Duvert Pierre
Photographie documentaire et reportage presse
Abonné·e de Mediapart

0 Billets

0 Édition

Portfolio 30 août 2018

Accueil de migrants : un plateau solidaire

L’association « un toit sur un plateau », sur le plateau des Petites Roches, près de Grenoble, créée fin 2016, organise un hébergement d’urgence pour accueillir des familles ou des personnes isolées éxilées en attendant que leur soit attribué un logement par l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration.

Duvert Pierre
Photographie documentaire et reportage presse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. Pierre Duvert/Hans Lucas

    Saint Hilaire du Touvet, plateau des petites roches, sous l’imposante Dent de Crolles, près de Grenoble.

  2. Pierre Duvert/Hans Lucas

    Réunion de l’association « un toit sur un plateau » qui a été créée fin-2016 pour structurer l’action envers les personnes accueillies et normaliser les relations avec la mairie et l’association grenobloise Accueil Demandeurs d’Asile. Il n’est pas toujours facile de formuler des réponses collectives aux interrogations qui ne manquent pas de se poser quant aux modalités de l’accueil et des diverses formes d’engagements

  3. Pierre Duvert/Hans Lucas

    L’Accueil Demandeurs d’Asile est une association grenobloise de bénévoles qui aide les migrants à se retrouver dans les procédures nécessaires à l’obtention du statut de réfugié. Karine est anthropologue et a longtemps travaillé sur les stratégies de légitimation des régimes autoritaires. Aujourd’hui elle étudie le rapport à l’autre à travers les modalités de la présence des réfugiés en demande d’asile. L’armoire derrière elle abrite des centaines de dossiers de parcours de vie.

  4. Pierre Duvert/Hans Lucas

    Silvana accueille Stephen, demandeur d’asile congolais pour une période de 15 jours dans sa maison. Stephen a quitté la RDC au moment des dernières émeutes et ne souhaite pas être reconnu car sa famille est en danger au pays. Si Silvana a pu avoir quelques interrogations à son premier accueil, aujourd’hui elle laisse sa maison en toute confiance quand elle descend travailler dans la vallée.

  5. Pierre Duvert/Hans Lucas

    Olivier est 1er adjoint à la mairie et très impliqué dans l’accueil des migrants. Il a participé à l’hébergement de Stephen qui passe le voir pour parler de l’avancement de son dossier de demande d’asile. Olivier puise dans sa foi chrétienne son « devoir d’humanité » et son exigence de fraternité

  6. Pierre Duvert/Hans Lucas

    Aurélie, Julien et leurs 3 enfants accueillent Souvé en hébergement tournant. Souvé est arrivé de RDC il y a déjà 8 mois et apprécie la chaleur de cette ambiance familiale après un long passage avec la rue comme seule maison.

  7. Pierre Duvert/Hans Lucas

    L’association bénéficie de la générosité des commerçants du marché hebdomadaire qui fournissent fruits et légumes frais et poisson à la famille Umbadi.

  8. Pierre Duvert/Hans Lucas

    Patrice apporte chez les Umbadi la nourriture offerte par les commerçants du marché. Cette famille soudanaise de 6 personnes occupe le logement prêté par la mairie. Amani, la maman, peut ainsi cuisiner, ce qui ne serait pas possible si la famille était logée à l’hôtel

  9. Pierre Duvert/Hans Lucas

    L’accueil chez les Umbadi est toujours chaleureux, il n’est pas question de repartir sans avoir bu un thé. Pendant la partie de domino, Patrice en profite pour leur faire réviser les chiffres.

  10. Pierre Duvert/Hans Lucas

    Solène est venue avec ses enfants rendre visite à la famille Umbadi dans leur appartement. Solène est médecin est souhaite s’installer sur le plateau. Elle est attentive à la santé de la famille qui bénéficie de la CMU par leur statut de demandeur d’asile.

  11. Pierre Duvert/Hans Lucas

    Solène, jeune médecin souhaitant s’installer sur le plateau est venue rendre visite à la famille Umbadi dans leur appartement . Si elle est attentive à la santé de la famille, Solène s’occupe aussi d’aider Tibiane, inscrite au collège du Touvet en lui proposant des cours de soutien et de français

  12. Pierre Duvert/Hans Lucas

    Toute la famille Umbadi bénéficie du cours de soutien bénévole de Cécile, professeur des écoles en congé formation, pour acquérir une spécialisation FLE, français langue étrangère, dispensée par l’université. C’est le début d’un apprentissage qui n’est pas facile pour Amani et Tbiane tant les langues sont différentes.

  13. Pierre Duvert/Hans Lucas

    Toute la famille Umbadi bénéficie du cours de soutien bénévole de Cécile, professeur des écoles en congé formation, pour acquérir une spécialisation FLE, français langue étrangère, dispensée par l’université.

  14. Pierre Duvert/Hans Lucas

    Le smartphone est pour les Umbadi le seul moyen de communiquer avec la famille et les amis restés au Soudan. Comme en réponse à la solidarité qu’ils reçoivent ils aiment montrer à leurs visiteurs des images de leur pays d’origine.

  15. Pierre Duvert/Hans Lucas

    Gisèle, institutrice à la retraite aide Ofrane à faire ses devoirs après la classe. Ofrane a été inscrite dès son arrivée en classe de CM1. Gisèle fait preuve d’une patience infinie pour permettre à Ofrane de déchiffrer une langue totalement inconnue.

  16. Pierre Duvert/Hans Lucas

    Gisèle, institutrice à la retraite, aide Ofrane à faire ses devoirs après la journée de classe. La langue maternelle d’Ofrane est l’arabe et les lettres latines sont encore difficile à tracer.

  17. Pierre Duvert/Hans Lucas

    Adeline est orthophoniste sur le plateau et reçoit les Umbadi pour leur faire travailler le français. Elle insiste toujours auprés de Zindic, le jeune neveu pour qu’il respecte les rendez-vous qu’il oublie un peu trop souvent à son goût, ce qui nuit à l’avancement de l’apprentissage

  18. Pierre Duvert/Hans Lucas

    Adeline est orthophoniste, installée sur le plateau. Elle accueille bénévolement Umbadi, Amina et Zindic pour les familiariser avec le français. Son atout est d’avoir vécu au Caire et de parler arabe. Mais elle ne connait pas le même dialecte que les Umbadi et doit quelquefois avoir recours à l’image, ou à l’anglais pour converser.

  19. Pierre Duvert/Hans Lucas

    Ofrane est inscrite en CM1 à l’école de Saint Hilaire du Touvet depuis son arrivée. Sylvie, son institutrice, donne aussi des cours de français à Souvé, originaire de RDC, pour l’aider à une meilleure compréhension de la langue

  20. Pierre Duvert/Hans Lucas

    Umbadi, le papa, s’est proposé pour accompagner comme parent d’élève la sortie ski de fond de sa fille Ofrane inscrite en classe de CM1 depuis son arrivée.

  21. Pierre Duvert/Hans Lucas

    Umbadi encadre comme parent d’élève volontaire la sortie de ski de fond de la classe de CM1 dans laquelle sa fille Ofrane est inscrite. Il apprend avec Olivier le ski de fond depuis son arrivée à Saint Hilaire.

  22. Pierre Duvert/Hans Lucas

    La famille Umbadi bénéficie des dons de nourriture de la banque alimentaire. Les bénévoles vont tous les samedis matins chercher la collecte à Grenoble et la distribuent aux personnes à faibles revenus du plateau.

  23. Pierre Duvert/Hans Lucas

    À l’arrivée de la famille Umbadi sur le plateau des petites roches, une collecte de vêtements a été organisée pour habiller la famille. L’important surplus profitera à l’association qui s’occupe du jumelage avec Kalché, village du Népal dévasté par le tremblement de terre de 2015. Un exemple des solidarités croisées qui irrigue les mentalités du plateau.

  24. Pierre Duvert/Hans Lucas

    C’est le 1er avril, dans le petit jardin qui leur a été prêté, Patrice a disposé des légumes. C’est l’occasion de faire découvrir à la famille Umbadi les us et coutumes français.

  25. Pierre Duvert/Hans Lucas

    Chantal et Michel ont accueilli une famille en provenance d’Azerbaïdjan. Elle vient de bénéficier d’un logement à Valence, à une centaine de kilomètres. Elle revient ce week end voir sa famille d’accueil et préparera un excellent repas azeri. Michel est surnommé Michel baba, ce qui signifie grand-père en azéri. Il est un vrai soutien pour ce journaliste recherché par le régime.

  26. Pierre Duvert/Hans Lucas

    En dépit des difficultés liées à la langue Michel trouve toujours le moyen de se faire comprendre et n’est pas comptable de son énergie pour trouver la solution aux problèmes.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart