Cette pratique est en théorie légale mais cache certains détails. Une journaliste maltaise, Daphne Caruana Galizia, dénonçait la corruption derrière ce programme avant d'être assassinée le 16 octobre 2017.

    Dix-huit médias du monde entier ont repris le flambeau de cette enquête, via la plateforme «Forbidden Stories», qui poursuit le travail des journalistes enfermés, menacés ou tués dans le monde.

    Ce qui est dénoncé dans cette affaire, c'estque les conditions données par l'Union Européenne ne sont pas respectées. De nombreux milliardaires étrangers n'occupent pas les logements qu'ils sont censés habiter et ont simplement leur nom sur les boites aux lettres. Beaucoup utilisent ces passeports pour frauder fiscalement puisqu'ils échappent aux radars du fisc de leur pays.

     

    La Dépêche du Midi"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.