Isabeille
En cours de Construction
Abonné·e de Mediapart

481 Billets

2 Éditions

Événement 2 avr. 2022

Algérie mon Amour !

Rendez-vous Dominicaux

Isabeille
En cours de Construction
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Date

Du 18 mars 2022 au 31 juillet 2022

Lieu

Institut du Monde Arabe (IMA) - PARIS - 5ème ; Salle des Donateurs (niveau -2) & Musée (6ème étage)

Réservation

Réservations sur le site IMA, lien ci-dessous ; Plein tarif : 6€ ; Tarif réduit : 4€

Information

du mardi au vendredi de 10h00 à 18h00 ; samedis, dimanches et jours fériés de 10h00 à 19h00


Pour mettre le thé à la menthe et l'amande à la bouche, une présentation, deux synopsis issus du site et l'affiche :

"« Algérie mon amour » met en lumière une collection d’art moderne et contemporain d’Algérie et des diasporas unique dans le monde occidental : celle du musée de l’Institut du monde arabe. L'exposition tient à témoigner de la fraternité et de la solidarité qui ont lié les artistes et les intellectuels algériens et français durant les années les plus difficiles de leur histoire commune, fraternité et solidarité qui se perpétuent jusqu'à nos jours.

Dans le cadre de « 2022. Regards sur l'Algérie à l'IMA »"

"« Algérie mon amour » révèle toute la richesse de la production algérienne moderne et contemporaine, tant dans les arts visuels classiques que dans les nouveaux médias. Elle témoigne, à travers un choix d'œuvres représentatives, de la grande créativité de trois générations d'artistes, en dépit des tragédies de l'histoire.

L'exposition recouvre une large période, réunissant des artistes dont le plus ancien, le peintre non figuratif Louis Nallard, est né en 1918, et la benjamine, El Meya, artiste-peintre elle aussi, n'a pas trente-cinq ans."

&

"La passion de Claude et France Lemand pour l’œuvre d'Abdallah Benanteur (1931-2017), leur intérêt pour les mondes extra-européens, ont guidé la constitution d’une collection remarquable. Une démarche en harmonie avec la création par la France, dans les mêmes années, d’un Institut du monde arabe doté d’un musée, afin d’ouvrir les regards vers les artistes du monde arabe et de ses diasporas.
Fruit de ces deux cheminements, la collection algérienne du musée de l’IMA, considérablement augmentée par la donation Claude et France Lemand en 2018, 2019 et 2021, compte aujourd’hui 600 œuvres d’art moderne et contemporain.
C’est dans ce fonds que puise le parcours de l’exposition, révélant de belles pièces qui ne pourront que toucher le public par leur richesse et leur diversité. Il est à l’image de cette donation vivante, car enrichie à l'occasion de chaque exposition. 
« Algérie mon amour » révèle l’importance artistique, culturelle et humaine de la scène parisienne cosmopolite, lieu de dialogue d’artistes venus du monde entier au cours des décennies qui ont suivi la fin de la Seconde Guerre mondiale et ont vu la remise en cause du système colonial et de l’européocentrisme ; un rôle central, encore effectif aujourd'hui.
Elle se déploie dans deux espaces distincts : l'espace des Donateurs, tout récemment rénové par l'architecte libanais Karl Gerges, où sont installés les peintures, sculptures, dessins, livres, photographies et vidéo ; et le niveau 6 du musée, où l'on pourra découvrir La Mer des tyrannies, installation de Kamel Yahiaoui.

Commissariat : Nathalie Bondil, Claude Lemand et Éric Delpont"

Algérie mon Amour - Affiche © Institut du Monde Arabe (IMA)

Pour voir quelques œuvres et en savoir beaucoup plus*, c'est Là !

*Aussi : Visites guidées, Ateliers d'Artistes, Concert-Découverte, Heure du Conte, deux Après-midi pédagogiques et une publication dont la sortie est prévue en juillet 2022.

Pour réserver un ou des dimanche.s, c'est Ici !

  • Dimanche 20 mars « Zoulikha Bouabdellah. Un art féministe ? », en présence de l’artiste
  • Dimanche 03 avril « Halida Boughriet . Un art anti-orientaliste », en présence de l’artiste
  • Dimanche 17 avril « Kamel Yahiaoui . Témoin des deux rives », en présence de l’artiste
  • Dimanche 8 mai « Mohamed Khadda. Artiste et théoricien de l’art »
  • Dimanche 22 mai « Abdallah Benanteur et l’Algérie »
  • Dimanche 5 juin « Rachid Koraïchi. Parcours de l’émir Abdelkader et installations », en présence de l’artiste
  • Dimanche 19 juin « Baya. Mythe et réalité »
  • Dimanche 3 juillet « Denis Martinez. Un destin algérien », en présence de l’artiste

"Et je flâne parmi les fleurs
Les cueillant avec le cœur
Avant qu'elles ne fanent
...
En ma mémoire
Leur parfum y plane"

ICh.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat