La santé et le social en lutte le 7 mars

L’intersyndicale CGT/FO/SUD de la santé et du social appelle toutes et tous les professionnel-le-s des secteurs concernés à se mettre en grève et manifester le 7 mars à Paris.
  • Date Du 7 mars 2017 Au 7 mars 2017
  • Lieu Place Denfert, à 13 heures

Toutes et tous en grève et en manifestation le 7 mars 2017

Dans les suites de la journée de grève du 8 novembre où la mobilisation des agent-e-s et des salarié-e-s a été importante, la grève reste le seul moyen aujourd’hui pour pouvoir exprimer la souffrance et l’exaspération des personnels des établissements de Santé et de l’Action Sociale au gouvernement. Les fédérations CGT /FO/ SUD Santé et Action Sociale appellent les agent-e-s et les salarié-e-s de nos secteurs d’activité à poursuivre et à amplifier l’organisation de la journée nationale de grève et de mobilisations prévue le 7 mars 2017. Elle se traduira par des mobilisations et des manifestations à Paris et en territoire : refus des politiques publiques actuelles, notamment en matière de Santé, refus de la dégradation des missions et des conditions de travail, de la qualité de vie des travailleurs ainsi que de la prise en charge de la population, demande de l’abrogation de la Loi Santé, ainsi que le maintien de l’ensemble des lits, des services, des établissements et des emplois.

 

Pour la défense de la sécurité sociale et de l'hôpital public

Ce sont les mesures d'économie contenues dans les différentes lois de financement de la Sécurité sociale qui, année après année, en supprimant des lits et des personnels hospitaliers, en fermant des établissement hospitaliers, en limitant le nombre de médecins ont mis et mettent en danger la santé de la population. 

Les mêmes causes produisent les mêmes effets dans nos organismes de Sécurité sociale. En dix ans, c'est plus de 20 000 suppressions de poste qui engendrent une véritable dégradation des conditions de travail et du service rendu aux assurés sociaux et aux allocataires.

À la Sécurité sociale ce sont des milliers de suppressions de poste supplémentaires qui sont programmées. Les caisses nationales voudraient généraliser les réorganisations-fusions-mutualisations au détriment des fondements de la Sécurité Sociale. Dans le même temps, le Comex/Ucanss refuse d’inscrire dans la négociation le protocole d’accord sur les garanties conventionnelles.. Ce sont des attaques sans précédent contre ce qui a été arraché en 1945. Les conséquences, les employés et cadres les vivent tous les jours..

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.