docteure TEÜPHELLE
L'AUTEUSE
Abonné·e de Mediapart

565 Billets

0 Édition

Portfolio 18 juil. 2021

LE PARAVENT - the PLAY : fin de l'acte premier

donc l'irruption de la maladie, la mauvaise blague ... pour commencer la série

docteure TEÜPHELLE
L'AUTEUSE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. suite de la SCÈNE QUATRIÈME : LE MALADE, LE JOKER, LA SECRÉTAIRE DES DOCTEURS CLIENTÈLUS CAPTIVUS et MICROPÉNIS au téléphone, et UNE PATIENTE DE CAPTIVUS 

    Le lendemain matin le malade appelle la secrétaire du cabinet de généralistes - après avoir entendu le répondeur longtemps tourner en boucle nous ne pouvons pas vous prendre pour le moment, nous traitons des affaires importantes ... avec des coupures - il y aura des jingles - Vivaldi bien sûr pour commencer, puis la ptite zizique de nuit/tartine de beurre intercalés avec le lac des cygnes qui saute, un peu de Rammstein we all live in America vite remplacé par un bout de la mort d’Isolde, et pour finir Cloclo : le téléphone pleureet la secrétaire décrochera enfin

    LE MALADE, et très fatigué après sa mauvaise nuit

    Allô ? Je suis bien chez le Docteur Clientèlus CAPTIVUS ?

    LA SECRÉTAIRE, minaudant - et hautaine à la fois

    Non Monsieur, vous êtes dans son cabinet

    JOKER

    Aaah - encore une petite maline - une chieuse, quoi

    LE MALADE

    Est-ce que le Docteur pourrait passer chez moi me voir ? Je ne me sens pas bien

    LA SECRÉTAIRE

    Monsieur, vous n'êtes pas le ou la seul(e) dans ce cas - (plus aimable) une petite dépression saisonnière peut-être ? (enjouée) Vous êtes stressé ? (gourmande) Vous avez bu de l'alcool ?

    JOKER

    Et merdre, ça re-commence 

    LE MALADE

    Le SAMU m'a dit qu'il fallait que je le con.tacte aujourd'hui

    JOKER

    Bien vu ... là, tu la lui coupes !

    LA SECRÉTAIRE, d'une voix flûtée

    Et pourquoi, Monsieur, vous deviez Nous appeler aujourd'hui ? (suspicieuse) L'ASSUM, vous dites ? (finaude) Quel est votre ou vos diagnostics, c'est quoi vos symptômes, depuis quand, combien, pourquoi, dites-Nous ?

    JOKER, en colère

    Aaah, encore un corbeau qui nous fait une fleur ! Non mais c'est chouette, les emmerdres des autres !!!

    LE MALADE, restant poli           

    Madame, est-ce que le Docteur pourra passer me voir aujourd'hui ?

    JOKER

    C’est toute la question ...

    LA SECRÉTAIRE, vexée

    Monsieur, vous devez d'abord Nous donner vos noms, prénoms, adresse, date de naissance, et casier judiciaire complet du grand-père, Monsieur ...

    La secrétaire fait défiler à toute vitesse les dossiers-patients sur l'ordi, avec un gros bouton cranté sur le côté genre télécran (il y a marqué TÉLÉ-CRAN au-dessus) - et on verra sur l'écran qu'elle a toute une liste de questions - comme celle du SAMU, qu'elle cherchait … On verra la description/décoration complète du cabinet médical dans l'acte deux[ième] : pour la mise en scène de cet acte, on peut mettre un éclairage focalisé sur la secrétaire et son environnement proche

    LE MALADE, la coupant carrément

    Mais, est-ce que le Docteur passera aujourd'hui ?

    JOKER

    On peut se le demander, à vrai dire …

    LA SECRÉTAIRE, sèchement, à FORRÉ

    Dites, attendez !!! (en off, hélant une vieille dame qui allait pour sortir, toute courbée, marchant avec difficultés) Hep ! Vous là, attendez, revenez ! Madame CHENUE ! Vous reprenez vos examens avec vous - (pour elle-même) il n'y a même pas de métastase(s) ...

    (Après avoir jeté encore un œil dessus, elle rend, ou balance, dédaigneusement à la patiente une liasse d'examens, sans même lui jeter un regard, reprend la " conversation " avec FORRÉ, lui faisant signe d'un geste de la main négligent de sortir)

    LA SECRÉTAIRE, réticente

    Monsieur, je peux éventuellement vous détacher le Docteur CAPTIVUS mercredi matin vers midi, Monsieur ... Ou, encore mieux, je dirais qu'il pourrait se libérer vendredi, en soirée, vers 16 heures

    JOKER, faussement attendri

    La petite mignonne !

    LE MALADE

    Mais il faut que le Docteur me voie aujourd'hui !

    LA SECRÉTAIRE, sèchement

    Mais Monsieur, le lundi tout est fermé !

    (lâchant le bouton du TÉLÉ-CRAN et ne regardant plus les dossiers médicaux, prenant une tasse de café et choisissant un gâteau - dans un tiroir de son bureau, espérant qu'il raccroche)

    JOKER, s'énervant

    À part toi !

    LE MALADE, après un silence

    ... Mais ... Est-ce que je peux venir à tout hasard au cabinet aujourd'hui ?

    JOKER

    ... Si par hasard je pisse le sang ?

    LA SECRÉTAIRE, outrée

    Mais Monsieur, aujourd'hui, le Docteur CAPTIVUS a un de ses jours de libre !!!

    JOKER, se tapant le front

    Ah mais bon sang (ne saurait mentir), mais c'était bien sûr !

    LE MALADE, désespéré mais énergique

    Mais Madame, est-ce que vous pourriez me donner un rendez-vous de consultation avec un médecin, puisque vous êtes au cabinet ?

    JOKER

    Judicieuse remarque !

    LA SECRÉTAIRE, toujours sèche comme une trique

    Je peux vous mettre, Monsieur, avec le Docteur MICROPÉNIS

    LE MALADE, après un soupir de soulagement

    À quelle heure ?

    LA SECRÉTAIRE, levant la main

    C'est vraiment urgent, Monsieur ? Vous ne travaillez pas aujourd'hui ? (insinuante) Vous ne pouvez pas travailler ? (gourmande) Qu'est-ce que vous avez donc comme symptômes, dites-Nous ... ?

    JOKER, souriant aimable-ment

    D'autres questions ?

    LE MALADE, s'énervant

    Écoutez Madame, je ne me sens pas bien mais je ne suis pas médecin moi, je suis malade, je viendrai voir votre MICROPÉNIS aujourd'hui, c'est lui qui donnera le diagnostic

    JOKER, à la secrétaire

    Et tiens ! Prends ça !

    La secrétaire est effectivement terriblement vexée, elle ne répond rien - le malade en profite pour donner son nom

    LE MALADE

    C'est Monsieur FORRÉ, 6 rue de l'Enfer, à KNOCK-OUT  (prononcer : " nocout ")

    La secrétaire se met à faire défiler les dossiers à toute vitesse, avide

    LA SECRÉTAIRE, en partie pour elle-même

    De toutes façons je lis (appuyé) tous les courriers, je suis (avec con.ponction) Secrétaire Médicale ...

    JOKER, rigolard

    Non ? Elle s'appelle MÉDICALE, et son prénom c'est Secrétaire ? Et elle fait quoi d'autre, dans la vie, sinon ?

    LA SECRÉTAIRE, sèchement

    Vous avez rendez-vous à 10 heures ce matin

    (horloge 9H50) Elle raccroche bruyamment, avec un sourire de triomphe, au nez du malade interloqué - elle continuera de boire son café et enclenchera un chronomètre, sorti d'un tiroir (parmi le stock de gâteaux), qu'elle posera sur son bureau - en manœuvrant le TÉLÉ-CRAN pour lire le dossier de FORRÉ

    JOKER

    Cours, FORRÉ, cours !

    On voit le malade s'habiller à toute vitesse, aidé par le JOKER, tituber, courir maladroitement, rassembler son bras, sortir par le fond, l'horloge s'emballe - à côté de chez lui les rideaux bougent (i.e. ses voisins le surveillent)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le passe vaccinal définitivement adopté sous les invectives
Avec 215 voix « pour » et 58 « contre », le projet de loi « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire » a été adopté par le Parlement dimanche, lors d’un ultime vote des députés. Après de nouveaux débats houleux sur l’utilité et la proportionnalité de sa mesure principale : le remplacement du passe sanitaire par un passe vaccinal.
par Joseph Confavreux
Journal — France
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — France
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN