Floroux
Abonné·e de Mediapart

0 Billets

0 Édition

Portfolio 14 oct. 2021

Sens interdits : parole au Chili

D'une enfance sous la dictature de Pinochet, au début des années 1980, à une adolescence dans des foyers d'accueil, dans les années 2000, Space invaders et Feroz, les deux premiers spectacles du festival Sens interdits, à Lyon jusqu’au 30 octobre, offrent deux visions du Chili. De ses blessures, mais aussi de sa volonté de prendre la parole. Plus que quelques heures pour aller voir le diptyque.

Floroux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. Space invaders

     Quelle ouverture que ce "focus Chili" du festival Sens interdits avec deux œuvres, Feroz et Space invaders, qui semblent porter l’âme même du festival lyonnais : elles donnent la parole à ceux et celles qui ne l’ont pas, ou qui ne l’ont pas eu à temps. Et si les deux pièces ne traitent pas de la même époque, elles se répondent comme en écho. Entre jeu vidéo, lit à étage métallique et rap, Feroz, mis en scène par Danilo Llanos, raconte l’horreur des nuits de cinq adolescents de 16, 17 et 18 ans vivant dans un des centres du service national des mineurs (Sename). Le scandale d’État est très récent : entre janvier 2005 et juin 2016, 1 313 enfants et adolescents sont morts dans ses foyers qui tiennent à la fois de l'orphelinat et du centre de détention.  Si les voix des comédien.ne.s semblent fragiles au début, elles gagnent vite en densité avec les récits de ces gamins brisés par les violences et leurs corps, dos figé et mains agrippées à une barre du lit, vibrant au rythme d’une musique ou d’une branlette volée, nous entraînent avec virulence dans leurs drames. 

    Cette physicalité, cette émotion, se retrouve dans le jeu engagé, parfois proche de la danse ou du mime, des quatre magnifiques comédiennes de Space Invaders, mis en scène par Marcelo Leonart. Tiré des souvenirs et de la nouvelle de l’une d’entre elles, Nona Fernández, le spectacle nous plonge au début des années 1980, en pleine dictature de Pinochet. Entre rêve et mémoire, il s’appuie sur la trame d’un des premiers jeux vidéos à l’époque, Space invaders, pour raconter des enfances bridées. Dans les deux spectacles, ces micros où l’on vient déclarer, commenter, murmurer, parfois, traduisent la même urgence de dire enfin publiquement sa vérité.  

    Florence Roux

    https://www.sensinterdits.org

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — France
Cette semaine dans « À l’air libre »
Cette semaine, dans « À l’air libre », des enquêtes, des reportages, des interviews… et, surtout, un ton que vous n’entendrez pas ailleurs.
par à l’air libre
Journal — International
Le variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi