Minga Faire ensemble
Association
Abonné·e de Mediapart

80 Billets

0 Édition

Événement 2 juin 2016

S’émanciper de la surveillance permanente des algorithmes ?

Minga et la coopérative Libre informatique proposent une formation sous la forme d’un atelier-séminaire de 2 jours pour mieux comprendre les mobiles de l’offensive idéologique des acteurs de la GAFAM et examiner les différents usages que l’on peut mettre en œuvre dès aujourd’hui pour façonner les outils technologiques numériques à nos projets. (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft)

Minga Faire ensemble
Association
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Date

Du 15 septembre 2016 au 16 septembre 2016

Lieu

Paris - IRCAM

Réservation

http://www.libre-informatique.fr/2016/05/27/big-data-big-brother-big-problemes/

Information

MINGA, COOPÉRATIVE LIBRE INFORMATIQUE


S’émanciper de la surveillance permanente des algorithmes ?
Atelier/Séminaire d’armement
intellectuel et technique

Aujourd’hui les nouvelles applications numériques, dans le domaine des transports, de l’hôtellerie, de l’édition, rebattent brutalement et rapidement les cartes. Même si la remise en question des rentes de position et de corporations d’un autre âge est souvent justifiable, la disparition de métiers et de branches professionnelles soulève des questions de toute autre ampleur.

Déjà des librairies sans libraires, des commerces sans commerçants apparaissent. Bientôt ce seront des objets artisanaux sans artisans et peut-être, dans un avenir pas si lointain, une médecine sans médecins, une justice sans juges ni avocats, une école sans enseignants, des universités sans universitaires… qui verront le jour. Petit à petit, se dessine une société où toute forme de médiation humaine peut être estimée moins performante qu’un algorithme ayant la prétention de nous connaître mieux que nous-mêmes, du fait qu’il receuille en permanence des données, la plupart du temps à notre insu, par nos usages quotidiens du numérique.

Cette mutation économique en cours n’est pas seulement mue par la recherche du profit. Elle porte aussi à dessein l’idéologie d’une humanité augmentée dans une société diminuée.

Bénéficier de l’apport indéniable d’internet comme moyen d’accès et de partage horizontal d’informations, en restant maître de son outil de travail, de ses choix et de son activité, suppose d’aborder différemment les technologies numériques. Il s’agit dès lors de porter un regard critique face aux intérêts propres liés à la défense et à l’évolution des métiers.

Minga et la coopérative Libre informatique proposent une formation sous la forme d’un atelier-séminaire de 2 jours pour mieux comprendre les mobiles de l’offensive idéologique des acteurs de la GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) et examiner les différents usages que l’on peut mettre en œuvre dès aujourd’hui pour façonner les outils technologiques numériques à nos projets.

Aarticle Minga sur le sujet : http://www.minga.net/big-bata-big-brother-big-problemes/#more-3467

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida